Associations : fiscalité et collecte de fonds

Mise au point concernant la fiscalité des associations, et plus particulièrement celle relative aux activités de collecte de fonds hors objet de l’association.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
jeux hollande René Le Honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Associations : fiscalité et collecte de fonds

Publié le 12 septembre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

 

jeux hollande René Le HonzecLa dirigeante d’une association appelée Losa a été poursuivie pour avoir « exploité un cercle ou une maison de jeux sans déclaration conforme ». Concrètement, les douanes lui ont reproché l’organisation de 300 lotos, entre octobre 2006 et octobre 2009, à La Teste-de-Buch (33). Organisés quasiment tous les jeudis soir et dimanches après-midi de l’année, les lotos accueillaient de 70 à 130 personnes. « L’association soutient que c’était d’abord pour aider la recherche contre le cancer. Avec 3 000 euros de dons à l’ARC en 2007 et 4 647 euros en 2008, cela ne fait pas beaucoup, comparé aux chiffres d’affaires et bénéfices perçus », a expliqué la représentante des Douanes. Pour l’administration, pas de doute : on est bien loin de la petite association créée pour faire du lien social en animant des lotos en milieu rural.

Cette actualité nous donne l’occasion d’une mise au point concernant la fiscalité des associations et plus particulièrement celle relative aux activités de collecte de fonds hors objet de l’association :

  • Dès lors qu’elle exerce une activité économique ou qu’elle perçoit des revenus réguliers, l’association est susceptible d’être assujettie aux impôts commerciaux (IS, TVA et CET (ex taxe pro)) sur ses recettes et ses excédents, sans distinction de la source de ces revenus : cotisations d’adhésion, subventions publiques, recettes de mécénat… Le fait que ces revenus soient qualifiés éventuellement de « cotisation », que l’association ne dégage pas de « bénéfices » ou que ceux-ci soient réinvestis dans l’association ou consacrés exclusivement à l’objet associatif est sans influence, contrairement à ce que croient de nombreuses personnes.

Toutefois, différentes niches fiscales permettent à l’association d’échapper aux impôts commerciaux.

  • Une première possibilité d’exonération doit être envisagée : elle concerne les petites structures, celles dont les recettes annuelles sont inférieures à 32 600 € (ou 81 500 € pour les activités d’achat-revente, de ventes à consommer sur place et d’hébergement, seuils 2012). Il s’agit d’un dispositif connu sous le nom de « franchise en base » qui s’applique à tout type d’organisme (associations, entreprise individuelle, société). La franchise en base procure une exonération de TVA.Si les recettes associatives sont supérieures à ce montant, il faut envisager des mécanismes d’exonération propres aux associations. Ces exonérations recouvrent différentes situations mais elles sont toutes soumises à une même condition, la gestion désintéressée de l’association, c’est-à-dire l’absence de rémunération des dirigeants (plus exactement de rémunération supérieure au ¾ du SMIC, puisqu’il existe une tolérance fiscale jusqu’à ce seuil).
  • Un régime d’exonération couvre les manifestations de bienfaisance et de soutien que l’association organise pour se procurer des revenus (banquets, vide-grenier, loto, spectacle, etc.) dès lors, bien sûr qu’il ne s’agit pas de l’objet de l’association…
  • Un autre régime d’exonération concerne les « associations fermées ». Sont fiscalement reconnues « fermées » les associations qui ne délivrent leurs services qu’à leurs adhérents (associations sportives par exemple). Ce régime est également ouvert aux activités à caractère éducatif et culturel, ainsi qu’aux associations à vocation sociale.
  • L’association peut aussi bénéficier d’une exonération si les revenus de ses activités lucratives sont inférieurs au plafond annuel de 60.000 euros. Néanmoins, cette exonération ne lui est accordée que si les activités lucratives ne sont pas prépondérantes par rapport aux autres activités de l’association.

Comme toujours en France, les textes se superposent, les dispositifs s’empilent et avec eux les dérogations en tous genres, en vertu du principe de notre administration « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.. »

Si vous avez la responsabilité d’une association et que vous voulez un point complet de son régime fiscal, je vous recommande cet excellent article, le meilleur digest exact et clair que l’on puisse faire : Association 1901 et impôts, ce qu’il faut savoir.


Source: www.sudouest.fr

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les contribuables, qui sont résidents fiscaux de France et qui font l’objet d’une imposition relativement élevée à l’impôt sur le revenu, recourent le plus souvent à des astuces bien connues de défiscalisation, tels que l’emploi d’un salarié à domicile ou encore l’investissement dans les PME.

Bien que permettant de réaliser d’appréciables économies d’impôt sur le revenu, ces niches fiscales sont plafonnées à 10 000 euros par an (18 000 euros dans certains cas).

Ce plafond peut vite être atteint lorsque le contribuable bénéficie ... Poursuivre la lecture

Depuis des années, l’économie française est dans une situation très difficile : tous les indicateurs sont  au rouge et le pays recourt chaque année à la dette pour faire tourner la machine économique. Il semblerait bien que nos gouvernants ne sachent pas comment s'y prendre pour redresser la situation. Curieusement, ce problème n’a pas été abordé par les candidats lors de la dernière campagne présidentielle.

Et voilà qu’à présent, nous entrons dans une période très trouble du fait des bouleversements amenés par la guerre en Ukraine : l... Poursuivre la lecture

Rien n’est plus naturel que de souhaiter transmettre librement les biens que l’on possède. Si le droit de propriété n’est pas une fiction, ce principe de base est essentiel. En général, la transmission se fait vers les enfants, mais toute liberté doit exister dans ce domaine. Il appartient à chaque individu de choisir ses légataires ou ses donataires.

L’impopularité des droits de succession et de donation dans tous les pays confirme ce principe, qui semble relever de ce que les anciens appelaient le droit naturel. Pourtant, certains Ét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles