Ah bon, on est à l’os ? Ah bon, on fait ce qu’il faut ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Austérité (Crédits : www.SeniorLiving.Org, licence CC-BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ah bon, on est à l’os ? Ah bon, on fait ce qu’il faut ?

Publié le 27 février 2015
- A +

On l’a dit, on le répète : la situation est grave parce que l’austérité frappe la France de plein fouet, pif, paf. Partout, les élus, âpres à la dépense et conscients de leur énorme responsabilité si un déficit trop gros venait à obérer les finances publiques, font assaut d’inventivité pour tailler dans les services obèses, couper les charges indues et affûter les budgets au plus près.

Bien sûr, cela provoque de la grogne, des cris et des grincements de dents chez ceux qui sont les premiers touchés par ces mesures courageuses. Ainsi, le ministère de la Culture a-t-il pu mesurer les difficultés à assécher les robinets d’argent public et l’impitoyable dureté des éléments se déchaînant sur le monde des Arts a même fait l’objet d’une carte dédiée. Dans les collectivités territoriales, la main ferme de l’État refuse d’ouvrir un peu la bourse publique, et les élus locaux sont donc confrontés à de douloureuses décisions et doivent faire preuve de créativité pour dégager des marges de manœuvre et faire des économies. Il faut dire que d’après la Cour des comptes, ces collectivités n’ont encore fait que peu d’efforts pour réduire leurs dépenses de fonctionnement (notamment en personnel). Serrer la vis s’impose donc avec urgence pour redresser les finances du pays.

Et les résultats sont là ! Grâce à ces mesures inédites dans un pays jadis habitué à la dépense, Christian Eckert, le secrétaire d’État au Budget, a eu le plaisir d’annoncer que la masse salariale des collectivités locales avait bondi de 4% l’an dernier après une progression de 3,1% en 2013 ce qui est très… heu… Bondi ? Quoi ? Hein ?

Vous voulez dire qu’en cette période de disette budgétaire et alors que le déficit de l’État pour cette année ne devrait pas être inférieur à 70 milliards d’euros, nos élus sont infoutus non seulement d’arrêter les embauches, non seulement n’arrivent pas à se contenter d’embaucher autant que l’année précédente, mais qu’ils sont infoutus de s’empêcher d’augmenter encore le nombre d’embauches d’une année à l’autre ?

tout ceci est parfaitement normal

Non ! Ce n’est pas possible. Si cela se savait, cela déclencherait, à n’en pas douter, un mouvement de grogne sans précédent chez ces Français qui payent, chèrement, ce genre de gabegies.

Et alors qu’on entend partout l’orchestre philharmonique d’instruments à vent, pipeaux et flûtes de l’Élysée, jouer sa célèbre rhapsodie « On fait 50 miyards d’économies », il est impensable de lire en parallèle que les dépenses publiques ont encore augmenté, pour atteindre 57,7% des richesses produites, un chiffre jamais atteint auparavant.

Pourtant, pourtant, rappelez-vous, on a bien dit partout que l’austérité frappe les Français ! On a même entendu, partout, sur les plateaux télé, à la radio, on a lu dans moult éditoriaux d’une presse massivement subventionnée que la crise obligeait des économies dans les services publics (que le monde nous envie) à tel point que ces services sont menacés au moment même où les Français en ont le plus besoin (bien sûr) !

Nous aurait-on menti ? Nos élus nous bobarderaient-ils le visage sans vergogne ? Ne se foutrait-on pas un petit peu de notre gueule ?

Oh, ce serait du populisme que dire ça. Il semble évident que, derrière les masses ventripotentes qui siègent à l’Assemblée et au Sénat se cachent des hommes et des femmes respectueux des Français et de leurs finances, qui n’ont à cœur que le bien-être du contribuable si souvent mis à mal. D’ailleurs, c’est précisément pour cela que jamais, ô grand jamais, ces élus ne voteraient, en pleine crise, une loi pour augmenter encore (encore !) les indemnités de certaines catégories de hauts fonctionnaires.

Jamais.

Ah tiens, si.

bonification indiciaire

Apparemment, même en période de crise, on peut être élu de gauche, qui pense au peuple qui trime, ou de droite, qui fait attention aux deniers publics, et voter dans une belle décontraction une augmentation pour des hauts fonctionnaires alors qu’il est plus que temps que toute augmentation, toute nouvelle embauche soit parfaitement et totalement proscrite.

Mais à bien y réfléchir, peut-être que ces votes d’augmentations, peut-être que ce déni des uns et des autres (Delaunay, qui estime sans rire que « L’État et les collectivités sont générateurs d’emplois » ou Philippe Laurent, président de la Commission des finances de l’AMF, Association des maires de France, qui rétorque simplement qu’« Il ne peut pas en 2014 y avoir 4% de progression de la masse salariale »), peut-être que cette parfaite déconnexion avec la réalité explique assez bien le constat sans échappatoire possible que, non, non, l’austérité n’a toujours pas commencé en France ?

dépenses administrations publiques - 2013

Peut-être cette préoccupation à continuer le train-train quotidien des dépenses fumistoïdes, des gabegies décontractées et le déni douillet qui les accompagne expliquent-ils que non, loin s’en faut, le gouvernement, les politiciens et les administrations sous leur responsabilité ne font absolument pas ce qu’il faut, et ont même la furieuse tendance à accroître le problème ? Par exemple, alors que tous ceux qui ont encore un contact avec le réel ont bien compris que l’un des gros problèmes qui plombent le pays est le poids des charges, comment interpréter un petit amendement ajouté lors du vote de la loi de finance de Sécurité sociale pour 2015, petit amendement qui ouvre grand la porte à l’obligation de payer des cotisations pour les gérants minoritaires non salariés ? Tout comme les centaines de bonnes idées précédentes (depuis la loi Macron jusqu’à la loi Consommation en passant par d’autres), toujours motivées par les meilleures intentions, et déclenchant toujours les pires catastrophes, comment ne pas voir ici à l’œuvre une bonne dose de crétinerie ou un désir pervers d’emmerder encore un peu plus certaines personnes ?

Comment ne pas voir, devant l’accumulation de ces débilités néfastes, que nos élus sont maintenant prêts à raconter n’importe quelle bêtise pour faire perdurer la situation tant qu’elle leur est profitable ? Comment ne pas voir leur déni, et comment ne pas voir qu’au final… ce pays est foutu ?

on appelle cela du foutage de gueule
—-
Sur le web

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  • La seule et unique priorité politique pour ce pays est de diminuer l’Etat : diminuer les impôts, les services publics improprement monopolisés et les fonctionnaires.

    Ca fait 40 ans qu’on le dit, mais bon les Français, en champion du monde du donage leçons morales, ont cette perversité qui leur fait dire : « si on nous le dit, et que c’est pas nous qui l’avons trouvé tout seul, c’est qu’il doit bien avoir une autre manière de s’en sortir, non … »

    Et pendant que Piketti cherche, que Hollande remue de l’air, que Vals se prend pour Sarkozy, que Macron et Sapin nous font prendre des vessies pour des lanternes … les Shadocks pompent …

    Ce pays est foutu.

    • Oui, mais:

      Il vaut mieux pomper même s’il ne se passe rien que risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.

  • MDR !

    Bon, une petite histoire ?

    Il y a l’ensemble des ministres dans une grande salle de l’Elysée. Ils attendent H, un reporter « killer », qui dans une vraie démocratie, a le droit de poser des questions et de demander des réponses. (claires)

    H arrive, masque à gaz en place, un micro mou en guise d’arme. Il s’approche, les ministres commencent à bouger nerveusement. Des petits tics nerveux, de la transpiration abondante. Cet exercice est pour eux, très dangereux. Le pire de leur carrière:

    – Ils doivent rendre des comptes, endosser les responsabilités. Donner des lignes droites, des objectifs réalistes, etc….

    Non, je déconne, on est en France, quand même ! Cela est impossible. Un pays communiste ne transige pas avec la réalité.

    C’est relâche, c’est vendredi !
    Bon, tournée de bière pour toute la France. C’est MOI Président qui paye !
    Youpi !

  • GENIAL. !!
    Encore une fois. La tartuferie dans toute sa splendeur.
    mais.. la seule issue, une explosion finale incontournable, malheureusement !!

  • A la lenterne…
    Helas non.
    Clientélisme trop savant, et le système a fait des petits fermiers généraux de toutes les entreprises.
    Tout autour de moi pas un ne crie que ça ne peut pas durer. Nous sommes éternels.
    Pourtant en regardant l’histoire on trouve plein de noms de peuples et civilisations qui n’ont plus que ça, un nom obscur sur une vielle carte.

  • Ce matin,Pierre « Moscovitscie » sur RTL avec JMA :
    « réduire les déficits c’est ensuite plus de service publique »

    No comment…

  • « Ah bon, on est à l’os ? Ah bon, on fait ce qu’il faut ? »

    C’est l’évidence même, « ON » fait tout ce qu’il faut pour y arriver à l’os ….
    Je crois même que « ON » commence à le ronger … l’os …
    Quand nous aurons payé les rafales … « vendus » ?!?!?! à l’Egypte … Il ne restera plus d’os du tout …

  • Je n’y croyais pas :

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030252120

    Ben si!

    Sinon nous avons cela :

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/decryptages/2014/09/26/25003-20140926ARTFIG00106-au-senat-de-vrais-privileges-mais-aussi-de-l-intox.php

    et ceci :

    http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/14293-salaire-des-deputes-combien-gagnent-ils

    distrayant également :

    http://www.observatoiredesgaspillages.com/2013/01/salaires-des-employes-du-senat/

    http://lelab.europe1.fr/combien-coutent-les-agents-de-l-assemblee-nationale-3160

    Il reste cette épineuse question qui nous taraude dans son fondement :
    « Pourquoi en France tout le monde veut être fonctionnaire? »

    Au lieu de se faire plein de blé sans aucune contrainte administratives, financière, sociales, de contrôle comme ces ordures de social-traitres que sont les profession libérales (Libéral!!!! Pouahh, cassez moi tout ça!)

    Vivement le retour de la droite pour qu’enfin de l’ordre soit mis dans la maison

  • Un lamentable exemple de gabegie: la RATP installe des portillons sur le quai de certaines lignes de métro, synchronisées avec l’ouverture/fermeture de chaque rame. C’est merveilleux pour la sécurité de chaque passager et peu-être même un peu trop sécuritaire, non?
    Et bien on rajoute un employé, payé par le généreux contribuable, devant chaque portillon, pour veiller à ce que tout ce beau mécanisme ne devienne pas complètement fou. Étonnant, non?
    Que le contribuable devienne, lui complètement fou, les « stratèges » de la RATP s’en foutent, eux, complètement!

  • Trop forts les « sauces à l’eau ».
    Ils font disparaître le muscle. Plus y a de gras et meilleur c’est. Enfin pour ceux qui font parti du festin :mrgreen:

  • Malgré ces commentaires alarmistes, la une des journaux ne fait état que d’une aggravation des dépenses, la pléthore d’un personnel incompétent qui vient juste toucher sa rente de situation attendant que le secteur privé alimente la chaudière.
    Peu à peu néanmoins le « peuple  » prend conscience qu’il se fait gruger de plus en plus. 95 est loin quand la SNCF et autres faisaient gréve pour maintenir leurs privilèges faisant croire à l’ensemble. aidez nous car cela aura des retomber positive pour vous.
    Si à cette époque Juppé (pas l’actuel qui est de plus en plus à gauche) avait pu supprimer tous ces avantages sociaux si dispendieux, la situation actuelle serait moins dramatique.
    ZP cette nullité absolue avait réduit les salaires des fonctionnaires de 10% cela était notable….mais nous?!

  • Bonjour,
    Le graphique des dépenses publiques pose problème, vous faites débuter l’axe des ordonnées à 500 ce qui a pour conséquence d’accentuer la courbe. Si vous le faites débuter à 0, elle en sera bien moins impressionnante…
    C’est pas très correct il me semble.

    • oui pour les abrutis ca peut preter a confusion.

      sinon le but de cette courbe est de montrer que la tendance est inchangee depuis plus de 20 ans (donc pas de changement, pas d’austerite recemment), et non de disserter sur sa pente.

      • D’où la confusion possible…
        La tendance est inchangée, ça reste à démontrer puisque le graphique n’est pas d’origine (il a été modifié)…

        • Aucune confusion possible. Les dépenses ont plus que doublées en 20 ans et les services soit disant publiques sont moins efficaces qu’il y a 20 ans.

    • On va titiller le 100% de dette en proportion du PIB. Alors la pente de la courbe me convient bien.

      • Entre 2009 et 2010, il y a un léger fléchissement ! Il faudrait savoir pourquoi !
        N’est ce pas à ce moment que Sarko a rencontré Carla ?!

        Si oui, c’est la preuve qu’il faut qu’ils arrêtent de nous faire chier.

        • En fait, si on y regarde de plus près, la pente de la courbe pendant le quinquennat de Sarko est plus plate, à part 2009, ce qui est du au rachat des encours bancaires des banques Françaises. Elle repart ensuite joyeusement en 2012.

          • C »est vrai, elle est très légèrement plus plate (faut de bon yeux quand même) sauf quand elle monte encore plus vite.
            Il y a toujours de bonnes raisons pour augmenter les dépenses.

        • En fait, il leur faudrait tous un harem, d’au moins 50 jeunes épouses.
          Épuisés qu’ils seraient à forniquer, ils nous foutraient une paix royale.

    • Quel est l’intérêt d’avoir un espace blanc en dessous de la courbe ? Lorsqu’on présente un graphique, on fait généralement cela pour la lisibilité, cela n’a aucun rapport avec l’envie d’accentuer une courbe.

  • Humour du vendredi.

    L’Etat aime les rapports:
    http://www.ifrap.org/les-nombreux-rapports-remis-au-ministere-de-leducation

    Qu’il fait faire avec nos thunes, et puis RIEN !

    En fait non, si vous les voulez, il faut les acheter, une 2eme fois.

    Y a pas, l’Etat aime bien se foutre de notre gueule. Et 2 fois plutôt qu’une.

    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/

    • Vous pouvez les avoir gratis sous forme électronique.
      De toute façon ces rapports de commande, dont le contenu est fixé par la lettre de mission, ne valent pas un clou … Les rapports intéressants sont confidentiels, pas à la documentation française

  • Mon cher H16, à chaque fois que vous produisez cette courbe des dépenses des administrations, ça produit chez moi des hauts le coeur suivi d’un état de colère inconsolable ! Comme vous le dites si bien, ce pays est foutu !!

  • De dieu de dieu, une austéritude qui dépote :mrgreen:

  • L’Etat et ses complices privés sont loin de l’os, ils se distribuent le beurre et l’argent du beurre sur le dos des Français.
    30 milliards de péages en plus nous seront soutirés et des centaines de personnes de plus seront tuées, c’est le résultat du pacte en cours entre le gouvernement et les concessionnaires d’autoroutes.
    Au lieu de faire diversion sur la hausse de 0,57% des péages, suivant le contrat de concession conclu aux dépens de l’intérêt général des Français, un gouvernement honnête et soucieux de l’intérêt du pays devrait mettre tout en œuvre pour annuler légalement ces contrats:
    – pour intérêt général (conformément à la Constitution), les autoroutes, dont l’exploitation a les caractères d’un service public national et en plus est un monopole de fait, doivent être propriété de la Nation ce qui n’est pas le cas actuellement puisque les concessionnaires en ont de fait l’usufruit. Cet usufruit est donc à récupérer.
    – pour l’intérêt général des Français, car le prix du péage détourne les automobilistes vers les autres routes 4 à 5 fois plus dangereuses que les autoroutes donc cause plusieurs milliers de morts supplémentaires,
    – pour escroquerie ou pour abus, ….
    A la différence d’un entrepreneur qui emprunte pour créer une activité et enrichir le pays, les concessionnaires sont loin d’être des créateurs de richesse, ils ont emprunté pour spéculer sur les concessions, comme le joueur qui emprunte pour jouer au casino, mais sans risque de perdre à ce casino. Ces sociétés ont emprunté énormément aux banques aussi pour payer moins d’impôts sur les bénéfices de la gestion (4 milliards d’euros d’impôts économisés) et sans doute sur d’autres activités. En s’appuyant sur le magot des péages autoroutiers, Elles ont bénéficié d’une baisse énorme des taux sur leurs emprunts qui représente de l’ordre du milliard d’intérêts par an qu’elles économisent en s’appuyant sur la renteque leur assurent les péages autoroutiers. Elles n’ont pas créé de richesse en achetant la gestion assurée auparavant par l’Etat. Elles ne font que gérer des infrastructures existantes, avec peu de travaux d’amélioration de la circulation, travaux d’ailleurs prévus dans les contrats ou accroissant les bénéfices et qui auraient pu être faits moins cher si l’Etat avaient lancé des appels d’offres indépendants.
    Ces sociétés ont aussi manipulé les tarifs, spoliant les usagers, par exemple par foisonnement. Il y a eu ainsi nombre d’exactions aux dépens des automobilistes, dol, manipulations, augmentation de ces péages qui ont provoqué des centaines de morts supplémentaires en dissuadant les automobilistes d’utiliser les autoroutes. Il y a intérêt général à ce que les concessionnaires réparent ces dégâts, rappelons que le juge de New York a fait payer par BNP une amende de 7 milliards d’euros en 2014 pour des faits moins dommageables. Une pénalité de 15 milliards (égale aux bénéfices exagérés que les concessionnaires ont encaissés depuis la privatisation) pourrait servir à les payer d’une forte baisse des péages, en attendant leur prochaine fin.
    Au lieu d’agir pour l’intérêt général de notre économie et de notre société, c’est 30 milliards de péages supplémentaires que le gouvernement essaye de faire passer par prolongation des concessions.
    Il est extrêmement grave que les concessions soient prolongées ainsi d’environ 3 ans, donc 1/5 de durée de péages en plus avec en surplus les augmentations prévisibles du trafic (+1 à 1,5% par an prévu en 2015 suivant la déclaration d’Eiffage le 26 février 2015) et de prix des péages d’ici 2030. Ce prétendu plan de relance cache principalement une augmentation de plus de 20% du total cumulé de ce que les usagers devront payer en péages, environ 30 milliards de plus, et causera par la conservation des péages des milliers d’accidents supplémentaires. C’est ce que notre gouvernement a préparé en catimini et essaie de faire adopter dans le dos des Français, pour conserver les énormes impôts (4 milliards par an qu’il reçoit suite aux péages.

  • Continuons à dépenser, on n’en a plus pour longtemps, la religion de paix, continue à avancer, à égorger à détruire les oeuvres d’art, à nier tout ce qui n’est pas du Coran : nous n’en sommes pas, nos jours sont comptés,

  • Et si les forces vives de la France s’expatriaient ? Ça serait une leçon dure pour grholande

  • Les vrais chiffres ici :
    http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=T12F133

    Les dépenses publiques sont en baisse !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Il est fréquent de croire que le libéralisme s’assimile aux politiques d’austérité. C’est se méprendre à la fois sur le champ que couvre cette philosophie, nullement restreinte à l’économique, mais c’est – même sur le plan économique – en avoir une vision bien terne et restrictive, pour ne pas dire peu enthousiasmante qui ne correspond pas à son esprit.

Vingtième-troisième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme n’est pas qu’économique

Nous l’avons évoqué à de multiple... Poursuivre la lecture

Par Bernard Kron.

Quel candidat sera en mesure d’appréhender la profondeur de la crise décrite dans Blouses Blanches colère noire (Max Milo éditions) ?

Le chef de l’État une fois élu devra définir une nouvelle stratégie nationale pour la santé et corriger les erreurs de la gestion des crises.

Trop d’agences et de hauts fonctionnaires entraînent une coûteuse paralysie de leur gestion. Cette situation a entraîné le dépôt de milliers de plaintes.

La réforme interne de l’État pour le rendre plus efficient devra  défini... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Aymeric Belaud. Un article de l'Iref-Europe

Le 15 décembre dernier, la Cour des comptes a présenté son rapport annuel sur les finances publiques locales. Dans le fascicule numéro 3, consacré à l’examen de la mise en place des métropoles, elle rend un verdict qui n’est hélas guère étonnant.

Selon la loi de modernisation de l’action publique territorialeet d'affirmation des métropoles (MAPTAM) du 27 janvier 2014, la création de métropoles devait permettre une gouvernance plus efficiente, une meilleure coordination des fonction... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles