Bitcoin : la Banque De France découvre un concurrent comme une poule un couteau

Bitcoin (Crédits : Antanacoins, licence Creative Commons)

Panique dans le petit monde des banques centrales : le Bitcoin qui était jusqu’à présent probablement vu par elles comme une expérience un peu bizarre d’adolescents boutonneux  commence à prendre une ampleur difficile à ignorer. Si les premiers réflexes furent l’indifférence, la récente publication d’un petit PDF de la Banque de France montre qu’on est maintenant passé à la peur.

bitcoin logoDans ce que certains, n’ayant pas peur du ridicule ou faisant preuve d’un humour corrosif, osent appeler analyse, la vénérable institution bancaire française nous décrit toutes les vilaines tares de la crypto-monnaie. Elle constate ainsi que c’est une monnaie non régulée, c’est-à-dire répondant exclusivement aux besoins du marché et non aux petites lubies politiques. On peut trouver cet argument étrange surtout lorsqu’il est en partie couvert par le bruit ronflant des rotatives de la même Banque de France qui crache des euros en papier signés Draghi que personne ne semble pouvoir arrêter de produire.

Autre grief : cette vilaine monnaie alternative ne garantirait aucun remboursement lors d’un achat, serait utilisée par des mafieux, peut être refusée lors d’un achat par un commerçant suspicieux (si, cela existe !) et surtout, alimenterait la spéculation. Il est vrai que le non remboursement lors d’un achat en euro, cela ne s’est jamais vu, que les billets de 500€ ne sont jamais utilisés par les gangs de trafiquants divers, que ces mêmes billets sont acceptés partout en zone Euro (mais si, c’est l’article 642‑3 du Code pénal qui le dit, et d’abord on ne peut pas le refuser nan mais), et qu’il n’y a actuellement aucune spéculation à la hausse ou à la baisse sur l’euro comparé au dollar, au yen ou à la livre anglaise. Vraiment, ce bitcoin est très particulier.

Bien évidemment, le but du papier est d’alimenter des petits sentiments de confusion et de crainte, sentiments qu’on pourrait retrouver de façon semblable dans le dépliant promotionnel d’un vendeur de tapis lorsqu’il évoque un concurrent. En substance, la Banque de France nous rappelle que le seul tapis qui vaille, c’est celui qu’elle vend parce qu’il est garanti par la bonne qualité de la production : la tonte vigoureuse et régulière des moutontribuables permet de produire une laine de si belle qualité qu’elle est impossible à égaler pour tout concurrent. Soyons sérieux.

Bien sûr, on aurait pu s’en tenir là. Heureusement pour nous et les Dieux Du LOL, Libération s’en est mêlé. La Banque de France qui parle du Bitcoin, c’est un peu une poule qui décrit un couteau, tant il semble évident qu’elle ne comprend pas de quoi il retourne exactement mais sent dans ses tripes que tout ceci pourrait tourner vinaigre pour elle. Mais lorsque l’histoire est rapportée par l’épave journalistique de gauche, on obtient un poulet sans tête qui commente doctement l’existence d’un couteau sans lame auquel il manque le manche.

Implied Facepalm

Pour le journaliste qui mélange un peu tout ce que la pauvre institution essaye de faire passer comme message, il semblerait que le Bitcoin soit très très spéculatif (apparemment, ce serait mal – ne chuchotez pas « action google » dans son oreille, cela va l’enquiquiner) et que ceci serait dû au fait que « la valeur du bitcoin n’est adossée à aucune activité réelle », tout en soulignant que certains sites acceptent le Bitcoin, qu’il est utilisé pour des transactions intercontinentales, et qu’on peut l’échanger contre des monnaies fiats ; pour de la non-activité qui génère de la spéculation, on s’y perd un peu.

Le journaliste n’a absolument rien compris à ce qui se passe mais cela ne l’empêchera pas de conclure brillamment :

Passant du rêve libertaire à l’institution monétaire, le bitcoin n’évitera sans doute pas la case «régulation».

… Régulation dont, pour le moment, aucune institution ne se risque à esquisser les traits, même grossiers, tant l’animal Bitcoin semble difficile à appréhender. Du reste, une analyse un peu plus poussée que celle de la Banque de France (ou l’amusant notule journalistique lunaire) laisse entrevoir qu’une telle régulation risque de poser de sérieux problèmes, très au-delà de ce que les états seront prêts à supporter pour éviter la concurrence de la nouvelle monnaie. On pourra s’étonner au passage que les journalistes des journaux gauchistes de France relaient avec autant de ferveur les bêtises officielles de la Banque de France alors qu’en parallèle, ils n’ont jamais de mots assez durs contre les banques et le système bancaire. Magie de la subvention, je suppose.

Encore une fois, ces réactions sont intéressantes par ce qu’elles montrent : un assez consternant manque de curiosité et de culture de la part de ceux qui se permettent d’émettre un avis, sans même parler d’un recul critique qui leur permet de coller sur le dos du Bitcoin des défauts évidents des monnaies étatiques actuelles. Mieux : ces réactions illustrent très bien que certains commencent à comprendre le danger de l’effondrement du monopole monétaire. On est d’ailleurs dans l’exacte symétrie comportementale avec ce que nous avons pu observer de la part des Majors du monde musical à l’apparition du MP3 et des partages musicaux type Napster, dans les années 2000. Pour rappel, les Majors ont, de fait, perdu le monopole de la distribution et chaque année qui passe voit la distribution par internet et la dématérialisation gagner des parts sur les anciens modèles. On doit aussi comprendre que cette perte de statut dans l’industrie musicale ne s’est pas faite sans violence de la part de ces vieilles entreprises.

On n’aura donc pas de mal à imaginer la violence à laquelle recourront les États lorsqu’ils sentiront, eux aussi, le pouvoir leur échapper. Attendez-vous au pire. Mais quoi qu’il arrive à présent : le chat est sorti du sac. Des millions d’individus savent que les crypto-monnaies peuvent fonctionner et ont cette valeur inestimable d’être libres et indépendantes de l’État.

C’est le principal.
—-
Sur le web