« Deux jours, une nuit » : que vaut le film anti-capitaliste des frères Dardenne ?

Le film montre involontairement comment des secteurs subventionnés par les pouvoirs publics se cassent la figure.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Deux jours, une nuit » : que vaut le film anti-capitaliste des frères Dardenne ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 mai 2015
- A +

Par Thierry D.

2 jours 1 nuit

Dans leur dernier film « Deux Jours, Une Nuit », les frères Dardenne se penchent une fois de plus sur les méfaits du capitalisme tueur d’oursons et, plus particulièrement ici, la capacité de ce dernier à diviser le monde des travailleurs en les montant les uns contre les autres.

Le pitch est insoutenable : l’héroïne, déprimo-pleurnicharde, travaille dans une entreprise wallonne en difficulté et, tout au long du film, la pauvre fille devra aller de maison en maison pour tenter de convaincre ses collègues de renoncer à une prime de 1000 euros pour lui permettre de rester dans la boîte. Le capitalisme cynique et destructeur dans toute son horreur !

Vraiment ?

Dans le scénario, l’entreprise en question (SolWal, ça ne s’invente pas) monte et vend des panneaux solaires. Elle survit grâce aux certificats verts et n’aurait très probablement jamais existé sans ces derniers. Des études sérieuses ont d’ailleurs démontré que pour chaque emploi créé par un système de certificats verts ou, plus généralement, des subsides directs aux énergies renouvelables, entre 2 et 4 emplois sont détruits dans le reste de l’économie et le prix de l’électricité grimpe en flèche.

Bien sûr, nos Che Guevara Brothers dispendieux et opportunistes écartent ces considérations ridicules pour remettre une bonne petite couche de racisme économique. « C’est la faute des Chinois ! », font-ils dire au patron de la boîte désemparé. Le péril jaune qui menace l’économie wallonne. Il fallait y penser !

En réalité, le film montre de façon incroyablement candide (et involontairement) comment des secteurs choisis et subsidiés par les pouvoirs publics se cassent systématiquement la figure lorsque l’argent des autres vient à manquer.

Mais bon, c’est tellement plus facile de mettre ces problèmes sur le dos des étrangers et du marché libre sans foi ni loi que sur plus de cinquante ans de collectivisme et de planification économique.

En parlant de subsides, on notera que ce film-révélation n’aurait jamais existé sans le concours généreux bien qu’involontaire des contribuables belges et européens dont l’argent fut si judicieusement redistribué aux deux frères via la RTBF, le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, France Télévisions, le Vlaams Audiovisueel Fonds, Eurimages et VOO.

  • Deux jours, une nuit, drame belge de Jean-Pierre et Luc Dardenne (sortie le 21 mai 2014), avec Marion Cotillard, Fabrizio Rongione, Pili Groyne. Durée : 1h35.


Lire aussi : « Deux jours, une nuit » : De l’usage irraisonné du gros plan

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • J’imagine que ces 2 frères font ce film par pur désintérêt financier et n’en espère aucun bénéfice. Ils ne verront donc aucun mal à ce que je le télécharge (bah oui le capitalisme c’est mal) et que je le partage au plus grand nombre (histoire de répandre la bonne parole).

  • Ma préférée:

    Notez que c’est implicitement la solidarité entre travailleurs qui au final seul peut la sauver du licenciement, par un renoncement à leur propre prime. Quand même (comme dirait le danseur-matador à trois temps)!

    Après le Ferdinand Bardamu de Céline qui réduit les européens à la guerre et au colonialisme et qui hait le capitalisme américain symbolisé par les usines de Détroit pour finir son voyage en médecin des pauvres (quelle abnégation et tout et tout), voici venir la Sandra des frères Dardennes. Elle, les poncifs socialo-gauchistes c’est jusqu’au bout des deux jours et (pas seulement) de la nuit…..

    • On pourrait même préciser : l’idée derrière le film, c’est que la planche de salut pour les classes populaires est de se sacrifier pour sauver leurs camarades. Ce sont aux ouvriers de renoncer à une prime (conséquente, au vu des revenus de ces travailleurs) pour que leur collègue puisse préserver son emploi.

      Si l’on généralise le propos du film, la conduite à tenir pour faire diminuer le chômage est très clair…

  • Ce qui est marrant c’est q’au plus les frangins dénoncent une Wallonie ravagée par la pauvreté, le chômage, la dépression, l’alcoolisme et la détresse générale au plus les autorités, en place depuis 40 ans et donc responsables, au plus donc la nomenklatura les adule. Le must est, pour les ministres socialistes, d’aller applaudir les frérots à Cannes dans les palaces de la Côte d’Azur….

  • Que fait Marion Cotillard dans ce pamphlet constructiviste ? Je pensais son minois plus éclairé…

  • Et oui le communisme c est partager l argent des autres et l héroïne et les auteurs ne s en privent pas !!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
candidats anticapitalistes
1
Sauvegarder cet article

Parmi les caractéristiques les plus notables de l’« exception française » se trouve l’anticapitalisme affiché et revendiqué par une bonne partie de la gauche, mais pas seulement. L’actuelle élection présidentielle s’inscrit dans la tradition. Il est vrai que sur les douze candidats du premier tour, au moins quatre, soit le tiers, se revendiquaient expressément de la mouvance crypto-marxiste.

Si nous reprenons les tracts du premier tour et en se concentrant sur l’anticapitalisme explicite des arguments, on peut établir un podium de l’an... Poursuivre la lecture

Par James Garagnon. Un article de Mises.org

Le mois dernier, à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation, le pape François nous a une fois de plus gratifiés de quelques paroles de sagesse économique en trois tweets, blâmant la libre entreprise et le capitalisme responsables de la persistance de la faim dans le monde :

The fight against hunger demands we overcome the cold logic of the market, which is greedily focused on mere economic profit and the reduction of food to a commodity, and strengtheni... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo. Un article de la Foundation for Economic Education

En tant que chef de l'Église catholique, le Pape François est un leader religieux estimé et une icône mondiale. Mais un expert dans un domaine ne fait pas un expert dans un autre - et sa compréhension de l'économie laisse beaucoup à désirer, si l'on en croit ses dernières remarques.

Les déclarations du Pape François à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation

Le Pape François a récemment fait une déclaration à l'occasion de la Journée mondiale de l'al... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles