Sondage : Retour à une très faible popularité pour le couple exécutif

Le regain de popularité lié à « l’esprit du 11 janvier » aura été de courte durée pour François Hollande et Manuel Valls.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
hollande-renverse

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Sondage : Retour à une très faible popularité pour le couple exécutif

Publié le 15 mars 2015
- A +

hollande-renverseSelon un sondage BVA-Orange-iTélé, l’exécutif continue de perdre les points de popularité qu’il avait gagnés après les événements du mois de janvier. Avec 27% de bonnes opinions, François Hollande perd 3 points de popularité par rapport au mois de février et 7 points par rapport au mois de janvier, juste après la grande marche du 11 janvier. Sur les 10 points de popularité qu’il avait alors gagnés (de 24% à 34%), il ne lui en reste que 3.

Concernant Manuel Valls, avec 40% de bonnes opinions, lui aussi voit sa popularité baisser, de 2 points par rapport à février et de 4 points par rapport à mi-janvier.

Emmanuel Macron plaît à droite

En revanche, le ministre de l’Économie Emmanuel Macron progresse depuis l’adoption de sa loi et gagne la deuxième place du classement de l’observatoire de la politique nationale de BVA, grâce à une très forte progression… à droite. En effet, avec 39% des Français souhaitant qu’il joue un rôle plus important à l’avenir, la cote d’influence d’Emmanuel Macron progresse de 3 points parmi l’ensemble des Français, ce qui lui permet d’accéder à cette deuxième place, derrière Alain Juppé (51%).

Mais si sa cote d’influence progresse de 6 points parmi les sympathisants de la droite (38%), elle régresse de 3 points parmi les sympathisants de la gauche (40%). Les critiques émises par les frondeurs socialistes contre sa loi auront à la fois fragilisé sa popularité à gauche, tout en la confortant à droite.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’économisme de gauche le plus archaïque est bien parti pour revenir peu ou prou aux affaires et, avec lui, le magistère d’économistes théoriciens non-pratiquants, comme Élie Cohen, réputé faire consensus. L’objectivité et l’omniscience prêtées à ceux-ci par ce dernier reposent depuis longtemps sur un dosage subtil et pourtant largement déséquilibré entre libéralisme et interventionnisme d’État agrémenté d’antinucléarisme « raisonnable ». 

 

Dans cette caste séculairement omniprésente sur les plateaux télé, on trouve le dis... Poursuivre la lecture

Emmanuel Macron se complaît à brocarder les programmes économiques du Front populaire et du RN pour mieux les disqualifier : « on est chez les fous ». Le président a même déclaré récemment : « ce sont des programmes qui n'ont soit pas d'honnêteté politique, soit qui font porter un très grand danger, pas seulement à l'économie française et à ses taux d'intérêt, mais je crois à nos compatriotes, contribuables, épargnants ».

Une idée largement répandue voudrait qu’Emmanuel Macron serait meilleur pour attirer les investisseurs. Certes, la ... Poursuivre la lecture

« Tout joueur hasarde avec certitude pour gagner avec incertitude […] Mais l’incertitude de gagner est proportionnée à la certitude de ce qu’on hasarde. » Pascal, Pensées. En 2017, le président Macron a conquis le pouvoir à la suite d’un pari osé. Dimanche 9 juin 2024, il annonce dissoudre l’Assemblée nationale, alors qu’il n’y était pas obligé. C’est donc bien un pari, mais un pari qui met en cause la nation tout entière. Quand on parie, on ignore si on va gagner, on connaît (ou du moins, on évalue) les coûts associés au gain. Plus le gain e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles