Joseph Rambaud : histoire des doctrines économiques

La seule histoire de la pensée économique écrite par un auteur français aux convictions résolument libérales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Joseph Rambaud : histoire des doctrines économiques

Publié le 15 juillet 2015
- A +

Par l’Institut Coppet

Rambaud-t1L’emprise qu’ont désormais les idées économiques sur les décisions politiques et la marche du monde rend cruciale l’histoire des doctrines économiques. Elle en rend surtout la connaissance précieuse. L’ouvrage que Joseph Rambaud leur a consacré est resté, plus de cent ans après sa première édition, un véritable classique du genre. Dans le premier volume, Joseph Rambaud remonte aux origines de la science économique : la Grèce, Rome, la scolastique médiévale, puis les premiers fondateurs de la science économique, Quesnay et les Physiocrates, suivis par Adam Smith et l’école classique. Enfin, Rambaud clôture la discussion par l’étude de quelques développements des successeurs des classiques. Le second volume entend traiter des divers auteurs et courants contestataires : le socialisme utopique de T. Moore, Fourier, Cabet et les autres, l’historisme des Allemands comme Schmoller ou Wagner, puis le communisme, le socialisme d’État appelé aussi « socialisme de la chaire », et enfin le socialisme dit scientifique, c’est-à-dire le marxisme de Marx. Rambaud les étudie et les juge l’un après l’autre, sans complaisance et cependant avec la plus grande connaissance de leur histoire et nature respectives.

Tome 1 : Origine et développement de la doctrine classique

Tome 2 : L’opposition du socialisme et de l’historisme

 

Cet ouvrage a été publié avec le concours de l’Association familiale Rambaud-Hoirieu. Contient (tome 1) une notice biographique sur Joseph Rambaud par son descendant Gerbert Rambeau et une introduction par Benoît Malbranque.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Grèce, Rome, l’école scolastique … L’ingratitude est une maladie incurable qui causera surement la fin de la civilisation européenne.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
uerss
13
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Il faut soigneusement distinguer les questions scientifiques et factuelles — les évolutions du climat et les moyens de s’y adapter — de l’idéologie venue s’y greffer, qui est l’idéologie écologiste. C’est une erreur de raisonnement, et la prospérité des idéologues écologistes, qui consiste à confondre (identifier) l’écologie comme science de la nature et l’écologisme comme idéologie politique.

Quand on prend connaissances des revendications concrètes des écologistes français, de Die Grünen en Allemagne, ou des écologistes belges — pour... Poursuivre la lecture

Par François Facchini. 

De nombreux événements font craindre un démantèlement des démocraties libérales et une multiplication des régimes autoritaires dans le monde. Le succès des partis populistes serait une première raison de craindre un tel processus. Le Mouvement des cinq étoiles en Italie, Podemos en Espagne, les Démocrates suédois en Suède, l'élection de Donald Trump aux États-Unis seraient autant d'événements qui remettraient en cause les fondements des démocraties libérales occidentales.

L’arrivée au pouvoir de Viktor Or... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles