Investir au Pakistan, via des trackers ?

Les trackers permettent d’investir dans des pays émergents peu accessibles. Exemple avec le Pakistan.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drapeau pakistanais (Crédits : Nicolas Raymond, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Investir au Pakistan, via des trackers ?

Publié le 17 mai 2015
- A +

Par Régis Yancovici.

Drapeau pakistanais (Crédits : Nicolas Raymond, licence CC-BY 2.0), via Flickr.
Drapeau pakistanais (Crédits : Nicolas Raymond, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

En tant que conseil en Investissement, proposer un actif (très) éloigné des radars de ses clients est attrayant car c’est la quasi-certitude d’alimenter leurs réflexions. Pour la plupart, le Pakistan n’est qu’un pays dangereux peuplé de terroristes, en conflit permanent avec son voisin indien.

En octobre 2013, nous expliquions que cela pouvait être également une zone d’investissement diversifiante et attractive. Depuis, nos clients qui ont suivi notre recommandation ont pu engranger 63% en 18 mois sur l’ETF DB MSCI Pakistan. Nos allocations « EMERGENTS » et « CONTRARIAN » en ont pleinement bénéficié. Ce n’est sans doute pas fini.

Nous ne sommes pas les seuls à estimer la zone attractive. Le mois dernier, le Président chinois Xi Jinping, pour sa première visite officielle, a promis 46 milliards de dollars pour construire un corridor économique de 3 000 km entre les deux pays comprenant des routes, des voies de chemins de fer et des pipelines. Il s’agit du montant le plus important jamais engagé par la Chine dans un pays émergent. Les deux pays vont également coopérer dans la construction de centrales électriques afin de réduire les fréquentes coupures dans le pays, constituant un frein au développement économique. Un programme de privatisation est également largement souscrit par des investisseurs étrangers. L’ouverture du pays n’en est qu’à ses prémices.

Les fondamentaux de l’économie pakistanaise ont rarement été aussi florissants qu’aujourd’hui. À de nombreux égards, ils ressemblent à ceux de l’Inde. La croissance accélère grâce à un programme de libéralisation. Le FMI l’attend à 4.3% cette année et 4.7% en 2016. Moody’s vient de revoir sa perspective de crédit de stable à positif grâce à une réduction du déficit désormais à 4.7%.

La baisse du prix du pétrole a permis à l’inflation d’atteindre des niveaux inconnus, à 2.5% contre 8.5% il y a un an, donnant ainsi à la banque centrale une marge de manœuvre pour baisser ses taux courts. Ils sont encore à 8% mais le cycle de baisse est enclenché. Le price earning est inférieur à 9 (contre 17 pour l’inde) sur les résultats 2015, ce qui en fait un des marchés les moins chers au monde. Le seul accès européen est l’ETF DB MSCI Pakistan coté en Allemagne. Depuis quelques jours, les américains ont le leur : Global X MSCI Pakistan. L’intérêt pour le pays ne peut qu’en être plus marqué.

Concernant les préoccupations sécuritaires bien compréhensibles, notons que le nombre de tués du fait d’attaques terroristes a été de 1 781 en 2014, au plus bas depuis 7 ans.

Bien sûr, la volatilité est importante. En mars, le marché a baissé de 10% en quelques jours. La société de gestion américaine Everest Capital a dû vendre sa position de 70M$ pour couvrir des pertes sur le franc suisse.

À un stade du cycle où tous les principaux marchés ont vu leur valorisation se normaliser voire se tendre, il est attractif d’intégrer dans un portefeuille un actif sous-valorisé, avec une histoire à découvrir.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Investissez dans les fabriques d’ergols liquides pakistanaises, les missiles c’est bon pour l’économie.

    On peut aussi parler du Pakistan sous l’angle du nombre de brevets déposés qui frôle le zéro absolu, des libertés en général, de la corruption, tout ça tout ça. Tiens tiens, aussi il n’y a pas de tracker pour les lapidations ?

    C’est le monde à l’envers, quand vous écrivez que la société de gestion américaine Everest Capital doit couvrir ses pertes sur le franc Suisse. Pardon ? La fin du taux plancher était inéluctable, surtout en prévision du QE européen. Comment on peut encore appeler ça une « société de gestion » ? Cela devrait s’appeler Titanic Capital et couler vite fait !

    En résumé je caricature à peine : invertissez dans le Pakistan (ou mieux dans l’EI), c’est certainement mieux que la Suisse car il y a une « histoire à découvrir ». Désolé mais on connaît la chanson, au regard d’un millénaire d’histoire : la ruine et la désolation, c’est tout ce que vous aurez.

    • Si si ! Vous caricaturez ! Le Pakistan est comparable à l’Inde : deux pays où les femmes sont maltraitées et où les libertés économiques sont basses … Mais comme l’Inde, le Pakistan offre de grandes opportunités dues au faible de la main-d’œuvre. Votre vision est juste biaisée par des stéréotypes racistes (association du Pakistan à l’EI) car sinon vous seriez que les attentats sont en réalité rares en dehors du Waziristan et des régions tribales.

      • L’Inde a une population plus éduquée et de meilleures infrastructures,cela joue, et sa population immense en fait un passage obligé.
        Le Pakistan est loin d’être aussi intéressante, et pas pour des raisons religieuses.

    • Détrompez vous mon chère, il y’a plus de liberté au Pakistan qu’en France.
      Les médias sont libres et très puissants, une justice totalement libre. Le pakistanais ont élu à deux reprises une femme aux plus hautes fonctions de l’état, l’avortement et le droit de vote aux femmes sont des questions que auxquels les pakistanais n’ont même pas eu à réfléchir tellement c’était une évidence.
      De plus vous avez la possibilité depuis 2009, de choisir la possibilité « troisième sexe » sur votre carte d’identité (pour les trav et les trans), vous voyez cela arriver en France ?
      Le Pakistan a certes beaucoup de problèmes mais la réalité est très différente de ce que vous pensez !
      Je peux vous dire que si les chinois investissent massivement c’est parce qu’ils ont vu un fort potentiel, et c’est l’arrivée de nouveaux emplois qui va améliorer la situation sécuritaire du Pakistan non pas le fait d’en faire une Autarcie.

  • N’importe quoi…A moins d’etre inconscient, comment peut-on conseiller de tels paris ?

    • Main-d’œuvre pas chère tu le sens !! Nike l’a compris …
      Sérieusement, les attentats se concentrent dans les régions tribales et le Waziristan. Et comme l’Inde, le Pakistan libéralise son économie.

  • Merci de vos réactions

    • Bonjour Yancovici,

      Merci, pour cette proposition.

      Questions techniques :

      Le P/E de 9 c’est une moyenne des boites qui compose l’ETF ou c’est autre chose.
      L’avez vous calculé vous même ?
      Connaissez vous un site qui fournisse les donnés permettant de le calculer ?
      En générale j’aime calculer le P/E de shiller, l’avez vous ?

      • Cher Jul,

        Le PE est celui calculé par MSCI.
        Pas de PE de Shiller Disponible. Nous ne nous en servons pas dans le cas d’un pays émergent.

        Bien à vous,

        • « Nous ne nous en servons pas dans le cas d’un pays émergent. »

          Pourquoi ?
          Parce que vous estimez que les earnings grimpent trop vite et que cela ne donnerait pas une valeur correct ?
          Ou parce que vous manquez de données ?

          Vous dites dans votre dernier article que les gestions growth sous performe la gestion value.
          Cette gestion value est elle calculé seulement à partir du P/E ?

          Je viens de regarder, depuis 1879, avec un P/E de 9 ou un PE de shiller de 9 le rendement théorique est assez similaire.
          Alors ça ne change pas grand chose.

          • Pour être précis, le Pakistan est un pays « Frontière » selon la classification MSCI.

            Nous ne nous servons PE de Shiller car il a vocation à donner une image du prix des actions à travers les cycles et les variations de marges des entreprises. Ces données dépendent des cycles du crédit, principale variable explicative des cycles économiques dans les pays développés. Dans les pays émergents et surtout « frontières », les facteurs explicatifs de la croissance sont surtout liés à la croissance démographique et aux gains de productivité, les 2 étant faibles dans les pays développés.
            Donc le PE Shiller a moins d’intérêt.

            Mais je vous rejoins sur l’intérêt de cet outil. Il existe d’ailleurs des ETF répliquant un modèle basé sur le PE Shiller.

            R. Yancovici
            http://www.jinvestismoinscher.fr

            • Dans votre article précédent vous indiquiez que la gestion growth sous performé la gestion value.
              Chose avec laquelle je suis totalement d’accord sur le point de vue théorique et pratique.

              Dans le cas du pakistan, vous espérez une croissance démographique et de productivité.
              A mon avis ça entre dans le cas d’une gestion growth .

              Hormis le P/E, qu’est ce vous pousserai à acheter le pakistan du point de vu value ?

          • Les facteurs « Value » ne s’arrêtent pas au PE. La définition varie en fonction des producteurs d’indices et d’ETF.

        • « Je viens de regarder, depuis 1879, »
          (C’est valable pour les USA, je n’ai pas les chiffres d’autres pays)

  • Bonjour à tous,

    Bien sûr je ne m’attendais pas à ce qu’une réflexion sur un placement indexé à la bourse pakistanaise remporte tous les suffrages. Tel n’était d’ailleurs pas mon objectif. L’idée était, en particulier sur une plateforme d’échange comme Contrepoints, de susciter la réflexion, d’ouvrir le champ des possibles loin du CAC et de l’EuroStoxx.

    Bien entendu, le Pakistan est peut-être le plus exotique de tous les placements en action. Bien entendu, il s’agit d’un placement volatil . Bien entendu, il est à réserver à des investisseurs avertis capables d’appréhender la notion de risque et de diversification. Bien entendu, il est à réserver à des investisseurs qui sont en mesure de comprendre la relation entre les fondamentaux d’un pays et les mouvements boursiers de long terme.

    Sur le fond, j’estime que le 6é pays au monde par sa population, dont l’économie a la taille de celle de la Grèce et la capitalisation boursière à peine supérieure à celle de la République tchèque a sans doute un potentiel de développement très significatif.

    Au plaisir de vous lire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Pour épargner, commencer par définir ses objectifs

La première priorité pour bien placer son argent ? Savoir ce qu'on veut en faire, ce qu'on aura besoin d'en faire et quand. Il est essentiel de commencer par vous demander pourquoi vous mettez de l'argent de côté : pour un projet à court terme ou à long terme ? Pour un objectif précis comme un achat immobilier ou les études de vos enfants ?

Cette première étape vous permettra ensuite de choisir les produits appropriés. Elle ne doit pas être négligée, faute de quoi vous risqueriez de so... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Mohit Anand. Un article de Conflits.

Vingt années de guerre, 2000 milliards de dollars dépensés et près de 2400 soldats morts, pour une sorte de retour à la case départ. Le retour des talibans en Afghanistan touche l’ensemble de l’Asie du sud-est. En réorganisant les relations avec le Pakistan et la Chine, ce retour oblige aussi l’Inde à se repositionner.

Vingt années d’intervention, 2000 milliards de dollars dépensés et environ 2352 soldats américains morts plus tard, la bataille d’Afghanistan est perdue pour les États-Unis... Poursuivre la lecture

Par Natasha Lindstaedt, University of Essex. Un article de The Conversation

Ils encerclent désormais Kaboul et négocient avec le gouvernement du président Ashraf Ghani une transition pacifique du pouvoir. Leur emprise sur le pays est désormais quasi totale. Leur victoire éclair intervient à peine un mois après le retrait des troupes américaines.

Au cours des vingt dernières années, les États-Unis ont déversé des milliers de milliards de dollars sur l’Afghanistan pour chasser les talibans. Cet effort financier col... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles