L’Âge d’Or du Libéralisme Français, une précieuse anthologie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
L'âge d'or du libéralisme français (Crédits : Ellipses, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Âge d’Or du Libéralisme Français, une précieuse anthologie

Publié le 16 juin 2014
- A +

Par Antoine Giron.

41FRoj2csZL._Un article de l’Institut Coppet.

Nombreux sont les éléments qui pouvaient rendre mémorable la lecture de l‘anthologie intitulée L’Âge d’or du Libéralisme Français, qui a paru au début de l‘année. Le grand prestige qui couvrait les deux coéditeurs, Robert Leroux et David Hart, et le préfacier, Mathieu Laine, semblait déjà en garantir la qualité ; l‘attente qui a précédé sa publication n‘a fait que préparer et accroître notre appréciation positive du projet.

L‘objet de cette notice sera d‘expliquer les raisons pour lesquelles nous tenons ce livre pour une référence de tout premier plan sur l‘histoire de la pensée libérale française du XIXe siècle ; pourquoi il faut faire l‘expérience de cette lecture ; pourquoi elle est rafraichissante et enrichissante ; pourquoi, enfin, les auteurs sont parvenus à fournir ce que leur projet pouvait nous mettre dans l‘attente de recevoir.

Par souci d‘objectivité, et parce qu‘il est rare d‘être incapable de trouver, même dans les chefs d‘œuvre, des défauts mineurs, nous mentionnerons les points qui méritaient, de notre point de vue, d‘être développés, et les remarques critiques que nous avons à porter sur quelques détails de cette publication. La première qualité, tout à fait évidente à la lecture même superficielle du livre, est la grande profondeur et l‘exhaustivité du choix des textes. Les grands auteurs de la période sont bien sûr représentés, mais les Roeder, les Coquelin, les Leroy- Beaulieu, sont aussi mobilisés, permettant au livre de fournir une image réaliste de ce que fut le mouvement libéral français au XIXe siècle.

En outre, un élément vient renforcer encore cela. La représentation du libéralisme faite par ce livre est plus riche qu‘à l‘accoutumé. Par libéralisme, les éditeurs n‘entendent pas simplement l‘économie. Les autres facettes, morale, politique, et même religieuse, sont également parfaitement étudiées. En ce sens, ce livre offre un complément et une continuation brillante de l‘effort que la revue Laissons Faire, centrée sur les économistes uniquement, essaie de réaliser.

Nous pouvons passer désormais aux défauts du livre, qui sont peu nombreux, et peu décisifs. D‘abord, si la présentation générale est simple, sans être pauvre, et sobre, sans être austère, nous aurions tout de même aimé pouvoir se repérer en feuilletant l‘ouvrage, par des en-têtes reprenant les titres des extraits.  C‘est un défaut qui est largement compensé par l‘aspect général du livre, tout à fait soigné, et par le graphisme général,  qui permet de se  repérer tout de même facilement.

Rappelons qu‘en outre le sommaire permet de retrouver les différents textes.

La seconde remarque critique est plus fondamentale. Connaissant bien les œuvres des économistes libéraux d‘avant la Révolution française, et bercé dans l‘admiration des Physiocrates et de Turgot, j‘ai été surpris par l‘absence d‘une quelconque explication sur pourquoi le XIXe siècle méritait davantage que le XVIIIe siècle d‘être considéré comme l‘Âge d‘or du libéralisme français.

Bien sûr, cela n‘enlève rien au mérite de l‘Anthologie, qui est, ainsi que nous l‘avons dit et argumenté, brillante, complète, érudite. Simplement, une Anthologie des penseurs libéraux du XVIIIe siècle arborant le même titre n‘aurait pas été un scandale. Quel siècle, en effet, a fait naître les défenseurs du laissez-faire ? Quel siècle a même inventé ce principe si éclairant et si structurant ? Vincent de Gournay, le marquis d‘Argenson, Montesquieu, Voltaire, Diderot, Quesnay, Mirabeau, Mercier de la Rivière, Le Trosne, Abeille, Saint-Péravy, Turgot : à l‘énoncé de tels noms, est-il vraiment futile de se demander pourquoi le terme Âge d‘or était impropre à s‘appliquer au XVIIIe siècle ?

Paru dans la revue Laissons Faire

A lire également sur le même livre : http://www.institutcoppet.org/2014/01/21/les-liberaux-francais-au-xixe-siecle-par-robert-leroux-et-david-hart/

Sur le web,

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par la rédaction de Contrepoints.

Avec l’été viennent pour beaucoup les vacances, et l’occasion de lire les livres qui s’accumulent sur votre table de chevet.

Nous vous proposons des lectures de plage certes, mais des lectures qui font réfléchir et qui sont utiles à une époque où dominent le pessimisme et le socialisme. Elles défendent la liberté, respirent l’optimisme et dessinent une véritable alternative libérale pour le monde de demain. Ménagez vos méninges et respirez un peu d’air frais !

-- Pascal Salin, Le vrai lib... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

[caption id="attachment_401365" align="aligncenter" width="660"] Dans les couloirs de la fac d'Aix en Provence (collection privée F Mas)[/caption]

Aix en Provence, 10 juillet 2021.

Salle des actes, ambiance studieuse : des économistes, des professeurs, des étudiants, de jeunes professionnels testent en pratique comment fonctionne la main invisible du marché. Au pupitre, Cathleen Johnson, enseignante de philosophie à l’Université d’Arizona, États-Unis.

[caption id="attachment_401366" align="alignce... Poursuivre la lecture

Par Daniel Borrillo.

Il existe une idée répandue selon laquelle les valeurs du catholicisme rendent celui-ci incompatible avec la philosophie libérale.

Certes, de l’encyclique Rerum Novarum de Léon XIII à Laudato Si de François en passant par Quadragesimo Anno de Pie XI ou encore Mater et Magistra de Jean XXIII, la doctrine de l’Église condamne les dérives des économies libérales telles que :

Le profit comme motif essentiel du progrès économique, la concurrence comme loi suprême de l’économie, la propriété privée des bien... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles