Pauvres banques centrales ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euro BCE (Crédits Maciej Janiec, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pauvres banques centrales ?

Publié le 14 septembre 2014
- A +

Par Jacques Bichot.

Euro BCE (Crédits Maciej Janiec, licence Creative Commons)Les banques centrales ont dû leur pouvoir, durant des décennies, à la prédominance de la monnaie fiduciaire. Au début de la IVe République, les billets de la Banque de France représentaient plus que la monnaie scripturale. Dans ces conditions, les banques « de second rang » dépendaient largement, pour leur activité de crédit, du refinancement que voulait bien leur accorder la Banque Centrale. Mais aujourd’hui, les billets ne font plus recette. Malgré une importante détention de billets en euros par des étrangers à la zone euro, fin juin 2014 il n’y avait « en circulation », expression qui inclut les bas de laine, que 935 milliards d’euros.

En revanche, les dépôts des agents non financiers dans les institutions monétaires de la zone euro atteignaient à la même époque, en données consolidées, 11 150 milliards. Les banques centrales européennes étaient des géants par rapport aux banques commerciales durant la première moitié du XXe siècle ; les banques centrales nationales membres du système européen de banques centrales, et leur chef de file, la BCE, sont, non pas des nains, mais de grandes banques parmi d’autres en ce qui concerne leurs ressources clientèle.

Dans ces conditions, comment la BCE et le système européen de banques centrales (SEBC) pourraient-ils apporter des liquidités au marché ? Le SEBC ne peut prêter, au-delà de ses maigres émissions fiduciaires (ce qui lui sert à emprunter aux ménages le peu qu’ils veulent bien lui prêter), que ce que lui prêtent les banques de second rang.

Autrement dit, les fameuses « liquidités » ne peuvent être distribuées que si elles sont en même temps pompées auprès des banques commerciales. Pour cela, la BCE dispose d’une pompe efficace : la réglementation des réserves obligatoires, qui l’autorise à obliger les banques commerciales à lui prêter des sommes calculées en fonction de certains éléments de leurs bilans. Malheureusement, augmenter les taux de réserves obligatoires est plutôt mal vu des banques commerciales ; cela ne les encourage pas à prêter aux entreprises et aux ménages.

La BCE dispose donc d’un bon frein en cas d’emballement du crédit, mais son accélérateur est défaillant. Elle n’est vraiment utile que lorsque le marché interbancaire fonctionne mal, comme cela est arrivé il y a quelques années. En effet, certaines banques ont trop de dépôts relativement à leurs prêts, tandis que d’autres sont en situation inverse ; si les banques ont confiance les unes dans les autres, les premières prêtent aux secondes et tout va bien.

Mais quand survient une crise de confiance, alors la banque centrale peut efficacement y remédier en empruntant à celles qui ont trop de dépôts pour prêter à celles qui n’en ont pas assez. C’est ce que le SEBC a fait à la fin des années 2000, et cela a évité que la récession ne soit trop catastrophique. Mais aujourd’hui, ce n’est pas le problème. L’économie européenne est atone parce que les entreprises ont peu de projets, ce à quoi la BCE ne peut rien.

Dans ces conditions, les banques centrales peuvent encore se charger des mauvais risques pour inciter les banques commerciales à prêter pour des projets en lesquels elles ne croient qu’à moitié. Les banques commerciales peuvent être d’accord pour accorder des prêts à haut risque puis céder ces crédits à la banque centrale, qu’elles refinancent pour lui en donner la possibilité.

Bien entendu, cela ne fonctionne que si la Banque centrale accepte le risque de crédit : si elle le laisse aux banques de second rang, le quantitative easing est inutile, car c’est le risque qui dissuade les banques, pas l’absence de ressources : la création monétaire fonctionne toujours ; au niveau du système bancaire dans son ensemble les prêts continuent à faire les dépôts, et donc les banques commerciales n’ont aucun besoin d’être globalement refinancées par la banque centrale, qui de toute façon ne peut le faire que si les unes lui prêtent ce qu’elle prêtera à d’autres.

On se fait donc beaucoup d’illusions sur la capacité de la BCE et de la Fed à relancer l’économie. Les Banques centrales ont à leur disposition essentiellement un frein ; leur aide à la relance de l’économie, c’est de lever un peu le pied de la pédale de frein. Mais quand elles ont levé le pied totalement, elles ne peuvent pas faire grand-chose de plus, sauf à se charger des mauvais risques. Se bercer d’illusions ne sert à rien.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Certes pauvres banques centrales…Toutefois je crois savoir qu’en France comme ailleurs je suppose,
    il y a une banque qui au plus profond de ses entrailles conserve un trésor de milliards d’euros en or ….A t’on besoin en ces périodes de crise de ces monceaux de lingots amassés au fil des ans et des régimes….Et quelle est leur fonction première….?????
    Réformons le pays évidemment et liquidons quelques bijoux de famille, il sera temps plus tard de refaire le stock si utilité….

  • « le quantitative easing est inutile, car c’est le risque qui dissuade les banques, pas l’absence de ressources »

    Pourquoi donc le risque dissuaderait-il les banques quand la prise de risque est leur coeur de métier, par la transformation du court terme en long terme ?

    Alors que prendre des risques à la place des agents non financiers est la raison d’être des banques, le phénomène à l’oeuvre est simple. L’existence même des QE, donc l’excès de ressources, rend la prise de risque au moins inutile, sinon insupportable. Pourquoi une banque s’enquiquinerait-elle à prendre des risques quand l’argent gratuit tombe du ciel ? Autant continuer à pratiquer un très confortable carry trade avec les bons publics réputés sans risque (rires) ! Autrement dit, les divers QE des principales banques centrales sont directement responsables de l’atonie de l’activité mondiale (Europe, Chine, Japon, Brésil…) Jusqu’au jour où, précisément du fait d’une activité moribonde, il faudra bien réaliser les bons publics, avec la joyeuse hyperinflation que cela nous promet, puisque ces bons n’ont pratiquement aucune valeur, les divers Obèses ne produisant rien ou si peu. Ainsi, les dettes colossales des Obèses seront miraculeusement effacées. Les citoyens aussi seront effacés, mais ça, les Obèses s’en moquent éperdument, comme autant de Mr Creosote qu’ils sont. Vu du haut de leur immense Graissitude, les humains ne sont que des fourmis qu’on peut bien sacrifier, une fois encore, sur l’autel de l’Etat-nation.

  • « L’économie européenne est atone parce que les entreprises ont peu de projets, ce à quoi la BCE ne peut rien »

    comme explique ci-dessus par Cavaignac, la BCE (+ les regelemtations bancaires) incitent les banques a preter aux etats plutot qu’aux entreprises, donc le cout du credit pour les Etats baissent tandis que celui des entreprises augmente… les Etats empruntant a taux bas, ils depensent trop et font donc peser une incertitude fiscale croissante sur les entreprises, ce qui n’incite pas les entreprises a investir.

  • J’ai l’impression que vous confondez reserves obligatoires et exigences de capitaux propres selon Bale 2 ou 3. A ma connaissance, les reserves obligatoires ne sont plus utilisees que par un nombre restreint de banques centrales (notamment la Chine) en dehors de l’Europe.
    Le ratio de Cooke et ses successeurs exige d’une banque de disposer d’un montant de capitaux propres en fonction de son bilan et de la qualite supposee de son bilan (je dis supposee car la dette de la France est ponderee a zero par exemple, ce qui pose un risque systemique) mais ces capitaux propres ne sont en aucun cas obligatoirement mis en reserves a la banque centrale (c’est autorise mais non obligatoire). Une banque commerciale peut etre endettee vis-a-vis de la banque centrale en Europe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

L'année commence avec un gros bruit de casseroles pour Bitcoin et ses descendants : les cours des principales cryptomonnaies ont largement dévissé alors que l'année 2021 avait été remplie de plus hauts historiques et de mouvements violents, parfois propulsés par les déclarations plus ou moins intelligentes de l'un ou l'autre gourou industriel, et la médiatisation rapide des Non Fungible Tokens (NFT ou jetons non fongibles) a largement ajouté à la fébrilité du marché très spécial des cryptomonnaies.

Cependant et comme j'en faisa... Poursuivre la lecture

Les compagnies d’aviation remettent à plus tard le retour à la normale.

Le graphe d'Eurocontrol ci-dessous montre l’évolution du nombre de vols

Vous constaterez que le nombre de vols hebdomadaires est toujours inférieur de 25 % par rapport aux niveaux de 2019.

 

Même type de schéma dans l’automobile. Le nombre de véhicules neufs vendus aux particuliers dans l’Union européenne n’arrive pas à récupérer son niveau d’avant crise sanitaire. En novembre, ils ont sous-performé les niveaux de 2020 de 20 %, rap... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

L’argent, ou la monnaie, n’est pas une sorte de péché originel de l’Homme, un outil de la corruption, comme le laissent entendre Rousseau et d’autres penseurs. L’argent est à la base même de la division sociale du travail. Comme l’a soulevé brillamment Ludwig von Mises, c’est la liberté économique et donc de facto la monnaie, qui permet à chaque homme de chercher et de trouver une place au sein de la coopération sociale et de prendre part à la société.

De nombreux théoriciens se sont intéressés à la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles