Pour un syndicalisme financé par ses adhérents

La faible part des cotisations dans le financement des syndicats, une des causes des travers du syndicalisme français, plus idéologique et moins réformiste que dans les autres pays selon un point de vue de Pierre Cahuc et Jean-Christophe Sciberras à lire dans Les Échos

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.