Les origines intellectuelles de l’antisémitisme selon Ludwig von Mises : le polylogisme.

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, personne n’osait contester le fait que la structure logique de l’esprit était identique et commune à tous les êtres humains.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les origines intellectuelles de l’antisémitisme selon Ludwig von Mises : le polylogisme.

Publié le 16 avril 2014
- A +

Un article de Damien Theillier pour l’Institut Coppet.

misesOn a beaucoup parlé d’antisémitisme en France ces temps-ci à propos de l’affaire Dieudonné. Au-delà de la question de savoir s’il s’agit d’une provocation ou d’un phénomène inquiétant, il est intéressant de comprendre la mécanique intellectuelle qui a engendré l’antisémitisme dans l’Allemagne nazie au XXe siècle. Pour Ludwig von Mises, l’antisémitisme est une variante de ce qu’il appelle le polylogisme, un sophisme inventé par Marx un siècle auparavant.

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, personne n’osait contester le fait que la structure logique de l’esprit était identique et commune à tous les êtres humains. Toutes les relations humaines sont fondées sur l’hypothèse d’une structure logique uniforme. Les hommes peuvent entrer en discussion parce qu’ils peuvent faire appel à quelque chose de commun à tous, à savoir la structure logique de la raison. Il est difficile d’imaginer un monde peuplé d’hommes dotés d’une structure logique différente de la nôtre.

Aucune coopération sociale et intellectuelle avec ces hommes ne serait possible. Or, selon Mises,

Au cours du XIXe siècle, ce fait indéniable a pourtant été contesté. Marx et les marxistes (…) ont enseigné que la pensée est déterminée par la situation de classe de celui qui pense. Ce que la pensée produit n’est pas la vérité, mais des idéologies. Ce mot signifie, dans le contexte de la philosophie marxiste, un déguisement de l’intérêt égoïste de classe à laquelle appartient l’individu qui pense. C’est pourquoi il est inutile de discuter quoi que ce soit avec des personnes d’une autre classe sociale. Les idéologies n’ont pas besoin d’être réfutées par un raisonnement déductif ; elles doivent être démasquées en dénonçant la situation de classe, l’arrière-plan social de leurs auteurs. Ainsi les marxistes ne discutent pas les mérites des théories physiques ; ils dévoilent simplement l’origine bourgeoise des physiciens. (Le gouvernement omnipotent).

Le polylogisme s’oppose à l’universalisme, c’est-à-dire à l’idée qu’il existe des vérités universelles que la raison peut reconnaître. Mises explique comment le marxisme et le nazisme procèdent de ce genre d’idées : il n’y aurait pas une structure logique identique pour tout individu, mais une structure logique de l’esprit différente selon l’appartenance à des catégories déterminées, selon les classes, les races ou les sexes (ou les nations). Ainsi, pour le marxisme, il y aurait une logique prolétarienne et une logique bourgeoise. Pour le nazisme, il y aurait une logique aryenne et une logique juive. Pour certaines féministes, il y aurait une logique masculine et une logique féminine.

Aux yeux des marxistes, Ricardo, Freud, Bergson et Einstein sont dans le faux parce qu’ils sont bourgeois ; aux yeux des nazis, ils sont dans le faux parce qu’ils sont juifs. Ainsi, les nazis se sont composés un polylogisme à eux, affirmant que la structure logique de l’esprit serait différente suivant les nations et les races. Chaque race ou nation aurait sa propre logique et donc une économie, des mathématiques, une physique et ainsi de suite qui lui sont propres. La seule logique et la seule science exactes, correctes et éternelles seraient celles des Aryens. C’est pourquoi un des premiers buts des nazis fut de libérer l’âme aryenne de la pollution des philosophies occidentales de Descartes, Hume et John Stuart Mill.

Mises a également montré que le principal obstacle à surmonter pour Marx fut la critique dévastatrice des économistes.

Les marxistes ont eu recours au polylogisme parce qu’ils ne pouvaient pas réfuter par des méthodes logiques les théories développées par les économistes bourgeois ou des déductions tirées des théories démontrant le caractère impraticable du socialisme. Ne pouvant démontrer rationnellement la solidité de leurs propres thèses ou la fragilité des idées de leurs adversaires, ils ont dénoncé les méthodes logiques acceptées.

Le succès de ce stratagème marxiste fut sans précédent. Il a servi de preuve contre toute critique rationnelle aux absurdités de la soi-disant économie et la soi-disant sociologie marxistes. Ce n’est que par la supercherie logique du polylogisme que l’étatisme a pu s’implanter dans les esprits modernes.

Mais le polylogisme est absurde car il est logiquement contradictoire. Il ne peut être porté jusqu’à ses conséquences logiques ultimes. Aucun marxiste n’a eu assez d’audace pour tirer toutes les conclusions qu’exigerait son propre point de vue épistémologique. Le principe du polylogisme conduirait à la déduction que les enseignements marxistes également ne sont pas objectivement vrais, qu’ils ne sont que des affirmations idéologiques ; mais les marxistes le dénient. Ils revendiquent pour leurs doctrines le caractère de vérité absolue.

D’où la conclusion de von Mises :

Le polylogisme n’est pas une philosophie ni une théorie épistémologique. C’est une attitude de fanatiques bornés, qui ne peuvent imaginer que quelqu’un puisse être plus raisonnable ou plus intelligent qu’eux-mêmes. Le polylogisme n’est pas non plus scientifique. C’est plutôt le remplacement du raisonnement et de la science par des superstitions. C’est la mentalité caractéristique d’un âge de chaos.

Sources :  Ludwig von Mises, Le Gouvernement omnipotent. De l’État totalitaire à la guerre mondiale. Éditions politiques, économiques et sociales — Librairie de Médicis — Paris (1947). Traduit par M. de Hulster. Troisième partie — Le nazisme allemand, VI. Les caractéristiques particulières du nationalisme allemand, 6. Polylogisme

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Est-ce cela signifie que Marx est à l’origine de l’anti-sémitisme ? Cela me semble léger comme explication.

    • @ stefan :

      Von Mises précise simplement que le pré-supposé intellectuel qui mène à l’antisémitisme se base sur un raisonnement similaire à celui du marxisme (sur les idées provenant des classes).

      On a souvent attribué à Marx l’origine de l’antisémitisme car il avait écrit un pamphlet anti-sémite (« la question juive »), mais ce pamphlet n’était pas « raciste » en tant que tel (Si Marx critiquait la race juive, ce n’est pas parce qu’elle était inférieure, mais parce qu’elle « aimait trop l’argent », et donc le capitalisme).

      L’anti-sémitisme étant très ancien et géographiquement très répandu (les ghettos à Venise au 15 ième siècle, la chasse des juifs en Espagne au moyen age, les pogroms en pologne, russie, au 19 ième siècle, etc …) il est malaisé de lui attribuer una date et une origine précise.

      Bien cordialement,

      • vous confondez antisémitisme qui est une forme de racisme et antijudaisme . au moyen age, il y avait de l’antijudaisme pas d’antisémitisme. les juifs pouvaient se convertir, les nazis eux ont pourchassés tous ceux qui avaient des origines juives meme ceux qui étaient chrétiens. au moyen age, l’église catholique avait interdit de preter pour des intérets, donc les banquiers étaient souvent des juifs et c’est de là que viens cet antijudaisme qui était bien pratique pour les nobles qui parfois quand ils étaient trop endettés faisaient une purge pour ne plus avoir de dettes et faire main basse sur leur argent. marx était d’origine juive donc il n’était pas antisémite. mais il est vrai que l’antisémitisme venaient en grande partie du fait que pour bcp de gens, les juifs étaient riches (ce que bcp de gens pensent encore aujourd’hui), qu’ils controlent les banques, la finance,…… de plus, les juifs se disent etre le peuple élu ce qui leur vaut cette haine de bcp défenseurs de l’égalitarisme. hitler était un fervent socialiste (national socialiste).

        • il y a du vrais, mais il faut admettre que chaque époque modifie la « théorie » autour de sa « haine », pour respecter la « vérité du moment.

          on est passé de la vérité divine à la vérité scientifique (biologique)…
          et donc des croisades religieuses aux guerres raciales.

          mais le but est le même, trouver une bonne raison de hair l’autre pour des raisons pratiques (esclavage, pillage économique, invasion, vol, défaut de paiement)…

          aujourd’hui la politique permet de créer des haines :
          banquiers, financier, cac40, libéraux, fachos…
          ou gauchistes, pédophiles,terroristes, délinquants, mysogines, mauvais parents….

          on est passé sur les homo de :
          sodomites à pédérastes/pédophiles à mauvais parents….

          idem sur les banquiers, les patrons, les arabes, les africains, … la définition technique et les accusation changent avec le monde.
          religion, puis races, puis culture, puis communauté

    • Quel est la différence entre les deux phrases suivantes
      « je n’aime pas les juifs ; je l’avoue, je n’aime pas le juifs » prononcée par un juif
      « je n’aime pas les riches ; je l’avoue, je n’aime pas les riches » prononcée par un riche
      ?
      Il n’y en a pas. Elles ont la même origine, la même structure, et produisent les mêmes conséquences.
      Ce qui répond à votre question.

  • qui rejette qui …..,?

  • Bonjour Damien,

    Passionnante analyse, mais votre chapeau me semble très largement abusif : « Jusqu’au milieu du XIXe siècle, personne n’osait contester le fait que la structure logique de l’esprit était identique et commune à tous les êtres humains. »

    Cf par exemple les traites négrières entamées bien avant le XIXe siècle.

    • +1

      Finalement, le mythe du « bon sauvage » est omniprésent dans la phylosophie et chez tous les « penseurs » et donneurs de leçons d’une manière générale.

      Et à force de vouloir structurer la pensée on devient rapidement imperméable au simple bon-sens et incapable de se remettre en question.

    • Bref, « commune à tous les êtres humains. »

      🙂

  • avec les pogroms du temps de la peste noire ( 1348 ) les européens n’ont pas attendu marx ni hilter, pour essayer l’antisémitisme … le brave régime autocratique russe qui fut mis par terre par les rouges et aussi et surtout par sa propres incompétance, était particulièrement antisémite, vu la encore les pogroms encouragés au plus haut niveau à la charnière des 19 et 20ième siècle en russie ! peut-etre nicola 2 avait – il lu marx ?

    • camarade dingue :  » les européens n’ont pas attendu marx ni hilter, pour essayer l’antisémitisme … »

      Certes.

      La nouveauté c’est que le modernisme était passé et que ces gens tentaient désormais de donner une caution scientifique ou/et rationnelle à leurs théories. « Le juif » a d’ailleurs été étudié comme un animal de laboratoire en tous cas chez les nazis.

    • la russie était le pays le plus antisémite au monde. les tsar se servaient des juifs comme bouc émissaire pour justifier les malheurs de la russie, l’exemple le plus flagrant est le protocle des sages de sion. l’antisémitisme n’était pas un propre de l’aristocratie russe mais c’était l’ensemble de la ociété russe qui était antisémite.

    • attention, il ne faut pas confondre antijudaisme et antisémitisme qui est du racisme. au moyen age, il y avait de l’antijudaisme ce n’est pas de l’antisémitisme qui est apparu au siècle des lumière. au moyen age, les juifs pouvaient se convertir au christianisme, les nazis eux ont pourchassés tous ceux qui avaient des origines juives meme ceux qui étaient chrétiens. au moyen age, l’église catholique avait interdit de preter pour des intérets, donc les banquiers étaient souvent des juifs et c’est de là que viens cet antijudaisme qui était bien pratique pour les nobles qui parfois quand ils étaient trop endettés faisaient une purge pour ne plus avoir de dettes et faire main basse sur leur argent.
      « Les hommes des Lumières qui préparèrent la Révolution française méprisaient tout naturellement les Juifs : ils voyaient en eux les survivants de l’obscurantisme médiéval, les odieux agents financiers de l’aristocratie. Leurs seuls défenseurs déclarés en France furent les écrivains conservateurs qui dénoncèrent l’hostilité envers les Juifs comme « l’une des thèses favorites du XVIIIe siècle » (J.de Maistre). » Hannah Arendt

  • L’analyse est pas mal, mais effectivement cela a été utilisé bien avant Marx par plein de régimes.

  • Damien Theillier démontre la justesse du polylogisme atribué à Marx (pas Zappy)
    En effet il étaie sa thèse en citant non pas Marx mais la citation (rédigée à vérifier) faites par Mises de Marx .
    Sur la conclusion du caractère non absolu de la pensée de Marx et surtout des marxistes, en tant que logique de classe, j’approuve la conclusion. Il n’y a pas de pensée exprimant « la vérité » au niveau social et même au niveau de la science. Il n’y a que des « point de vue de classe » formant idéologie, ce que j’admet étant marxiste, pour ma propre pensée.
    Ayant lu Marx je n’ai pas souvenir de textes sur ce plylogisme, ce rapide condensé d’un article sur un auteur de livres sur la philosophie ne m’éclaire guère, pas de référence de l’origine du concept , typique de l’idéologie apparament délibérément hostile de l’auteur de l’article (Damien Theillier)
    Ceci sous réserve de la qualité du résumé d’un article sur un auteur d’un ou plusieur livres sur la philosophie qui traiterai éventuellemnt de la pensée de Marx.
    L’homme qu’a vu l’homme qu’a vu l’ours…

    Chicanau / Mysize69

    • Une expérience a consisté à présenter deux séries de textes (série A : textes de marx, séries B : textes d’auteurs anti-marxistes) à deux types de gens (se déclarant marxistes, ou pas ).
      Les marxistes défendaient systématiquement les textes présenté comme écrit par Marx, et démolissait systématiquement les autres. Les non marxistes jugeaient sans référence à l’auteur.
      Détail important, et ignoré des participants : pour la moitié d’entre eux (groupe 2), les auteurs étaient inversés : on présentait comme de Marx les textes qu’il n’avait pas écrit, et réciproquement.
      Les marxistes sont donc capable de démolir bien proprement Marx, il suffit de leur dire que ça vient d’un anti-marxiste 🙂
      C’est ça, le polylogisme dont parle l’auteur, et que vous exprimez à merveille.
      Inversement, l’article attire ici même des commentaires critiques : qu’il soit « dans la ligne du parti » ne le protège pas du tout, ses faiblesses sont exposés

    • le marxisme est une forme de racisme mais c’est un racisme de classe sociale alors que l’antisémitisme est un racisme basé sur les « races ». marx bien que d’origine juive haissait les juifs car il les voyait comme des riches cupides et capitalistes.

  • A rapprocher de l’attitude des écolos qui consiste à accuser leurs détracteurs d’êtres achetés par les lobbies pétroliers.

    • Critique d’autant plus malvenue sur ce site que les libertariens dénoncent autant le capitalisme de conivence que le socialisme. Accuser un libertarien d’être acheté ou de soutenir un lobby industriel est l’accuser d’être un faux libertarien.

  • Pas d’accord du tout avec l’article.

    Il serait étonnant que même en 2014 tous les hommes aient une structure logique identique.

    Pour avoir ce que l’auteur appelle une « structure logique » commune, il faudrait déjà que tout le monde s’accorde sur certains faits incontournables. C’est à dire que l’homme est un organisme vivant comme un tout.
    Si on commence par séparer dans le langage « l’esprit » du corps ou du physique, alors on ne respectent pas le fait qu’une telle séparation n’existe pas dans la nature.
    Pour avoir la même « structure logique », il faut que la structure du langage soit similaire à la structure du réel.

    Or, il ne me semble pas qu’une majorité de l’humanité accepte l’unicité de « l’esprit » et du « corps ». Dans la plupart des religions, il est clair que la séparation de l’être en deux « parties » distinctes soit la règle…

    Ceux qui « pensent » de cette façon et qui donc communique de cette façon n’ont définitivement pas la même structure logique que votre serviteur.

  • L’antisémitisme n’a pas attendu les théories raciales, surtout que comme aujourd’hui c’était un mélange de haine communautaire( on aime pas les gens proches qui ne se mélangement pas avec nous), et de haine anti-banquier(on aime pas le gars a qui on doit de l’argent et qui le demande).

    mais c’est vrai qu’il y a eu un age du rationalisme ou on a essayé de trouver une explication apparemment scientifique à un désir profond, à une mauvaise habitude…
    Avant on pensait que les noirs n’avaient pas d’âmes, que les juifs avaient tué le christ… au 19e-20e on a trouvé que Dieu n’était pas rationel, et que les noirs étaient idiot, les juifs mauvais pour les races… on est devenu rationels…

    aujourd’hui les bouc émissaire ont changé.
    on justifie le Malthusianisme par des théories invalidées par les faits, mais tellement plaisantes.

    quand au polylogisme, je ne pense pas que ce soit ni faux, ni vrai, mais mal compris.
    le cerveaux humain est varié mais assez similaire dans les populations.
    après le fat de vivre dans un contexte, un pays, une culture, d’avoir des intérêts de participer à des illusions collectives, fait que notre cerveau similaire intègre des certitudes variées.

    un exemple de mécanisme similaire c’est la pensée de groupe, qui explique la présence d’attracteur de cognition multiples… des système de croyance apparemment rationel pour les sujets , et parfois réaliste, parfois pas.
    https://www.princeton.edu/~rbenabou/Schumpeter3send.pdf

    pour Benabou les croyance de membres d’un groupe sont d’autant plus fortes qu’ils souffrent des croyance délirantes du groupe sans possibilité de les fuire.

  • Il me semble qu’il existe une différence au niveau des cultures qui engendrent des typologies de raisonnement. Un asiatique, un Indien, ne raisonnent pas comme un occidental.
    l’article est intéressant

  • A lire l’article, il me semble que ce qu’on appelle polylogisme n’est qu’une facette ou un prolongement du nominalisme.

  • Cet  »article? » n’est pas du tout un jeu de mots pour répondre aux sionistes qui taxent d’antisémitisme quiconque est antisioniste. L’antisémitisme, cette arme de destruction massive ne profite qu’a Israel. si Holocaust a eu lieu, Les Palestiniens n’étaient pas la cause, disons que c’était un crime commit par des Européens contre d’autres Européens, donc en aucun cas une cause  »Juive »!
    A la fin, j’invite l’auteur a faire un effort pour définir qui est sémite et qui en profite !

    • aujourd’hui, un des arguments utilisé par les antisémites est le fait que les sémites sont aussi les arabes donc on ne peut pas etre antisémite si on est arabes. sauf qu’etre antisémite c’est du racisme contre les juifs (uniquement), on ne définit pas un mot avec son étymologie au sinon la moitié des mots en france aurait une autre signification. aujourd’hui, le problème est que bcp d’antisémites utilisent l’antisionisme, disent qu’ils sont antisionistes alors qu’ils sont antiséimtes. bcp d soi disant antisionistes sont clairement antisémites. le sionisme est mort dès lors que l’État d’Israël a été créé.

    • comme je l’ai dit etre antisioniste au regard de la défintion du sionisme ( mouvement politique né au XIXème siècle et ayant pour but d’établir un foyer de peuplement juif, si possible en Palestine) n’a plus aucun sens aujourd’hui. sauf si on accepte que le sionisme, dans son sens moderne désigne la volonté de faire perdurer le foyer de peuplement juif en Palestine. donc etre antisioniste c’est vouloir détruire israel, refuser qu’il puisse y avoir des juifs en israel. alors meme si il est vrai que l’antisionisme n’est pas la meme chose, il est très claire que les antisionistes sont dans leur très grande majorité antisémites. l’antisionisme est une idéologie génicidaire car pour virer les juifs d’israel, mettre fin à l’état d’israel il faudra les exterminer. pour etre antisioniste, il faut soit etre antisémite soit complétement stupide voir les deux. on peut etre propalestinein ou etre critique envers israel sans pour autant etre antsioniste.

    • il va falloir m’expliquer en quoi cet article profite aux sionistes ou à israel, le marxisme est une forme de racisme mais c’est un racisme de classe sociale alors que l’antisémitisme est un racisme basé sur les « races ». marx bien que d’origine juive haissait les juifs car il les voyait comme des riches cupides et capitalistes. l’antisémitisme vient en grande partie de l’égalitarisme (du socialisme) du fait que pour bcp de gens (encore aujourd’hui) les juifs sont tous riches, qu’ils controlent les banques et la finance. de plus, les juifs se disent le peuple élu ce qui révulsa tous les égalitaristes. le socialisme est la cause du nazisme. lisez la route de la servitude de hayek qui montre comment le socialisme mene au nationalisme. le nazisme est du national socialisme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Philippe Bidault. Extrait de Si l’argent m’était conté…, 2012.

À Stockholm, la nuit est descendue depuis plusieurs heures. Le personnel s’affaire encore dans la salle bleue de l’Hôtel de ville alors qu’arrivent les premiers invités.

Un homme à l’allure juvénile — on lui donne moins de trente ans — les accueille. Grand, droit, en habit, l’ordre du Séraphin en écharpe, et à la boutonnière celui de l’Étoile polaire, il s’apprête à serrer mille trois cents mains. Il se livre à l’exercice pour la deuxième fois. Un an plus tô... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Fondation for Economic Education

Vendredi, le San Francisco Chronicle a publié un article indiquant que la Californie a l'un des taux de cas de Covid-19 les plus bas des États-Unis, même si le taux de vaccination du Golden State est en retard par rapport à de nombreux États qui luttent actuellement contre le variant delta.

Le Chronicle rapporte :

Un exemple clair est celui des États de la Nouvelle-Angleterre, le Vermont et le Maine. Relativement protégés du pire des poussées précédente... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles