Que fait-on quand l’or baisse ? On en achète !

L’or est en baisse, il faut donc en profiter pleinement…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
or credits curtis perry (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que fait-on quand l’or baisse ? On en achète !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 septembre 2014
- A +

Par Charles Sannat.

or credits curtis perry (licence creative commons)

Comme si la baisse du cours de l’or brûlait les doigts, nombre d’investisseurs cherchent à revendre leurs positions, ce qui tend à affaiblir encore plus le cours de l’or. Les amateurs d’or physique qui en achètent dans une logique d’épargne de précaution à long terme ne peuvent que s’en réjouir, c’est le moment de faire les courses !

Nous ne sommes pas encore en mesure de vous dire si la baisse entretenue du cours de l’or va durer, en revanche, elle fait déjà le bonheur des épargnants qui souhaitent en acheter pour sécuriser leur patrimoine.

-9,77% en dollars et -3,34% en euros en même pas quatre mois !

Hier matin, le cours de l’or cotait à 1218,65$ et 950,14€. L’once d’or a perdu 119$ et 33€ depuis son plus haut niveau récent le 12 juin dernier. Ce qui révèle au passage que le cours de l’or est beaucoup stable et moins volatil en euros qu’en dollars. L’or a en effet accusé une baisse de presque 10% entre juin et maintenant en dollars, contre seulement 3,3% en euros. Une baisse significative, même en tenant compte des remous de la parité dollars / euros. Cette baisse se répercute déjà sur la prime et donc sur le prix des pièces en or d’investissement.

Un investissement pour l’avenir

Cette « compression artificielle » du cours de l’or, pour reprendre une expression de Léonard Sartoni, ne pourra pas durer éternellement, sous peine d’aboutir à un prix de l’once inférieur aux coûts de production, ce qui absolument inenvisageable. D’autre part, concernant le dollar, il faut s’attendre à de prochaines fluctuations importantes d’ici 2015. Dans ce cas, n’oubliez pas que l’or protège la valeur des réserves des pays hors zone dollar contre les fluctuations du billet vert, comme l’a justement indiqué Mario Draghi il y a un an à Harvard.

Dans ce contexte de crise, l’or garde plus que jamais ses fondamentaux et c’est justement le moment d’en acquérir pour se préserver d’un avenir plus qu’incertain.


Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Cette « compression artificielle » du cours de l’or, pour reprendre une expression de Léonard Sartoni, ne pourra pas durer éternellement, sous peine d’aboutir à un prix de l’once inférieur aux coûts de production, ce qui absolument inenvisageable.  »

    Et quel est-il, ce coût de production ?

    • Le coût de production dépend du dollar : si le pouvoir d’achat du dollar monte, le coût d’extraction baisse. Or, comme le dollar est promis à une belle envolée en tant que monnaie refuge ultime, on a toute la marge nécessaire pour observer une deuxième puis une troisième chute du cours de l’or. Evidemment, les vendeurs d’or sont pris à la gorge, car ils vendent leurs stocks achetés trop haut. Seuls les producteurs d’or qui « fabriquent » leur stock en flux tendu s’en tirent, du moins tant qu’ils sont en mesure de rembourser leurs investissements antérieurs.

      « Que fait-on quand l’or baisse ? » On attend qu’il baisse encore plus. On achètera de l’or seulement quand il sera sorti de sa tendance baissière de moyen terme (faire l’analyse technique du cours de l’or). En attendant, il n’est jamais trop tard pour vendre et s’éviter une perte encore plus lourde pour ceux qui ont acheté au plus haut : seul le cash ainsi épargné permettra de racheter l’or le moment venu et profiter pleinement de la nouvelle jambe de hausse.

  • Où et comment acheter de l’or quand on est un particulier ? Les intermédiaires (banques par exemple) prennent des frais très conséquents sur toutes les opérations d’achat et de vente rendant très aléatoire le bénéfice.

    • Tu as de bons numismates à travers la France (si tu es à Paris, se balader rue Vivienne).
      Sinon, tu peux facilement commander par Internet en Allemagne.
      gold.de >>> pour comparer les prix (les sites qui y sont listés ont en général bonne réputation).
      Pour poser tes questions et en apprendre davantage >>> forum-gold.fr

  • Si vous voulez investir sur le long terme ne choisissez pas l’Or mais l’Argent (métal) qui a un potentiel bien plus grand. Son cours est maintenu artificiellement bas pour l’industrie mais ça ne va pas durer car la demande ne va cesser d’augmenter alors que l’extraction et les resserves ne vont jamais suivre.

    Sinon encore mieux que les métaux : le Bitcoin avec d’autre cryptos en plus comme le Nxt et ses assets ou le Monero.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Augustin Neyrand. Un article de l'IREF Europe

« Outil des riches », le marché boursier vénézuélien a toujours été tourné en dérision par l’ancien président Hugo Chavez.

En réaction, les investisseurs internationaux s’en détournèrent d’autant que la monnaie perdait quasiment toute valeur durant les années de récession, la contraction de l’économie atteignant près de 80 % sur la période 2013 à 2020. Aujourd’hui, son successeur, Nicolas Maduro tente de relancer l’économie en tournant la page de l’ère Chavez.

Le présiden... Poursuivre la lecture

Le dollar poursuit son ascension inexorable face aux principales devises : depuis le début de l’année, il a augmenté de 20 % contre la livre, 16 % contre l’euro, 26 % contre le yen, 12 % contre le yuan et même contre le franc suisse depuis la décision de la Réserve Fédérale américaine de remonter les taux d’intérêt initiée en mars dernier.

Rien n’est moins mystérieux que cette appréciation continue de la devise américaine. À tous ceux qui l’avaient oublié, l’hégémonie du dollar est la conséquence de la domination de son marché financie... Poursuivre la lecture

Inflation, guerre, restrictions, politique monétaire… Ça y est ! On peut l’affirmer, les nuages noirs se sont réellement accumulés sur les marchés financiers. Les marchés d’actions baissent entre 20 % et 30 % depuis le début de l’année. Une fois n’est pas coutume, les marchés de taux n’ont été d’aucun secours, l’or non plus (-8 %). De là à dire, à la manière des Anglo-saxons, que « Cash is king » il y a un pas que nous pourrions être tentés de franchir.

Tentés seulement parce que parce que nous estimons, d’une part, qu’à moins d’être u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles