Alsace : 11 000 frontaliers sur l’A 35 pour défendre leur droit d’option

Les frontaliers résidant en France et travaillant en Suisse avaient jusqu’à présent un « droit d’option » pour couvrir leurs frais de santé, c’est-à-dire le droit de choisir entre le système suisse, l’assurance maladie française ou une assurance privée, souvent moins onéreuse.
Une information (et d’impressionnantes photos) de FR3 Alsace

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.