Maroc : pourquoi refuser de ratifier le statut de la CPI ?

Les arguments de la spécificité du système politique et de la souveraineté ne sont que des paravents afin de cacher la volonté de sabotage des réformes visant la consolidation de l’État de droit au Maroc.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Siège de la Cour Pénale Internationale (Crédits ekenitr, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Maroc : pourquoi refuser de ratifier le statut de la CPI ?

Publié le 23 mai 2014
- A +

Par Siham Mengad, Docteur en Droit public.
Un article de Libre Afrique.

cour-pénale-internationale_1

La signature par le Maroc du Statut de la Cour Pénale Internationale (CPI) le 8 septembre 2000, est un acte de bonne foi de la part des autorités marocaines sur le chemin de la lutte contre l’impunité et le renforcement de l’État de Droit. Toutefois cette signature n’est pas suivie d’une ratification du statut de la Cour. Un refus qui suscite plusieurs questions.

La ratification du statut de la Cour était l’une des recommandations de l’Instance Équité et Réconciliation (IER), l’instance qui est venue pour tourner la page des années de plomb au Maroc. Ses recommandations ont constitué une base politique pour soutenir la transition dans laquelle s’est engagé le pays.

Mais, les réfractaires à la ratification du Statut de Rome prétextent l’incompatibilité juridique entre le Statut de cette dernière et l’arsenal juridique marocain. Ils expliquent que l’article 27, relatif à l’immunité, constitue un droit d’ingérence et surtout une atteinte à la personne du Roi, pierre angulaire du système politique marocain, car même sa qualité de chef d’État ne l’exonère en aucun cas de la responsabilité pénale au regard du présent statut, pas plus qu’elle ne constitue en tant que telle un motif de réduction de la peine. Quant à l’article 29 qui stipule que « les crimes relevant de la compétence de la Cour ne se prescrivent pas » c’est-à-dire que même au cas où une personne bénéficie d’une grâce royale, elle ne peut se voir soustraite à une poursuite et au jugement de la CPI. Une telle disposition annulerait, de facto, l’une des attributions royales, prévue par l’article 34 de la Constitution qui stipule que « le Roi exerce le droit de grâce ».

À vrai dire, l’argument de la spécificité juridico-politique marocaine est instrumentalisée par ceux qui veulent échapper à toute poursuite judiciaire et que ne veulent pas rendre de comptes. En brandissant cette « spécificité », ils cherchent tout simplement à échapper à l’État de Droit c’est-à-dire au principe d’égalité de tous devant la loi et surtout à l’indépendance de la justice, pierre angulaire de toute démocratie et de toute économie de marché.

L’on peut même affirmer que la non ratification du statut de la CPI constitue une violation de l’esprit de la nouvelle constitution 2011. En effet, celle-ci a apporté des ouvertures institutionnelles et juridiques qui doivent être bien exploitées. Le nouveau texte fondamental du Maroc inclut un Titre II dédié aux Libertés et droits fondamentaux (articles 19 à 40). Il supprime toute référence à la sacralité de la personne du Roi en lui substituant la notion plus moderne d’inviolabilité et de respect dû. Et surtout insiste sur l’État de droit et la reddition des comptes aussi bien dans le domaine politique qu’économique.

Par ailleurs, l’alibi de la souveraineté, brandit par les détracteurs de la CPI, n’est pas soutenable surtout que désormais la souveraineté appartient au peuple.Le principe de la souveraineté nationale est affirmé par l’article 2 de la Constitution : « la souveraineté appartient à la Nation qui l’exerce directement par voie de referendum, et indirectement, par l’intermédiaire de ses représentants ». De telles dispositions constituent un pas relativement positif pour l’établissement d’un cadre légal conforme aux standards internationaux. Le Statut de la CPI renforce cette souveraineté populaire, et ne peut que consolider la marche vers l’instauration de l’État de Droit au Maroc.

Si le pays est prisonnier des intérêts de certains lobbies, il reste aussi dépendant vis-à-vis des forces étrangères. Il est sensible à la pression américaine contre la CPI, ce dont atteste la signature (non officielle) de l’accord bilatéral entre le Maroc et les États-Unis par lequel les ressortissants américains ne sont pas susceptibles d’être transférés et présentés devant la CPI.

En effet, depuis la fin juillet 2002, les États-Unis ont approché quasiment tous les pays du monde, sur les cinq continents, dans le but de signer avec ces États des accords bilatéraux garantissant le non transfert des ressortissants américains devant la CPI, estimant qu’ils peuvent être la cible de procès à motivation politique réclamés par des pays “hostiles”.

En septembre 2004, plus de 80 États auraient signé de tels accords avec les États-Unis et une vingtaine auraient été ratifiés. Il est extrêmement difficile de connaître le nombre exact de ces traités qui se concluent généralement dans le silence et dans l’opacité, et ne sont parfois jamais soumis aux Parlements pour ratification (accords en forme simplifiée).

Il faut souligner à ce niveau que le Maroc reste toujours sous la pression des États-Unis d’Amérique qui prévoient de retirer l’aide du Fonds économique de soutien à certains gouvernements refusant d’accorder l’immunité aux ressortissants américains risquant d’être traduits devant la CPI. Et ceci constitue une des raisons majeures de la non ratification du Maroc du Statut de Rome.

Dès lors, l’on s’aperçoit que les arguments de la spécificité du système politique et de la souveraineté ne sont que des paravents afin de cacher la volonté de sabotage des réformes visant la consolidation de l’État de droit dans ce pays. La vérité est ailleurs, c’est-à-dire dans la collusion des intérêts particuliers qu’il s’agisse de groupes nationaux ou d’États étrangers.

Seulement, l’État marocain est un État souverain, il doit avoir le courage de poursuivre les responsables des violations graves contre les droits de l’Homme, de rendre justice aux victimes et de réduire les risques de récidive. La nécessité de ratifier le Statut de la CPI en tant que dispositif international contre l’impunité, est de plus en plus une nécessité afin de consolider le modèle de démocratisation que le Maroc ne cesse d’exporter aux delà des frontières.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • La « CPI  » est une arnaque qui contraint un pays à livrer ses citoyens à une puissante étrangère..Une HONTE!

    • La «CPI» est une honte, bien sûr, des tas de planqués, grassement payés, des yankees qui peuvent attaquer et se faire livrer n’importe qui, mais, par le biais d’accords secrets, ou tout au moins confidentiels, échappent complètement, … à tout. Malheur aux vaincus, … çà ne date pas d’hier.

  • J’ai de plus en plus de mal avec la vision de certain libéraux sur contrepoint.
    Il semble que certain estime au fond qu’un monde « hégémonisé » serait une incarnation du libéralisme.

    Dans les années 80 il y avait des gens qui étaient libéraux par opposition à la société, j’ai l’impression que de nos jours il y en a beaucoup qui le sont simplement pour lutter contre les identité.

    Renforcer l’ONU, la CPI, L’UE et toute les organisation international régionale, la CPI, le FMI, bref mondialisé, les institutions coercitive diverse et varié ne me semble pas mener à un monde libre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Augustine Atry. Un article de The Conversation.

Le 3 novembre 2021, le bureau du Procureur de la Cour pénale internationale (ci-après « CPI » ou « Cour ») a décidé d’ouvrir une enquête sur les crimes contre l’humanité qui auraient été commis depuis 2017 sur le territoire de la République bolivarienne du Venezuela. Aucune enquête de ce type n’avait encore été ouverte concernant un État américain depuis la création de la Cour.

Le lancement de cette procédure ne signifie pas que des individus seront nécessairement jugés, mais s... Poursuivre la lecture

Sahara occidental
0
Sauvegarder cet article

Par Rachid Nekkaz.

Depuis 46 ans, la réalisation du Grand Maghreb est bloquée par l'absence de solution diplomatique concernant le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole désertique de 266 000 km2 située entre la Mauritanie, le Maroc et l'Algérie. 75 000 âmes arabo-berbères y vivaient.

En dépit de la mobilisation internationale (Nations Unies, Europe, Espagne, États-Unis, Union africaine, Ligue arabe), aucune solution acceptable par tous n'a été encore trouvée pour cette terre riche en phosphates et dont la côte Atlant... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Ce qui suit s’appuie notamment sur les travaux et les sondages du centre de recherche Pew et de « Arab Barometer » 

Décidément, le pouvoir ne réussit pas aux islamistes. Ils viennent de le perdre au Maroc après la Tunisie et surtout après l’Égypte où ils sont sévèrement réprimés.

Et en Afghanistan ? Au bout de huit jours de pouvoir, les talibans se heurtent également aux réalités.

Le cas du Maroc

Je connais assez bien le Maroc pour y être allé très souvent soit en colloque, ce qui permet des cont... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles