Sondage : Retour à une très faible popularité pour le couple exécutif

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
hollande-renverse

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sondage : Retour à une très faible popularité pour le couple exécutif

Publié le 15 mars 2015
- A +

hollande-renverseSelon un sondage BVA-Orange-iTélé, l’exécutif continue de perdre les points de popularité qu’il avait gagnés après les événements du mois de janvier. Avec 27% de bonnes opinions, François Hollande perd 3 points de popularité par rapport au mois de février et 7 points par rapport au mois de janvier, juste après la grande marche du 11 janvier. Sur les 10 points de popularité qu’il avait alors gagnés (de 24% à 34%), il ne lui en reste que 3.

Concernant Manuel Valls, avec 40% de bonnes opinions, lui aussi voit sa popularité baisser, de 2 points par rapport à février et de 4 points par rapport à mi-janvier.

Emmanuel Macron plaît à droite

En revanche, le ministre de l’Économie Emmanuel Macron progresse depuis l’adoption de sa loi et gagne la deuxième place du classement de l’observatoire de la politique nationale de BVA, grâce à une très forte progression… à droite. En effet, avec 39% des Français souhaitant qu’il joue un rôle plus important à l’avenir, la cote d’influence d’Emmanuel Macron progresse de 3 points parmi l’ensemble des Français, ce qui lui permet d’accéder à cette deuxième place, derrière Alain Juppé (51%).

Mais si sa cote d’influence progresse de 6 points parmi les sympathisants de la droite (38%), elle régresse de 3 points parmi les sympathisants de la gauche (40%). Les critiques émises par les frondeurs socialistes contre sa loi auront à la fois fragilisé sa popularité à gauche, tout en la confortant à droite.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À l’heure où la Guadeloupe connait de nouvelles restrictions sanitaires, on peut se demander si ses habitants ne sont pas perçus par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. Les propos de Macron de la semaine dernière mettent en avant la volonté d’une société discriminant les non-vaccinés qui ne seraient plus des citoyens. Une discrimination qui se veut sanitaire. Mais quand on regarde qui sont les populations non-vaccinées, on s’aperçoit que le discours du président Macron va avoir un impact sur des catégories de populations bien ... Poursuivre la lecture

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

En avril dernier,  Macron annonçait qu’aurait lieu un « grand débat sur la consommation de drogues ». Il en a profité pour réaffirmer sa volonté de lutter contre la consommation de cannabis et de ne « laisser aucun répit aux trafiquants » pour faire « reculer la délinquance ».

Depuis lors, un arrêté daté du 31 décembre interdit la vente et la consommation les fleurs de chanvre CBD.

Emmanuel Macron contre le cannabis

Notre cher Prés... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles