L’économie politique selon J.S. Mill : la critique de Durkheim

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
john stuart mill credits martin beek (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’économie politique selon J.S. Mill : la critique de Durkheim

Publié le 7 décembre 2014
- A +

Par Bertrand Allamel.

john stuart mill credits martin beek (licence creative commons)
John Stuart Mill

Voici la suite de notre série sur la définition de l’économie politique par J.S. Mill. Retrouvez les deux premières parties ici et ici.

Nous avons vu précédemment comment John Suart Mill était parvenu à proposer une définition qui lui semblait satisfaisante de l’économie politique. Il nous faudrait maintenant parler de la méthode de l’économie politique à laquelle Mill consacre la deuxième partie de son essai.

Mais avant de nous pencher sur la méthode et de voir ce qu’en dit Mill, j’aimerai cependant au préalable faire mention d’une critique à l’encontre de cette définition, trouvée chez Durkheim. Non pas que, comme le fait Durkheim à qui j’emprunte cette critique, je sois tenté par une remise en cause fondamentale de l’économie politique, mais plutôt pour souligner l’éventualité d’une erreur ou du moins la difficulté de l’effort de définition de Mill, et plus simplement pour faire mention d’une critique existante dans laquelle Mill est explicitement cité.

Alors que Mill a bien pris soin de distinguer art et science, et de faire en sorte que l’économie politique se dégage de cette conception qui ferait d’elle un art de gouverner pour la hisser au rang de science, on peut en effet se demander si son entreprise n’a pas, dans une certaine mesure, échoué.

Durkheim, père de la sociologie, figure emblématique du holisme, attaque directement les fondements de l’économie politique et reprend, en les critiquant explicitement, les propos de Mill. Peu importe la motivation réelle de ces critiques et la présentation peut-être facile d’un argumentaire provenant du courant méthodologique exactement contradictoire : on peut toutefois accorder un certain intérêt à celle qui va suivre.

Dans Les règles de la méthode sociologique, Durkheim met indirectement Mill face à une contradiction embarrassante en soutenant que l’économie politique, sous ses airs de science, n’est qu’un art déguisé1 :

Aussi, en économie politique comme en morale, la part de l’investigation scientifique est-elle très restreinte ; celle de l’art prépondérante. […] Ce qui tient le plus de place dans les recherches économiques, c’est la question de savoir, par exemple, si la société doit être organisée d’après les conceptions individualistes ou d’après celles des socialistes ; s’il est meilleur que l’État intervienne dans les rapports industriels et commerciaux ou les abandonne entièrement à l’initiative privée ; si le système monétaire doit être le monométallisme ou le bimétallisme, etc., etc. Les lois proprement dites y sont peu nombreuses ; même celles qu’on a l’habitude d’appeler ainsi ne méritent généralement pas cette qualification, mais ne sont que des maximes d’action, des préceptes pratiques déguisés. […] Tout ce qu’on a pu faire et tout ce qu’on a fait, c’est de démontrer dialectiquement que les individus doivent procéder ainsi, s’ils entendent bien leurs intérêts ; c’est que toute autre manière de faire leur serait nuisible et impliquerait de la part de ceux qui s’y prêteraient une véritable aberration logique.

Emile_Durkheim (wikimedia commons)
Émile Durkheim

On peut donner raison dans un certain sens à Durkheim si on reprend les termes exacts de Mill déjà cités précédemment, selon lesquels l’économie politique chercherait

À montrer quel enchaînement d’actions l’humanité, vivant en état de société, serait amenée à accomplir si cette motivation, sauf à être contrariée par les deux contre-motivations perpétuelles auxquelles nous venons de nous intéresser, présidait en maître absolu à toutes ses actions. »2 ; et employant certains expédients pour faciliter la distribution. »]

D’un autre côté, on ne peut enlever à l’économie politique, telle qu’elle a été définie par Mill, sa force analytique et sa volonté de comprendre les comportements humains, notamment par sa méthode spécifique (que l’on va aborder dans un prochain article).

De plus, Mill insiste bien sur la spécificité de l’objet de l’économie politique :

Les affaires humaines dans lesquels l’acquisition de richesses constitue le but principal et reconnu »3

Dans ce cadre, il pose ou suppose sans complexe l’homme comme étant soumis à un désir perpétuel de produire et d’accumuler des richesses. Mill est difficilement attaquable dans la mesure où l’hypothèse centrale est annoncée et occupe une place prépondérante dans la définition de l’économie politique.

Finalement, les deux postures semblent se tenir et il est bien délicat de trancher4 : l’économie politique, du point de vue de Durkheim peut effectivement aboutir à des préceptes et être considérée comme un art, mais du point de vue de Mill, on peut la prendre comme un science « sous condition » qui donne l’occasion d’étudier et de comprendre les comportements humains, dans un contexte particulier.

La primauté de l’hypothèse dans l’économie politique fait d’ailleurs l’objet d’un développement attentif de Mill, au cours duquel il défend une méthode spécifique que nous aborderons dans un prochain article au cours duquel nous aurons d’ailleurs à nouveau l’occasion de nous référer à Durkheim.

  1. E. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, pp. 26-27.
  2. La critique de Durkheim prend encore plus de valeur si on reprend les propos suivants de Mill, p. 68 : « (l’économie politique) montre l’humanité, sous l’influence de ce désir, accumulant de la richesse et l’employant à la production de nouvelles richesses ; approuvant d’un accord général l’institution de la propriété, établissant des lois afin d’empêcher les individus d’empiéter sur la propriété des autres par la force ou par la ruse ; adoptant divers dispositifs en vue d’augmenter la productivité de leur travail ; réglant le partage du produit de la terre par des accords, sous l’influence de la concurrence […
  3. p. 69
  4. Ce qui n’était pas l’objectif, celui-ci étant plutôt de souligner la difficulté du problème.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • étant que économiste j.s mille a bien parler de la nécessite de la méthode scientifique

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'Institut économique de Montréal

J'ai récemment fait une rencontre qui s'est d'ailleurs terminée de façon passablement abrupte et orageuse, avec deux personnes de monde des affaires. Nous discutions notamment du libre-échange et de son pendant inverse, le protectionnisme.

Cette rencontre m'a permis de réaliser à quel point certains concepts économiques de base demeurent au fond très incompris, et ce même chez des personnes éduquées occupant des positions importantes.

Depuis au moins deux siècles, la science... Poursuivre la lecture

Par Frank Hollenbeck. Un article du Mises Institute

Nous devons réduire le pouvoir de l'État au strict minimum, sinon la prochaine menace pour notre sécurité entraînera une perte encore plus grande des libertés individuelles.

Dans la vie, nous devons constamment faire des compromis entre la vie, la liberté et la propriété. Lorsque nous prenons notre voiture pour aller faire un tour, nous échangeons la vie contre la liberté : marcher est plus sûr que conduire. Lorsque nous prenons notre voiture pour aller travailler, nous échange... Poursuivre la lecture

Par Alexander C. R. Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le quarante-et-unième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Notre héros de la semaine est John Stuart Mill, un philosophe, parlementaire et économiste politique anglais du XIXe siècle. Tout au long de sa vie, il a milité pour une plus grande liberté d’expression et pour l’abolition de l’esclavage.

Alors q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles