Afrique : l’économie de marché comme clé de la prospérité

Les nations africaines ne peuvent pas continuer à se vautrer dans une pauvreté abjecte. Elles doivent impérativement mettre en place une économie de marché.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
filles Afrique credits Rod Waddington (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Afrique : l’économie de marché comme clé de la prospérité

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 octobre 2014
- A +

Par Lanre Olagunju.

filles Afrique credits Rod Waddington (licence creative commons)

Une économie de marché fait référence à un système dans lequel les décisions économiques, en particulier la tarification des biens et services, sont entièrement déterminée par les échanges des ménages et des entreprises d’un pays, avec une intervention limitée du gouvernement. Plus d’innovations et de progrès technologiques ont été réalisés dans les pays riches grâce aux opportunités offertes par le libre marché. Cette liberté s’est avérée plus fructueuse que la planification étatique.

Je prends l’Amérique comme étude de cas. Il y a tout juste un siècle, seulement 4% des Américains possédaient des installations sanitaires dans leurs maisons, seulement 2% des foyers étaient raccordés au réseau d’électricité. Posséder un ordinateur et un téléphone cellulaire personnel était totalement hors de portée. Il n’y avait pas d’accès à l’Internet. 1% seulement de la population possédait des voitures et beaucoup portaient des vêtements ordinaires. Dans ce contexte de rareté, les seules choses disponibles en abondance étaient la mortalité maternelle et néonatale, les décès routiniers à cause de maladies provoquées par le manque de médicaments. Sans avoir besoin de renverser les chiffres, il nous est facile de comprendre que cette histoire a changé depuis longtemps. L’Amérique d’aujourd’hui est un géant mondial et cela se traduit de manière évidente dans la qualité de vie de ses habitants.

Il est important de souligner que ce ne sont pas les seules politiques gouvernementales qui ont drainé les prodigieuses améliorations qu’a connues l’Amérique entre 1900 et aujourd’hui. C’est essentiellement grâce au marché que l’économie américaine a prospéré. La volonté de gagner plus et d’améliorer son propre niveau de vie reste la meilleure incitation des individus à investir dans l’éducation et dans leur propre développement, à prendre des risques calculés, à créer des entreprises et des produits technologiques intelligents que d’autres sont prêts à acheter.

À la base, l’accès à l’électricité a encouragé l’utilisation de matériel dépendant de cette source d’énergie. L’invention du réfrigérateur, par exemple, a permis aux ménages ordinaires de ne pas faire leurs courses tous les jours puisque les produits alimentaires et les aliments peuvent y être conservés. Cela permet de gagner un précieux temps qui peut être consacré à d’autres activités plus productives. Pensez à tous les diplômes universitaires perdus lorsque les gens passent leurs temps à laver leurs vêtements à la main ? Imaginez la quantité de temps qui peut être exploitée dans le développement de soi, en restant connecté à ses proches et faire tout un tas d’activités productives qui créent une chaîne plus large pour le développement et le progrès économique.

J’ai vécu à Lagos, au Nigeria, la plus grande partie de ma vie. Et j’ai toujours eu l’impression que Lagos est très surpeuplé. À l’heure actuelle c’est la ville au plus fort taux de croissance en Afrique et la septième dans le monde, avec une population estimée à environ 20 millions de personnes. La ville est sans aucun doute encombrée et son trafic routier souffre d’une congestion chronique. Avant 2001, les téléphones cellulaires étaient réservés aux classes les plus riches. Et à cette époque, vous deviez parcourir des kilomètres pour délivrer des messages mineurs. Ce serait un véritable casse-tête si chaque réunion d’affaires imposait une présence physique. Imaginez Lagos aujourd’hui avec environ 20 millions d’occupants sans téléphones portables et sans Internet. Imaginez le trafic sur les routes !

Pour étayer davantage le fait que l’économie de marché libre crée la liberté et la prospérité, je voudrais aborder à nouveau le cas de l’économie américaine et le chemin de sa réussite. Un grand auteur et promoteur de marché libre, Joseph Schumpeter, a fait une prévision courageuse dans son livre Capitalisme, socialisme et démocratie, publié en 1942. Dans ce livre, il a déclaré que la pauvreté disparaîtra d’une mort naturelle en Amérique et dans d’autres pays capitalistes comme la France, la Suède et l’Allemagne dans exactement cinq décennies, c’est-à-dire en 1992. Il a défini la pauvreté par l’incapacité à se nourrir, avoir un logement et des vêtements décents, soit les trois besoins essentiels de la survie, tels qu’identifiés dans la pyramide de Maslow. Comme l’a dit le professeur George Vicksnins à juste titre dans une de ses présentations, en 1982, la pauvreté entendue dans ce sens a été éliminée aux États-Unis.

Donc, à partir de l’analyse qui précède, il est clair que l’économie de marché et ses principes sont la condition sine qua non de la prospérité et du bien-être de toute nation. Les nations africaines ne peuvent pas continuer à se vautrer dans une pauvreté abjecte. Elles doivent impérativement mettre en place une économie de marché. En regardant les exemples étrangers de réussites, il est impossible de nier que l’échange crée de la richesse. Au lieu de débattre et de douter de ces fondamentaux, l’Afrique devrait optimiser son temps en le consacrant à la production de biens et d’idées qui permettront de résoudre les problèmes et de créer plus de richesse et de prospérité pour tous.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • bonjour ,dans les immédiates années d’après indépendances respectives ,ces pays disposaient ; outre l’enseignement dispensé antérieurement et en continu par les Européens ,des infrastructures & matériels laissées en bon état ; que ne s’en sont -ils pas servis ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avec un PIB par habitant de 1606 dollars début 2022, le Sénégal, pays du train le plus rapide d’Afrique subsaharienne, affiche désormais un niveau de richesse par habitant près de deux fois supérieur à celui du Rwanda, parfois surnommé le « Singapour africain ». Le dynamisme sénégalais s’accompagne d’une modernisation rapide du pays, qui maîtrise dans le même temps sa dépendance aux aides publiques étrangères au développement et démontre par ailleurs que progrès et démocratie ne sont pas incompatibles.

Selon les dernières données pu... Poursuivre la lecture

Kenya OGM
1
Sauvegarder cet article
La voie est libre pour des maïs génétiquement modifiés

Le président nouvellement élu William Ruto (et ancien ministre de l'Agriculture) a convoqué son cabinet le 3 octobre 2022 pour examiner principalement les progrès réalisés dans la réponse à la sécheresse en cours. Celle-ci affecte 23 comtés du Kenya sur 47 et a touché au moins 3,1 millions de Kenyans (sur quelque 54 millions) ; c'est la pire sécheresse depuis 40 ans dans la Corne de l'Afrique.

Lors de cette réunion, il a été décidé de lever l'interdiction de la culture et des impor... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews.

 

Le film à succès The Women King a ressuscité le mythe selon lequel l'esclavage procure de la richesse. Si les critiques irritées affirment que le film minimise le fait que l'empire du Dahomey tirait sa richesse de l'esclavage, cette observation associe à tort la réussite politique à l'épanouissement humain. L'État et l'individu sont deux entités distinctes et, à ce titre, les objectifs des individus sont souvent incompatibles avec ceux de l'État.

En Afrique, la traite des esclaves a enrichi les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles