10 ans de répression routière : pour quel bilan ?

La répression routière avec la multiplication des radars n’a pas grand chose à voir avec la baisse de la mortalité au volant. Il est temps de changer de modèle de sécurité routière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
radar

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

10 ans de répression routière : pour quel bilan ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 octobre 2013
- A +

Un article de 40 millions d’automobilistes.

radarCe dimanche 27 octobre 2013, la France fête le 10e anniversaire de la mise en place du premier radar automatique. À cette occasion, « 40 millions d’automobilistes » a souhaité revenir sur une politique de sécurité routière qui ne fait pas l’unanimité.

La politique « radar »

En 2002, la France déplore plus de 7 600 tués sur les routes. Le Président de la République, Jacques Chirac, fait alors de la sécurité routière l’un des « trois chantiers prioritaires » de son quinquennat. Le gouvernement mise sur l’implantation des nouveaux radars automatiques pour réduire de 50% le nombre de tués sur la route.

Dans un premier temps, l’opinion publique est majoritairement favorable à l’implantation de ces radars automatiques : en 2004, 66% des Français se disent pour le contrôle-sanction automatisé.

Mais très vite, les radars deviennent un sujet de polémique. Avec leur rapide multiplication sur l’ensemble du territoire et l’apparition de radars de nouvelle génération, la répression routière s’intensifie considérablement. Les flashes crépitent et l’utilité des radars en termes de sécurité routière est remise en question. Les radars automatiques apparaissent de plus en plus comme une manne financière formidable pour l’État (4,2 milliards d’euros depuis 2003) et de moins en moins comme un outil servant à abaisser la mortalité. Progressivement, l’opinion publique s’est donc inversée : aujourd’hui, 80% des Français sont défavorables à la poursuite de cette politique de contrôle-sanction automatisé.

Les radars sauvent-ils des vies ?

En 2011, on nous expliquait que 15 000 vies avaient été épargnées en seulement 8 ans. Puis, en 2012, ce nombre « culminait » à 36 000 pour atteindre aujourd’hui 11 000 vies épargnées grâce à l’implantation des radars. Sur quel calcul ces soi-disant experts de la sécurité routière se sont-ils donc basés pour que les chiffres varient de simple au triple en une poignée d’années ?

D’après la Sécurité routière, les radars automatiques auraient permis d’abaisser la vitesse moyenne de circulation des véhicules d’environ 10 km/h en 10 ans. Après le temps du tout répressif qui entraîne un vrai ras-le-bol, il est temps de « changer de logiciel » en termes de sécurité routière pour aller vers une acceptabilité durable. Selon un théorème où si l’on diminue la vitesse moyenne d’1km/h, cela entraîne mathématiquement une baisse de 4% du nombre de tués sur les routes.

Or, si l’on s’intéresse de plus près aux chiffres de l’ONISR pour les années 2011 et 2012, on s’aperçoit que ce théorème ne s’applique pas ! En effet, en 2011, la vitesse moyenne était de 81,6 km/h et l’on comptait 3 963 tués sur nos routes, tandis qu’en 2012, la vitesse moyenne avait augmenté de 0,7 km/h et que le nombre de décès diminuait de 8%.

Donc, pour reprendre la formule : 1 km/h de vitesse de moyenne en plus, c’est en fait 11,4% de tués en moins…

« Cette formule est datée. On pouvait peut-être l’appliquer il y a 40 ans, lorsque les véhicules ne disposaient pas de systèmes de sécurité aussi développés qu’aujourd’hui ou que l’ensemble du réseau routier était dans un état déplorable. Mais les choses ont changé et il faut aussi faire évoluer notre façon de penser : on ne fait pas de la sécurité routière avec des formules mathématiques, mais avec du pragmatisme » remarque Pierre Chasseray, délégué général de « 40 millions d’automobilistes ».

Que font nos voisins européens en termes de sécurité routière ?

Depuis 2011, nos amis anglais ont fait le choix de supprimer 700 radars. Décision prise pour motif économique à l’origine, le ministère des Transports anglais reconnaît aujourd’hui qu’elle a aussi une justification en termes de sécurité routière, car « les radars sont une solution par défaut pour réduire la mortalité sur les routes » et « leur efficacité à long terme sur la mortalité est limitée ». Malgré les 2 millions de procès-verbaux annuels distribués pour excès de vitesse, le ministère des Transports avoue que l’implantation des radars n’a pas eu de véritable impact sur la sécurité routière.

Ainsi, l’argent qui servait autrefois à entretenir et implanter de nouveaux radars est maintenant investi dans l’amélioration des infrastructures routières. Et l’année 2012 au Royaume-Uni – tout comme en France – est un millésime en termes de sécurité routière.

L’Allemagne, de son côté, a fait le choix de la confiance envers ses automobilistes : sur certaines portions d’autoroute, la vitesse de circulation est laissée à la libre appréciation des conducteurs. Et si le système de contrôle-sanction est bel et bien présent sur le territoire allemand, il se concentre sur les zones véritablement dangereuses et accidentogènes : les agglomérations et le réseau secondaire. Car quel est l’intérêt de renforcer les contrôles automatiques de vitesse sur des routes où il n’y a aucun accident dû à la vitesse ?

Et il s’avère que ce pari est payant ! L’Allemagne occupe ainsi la 5ème place du classement européen des meilleurs élèves en termes de sécurité routière (tandis que le Royaume-Uni trône à la 3ème place et que la France se trouve en 8ème po­sition).

« Nous qui aimons tant nous comparer à nos voisins européens, nous devrions prendre exemple sur leur politique de sécurité routière : préférer miser sur la qualité des infrastructures plutôt que sur le « tout-répressif » et la confiance dans l’évolution du comportement des automobilistes à l’infantilisation. Cela amène une meilleure acceptation des règles et de meilleurs résultats en termes de sécurité routière » conclut Daniel Quéro, président de l’association.

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Article très intéressant ; pour affiner l’article, il aurait été pertinent d’ajouter quelques statistiques des compagnies d’assurances qui démontrent clairement l’inefficacité de la politique en vigueur.

  • La vitesse ne peut pas être totalement libre. En attendant les dispositifs de conduite automatique, nul ne peut prétendre connaître l’état de la voirie ou anticiper les conditions de circulation.

    Par ailleurs, limiter autoritairement la vitesse est une décision simpliste et arbitraire qui ne tient compte ni de l’état des routes ni des conditions de circulation. C’est ainsi qu’on observe des automobilistes, déresponsabilisés par le code, rouler tout à fait légalement à 90km sur des routes de campagne étroites et sans visibilité où il ne faudrait pas dépasser le 50, tandis que d’autres, tout aussi déresponsabilisés, se traînent à 50 sur des 2×2 voies rectilignes et sécurisées et deviennent, au prétexte des limitations arbitraires et de leur résidu de points sur leurs permis, de véritables chicanes mobiles, quand ils ne s’endorment pas derrière leur volant (plus du 1/3 des tués sur la route).

    C’est pourquoi il convient, par la modification d’un simple adjectif du code de la route, d’abandonner sans regret les vitesses limitées et les remplacer par des vitesses conseillées. Instaurer les vitesses conseillées, c’est placer la responsabilité des individus au cœur de la sécurité routière. Incidemment, la question des radars sera définitivement évacuée.

    Accessoirement, il convient également de sanctionner pénalement les maires qui piègent les voies de circulation, en réduisant dangereusement la largeur des routes, en multipliant les chicanes tueuses et les ronds-points, qui refusent d’entretenir la voirie normalement ou qui élèvent des ralentisseurs à des hauteurs insensées, toutes choses parfaitement incompatibles avec la sécurité routière.

    • Cher Cavaignac, je suis entièrement d’accord avec vous , sur la logique de » vitesse conseillée ».

      La vitesse qui tue, c’est la vitesse excessive… qui dépend de beaucoup de paramètres.

      Je déteste moi aussi les chicanes et surtout ralentisseurs très dangereux pour les 2 roues…… Par contre j’aime beaucoup les ronds points… qui fluidifient la circulation, évitent les demi tours dangereux , sécurisent les croisements de routes/rues et réduisent la vitesse en zone urbaine.

    • « et les remplacer par des vitesses conseillées »

      Cavaignac au pays des bisounours

      • En quoi c’est bête? Une vitesse limitée ne garantie pas la sécurité car il y a bien des virages sur nationale qui ne passent pas à 90km/h, alors qu’un vitesse conseillée est plus logique: le conducteur moyen (sans alcool ni drogue, ni médoc’ dans le sang) saurait que si le panneau indique 70 et qu’il passe à 90, il finira dans un champ…

        Je pense que ce n’est pas bête de responsabiliser les gens plutôt que de les infantiliser!

  • Les radars ont permis depuis 10 ans de faire passer le nombre annuels de tués de plus 7000 à moins de 4000.
    Donc inutile de polémiquer sur leur inutilité.
    En matière de respect edes vitesses et en France laisser les conducteurs se responsabiliser…ça ne marche pas. Peut-être que ça fonctionne ailleurs mais pas chez nous.
    Il faut donc en tirer des conclusions après des années de pédagogie qui n’ont servi à presque rien.
    Frapper au porte-monnaie en punissant c’est le seul remède.
    Et comme on ne peut pas embaucher des centaines de gendarmes , utiliser les nouvelles technologies est une très bonne chose.

    http://www.lefigaro.fr/automobile/2013/10/27/30002-20131027ARTFIG00020-les-radars-flashent-depuis-dix-ans.php

    • Abelanski, tu es un petit troll sec, tous comme tes commentaires et les merdes de certains chiens passés quelques jours. Si tu avais lu l’article que tu trolles bêtement, tu aurais vu que, justement, les radars ne sont pas la cause de cette baisse de mortalité.

      Bouffon.

      • J’adore vous lire @H16….

        Mais laissez moi croire que les radars sont la seule réforme à mettre au credit de Sarkozy.

        Il y a eu un avant et un après mise en place des radars, couplée au permis à points , dans le comportement des conducteurs…. Alors si certains foncent, freinent et ré-accelèrent… cela montrent leur débilité profonde… ils n’arriveront guère plus vite à destination.

        Plus que le radar, il y a eu une étape dans la prise de conscience… et je suis persuadé que l’on pourrait les retirer ( sauf endroits dangereux) …

        Au plaisir de vous lire.

      • Les libéraux ont la fâcheuse habitude de nier avec virulence ce qui les gène !

        Il est stupide de dire que parce que la sécurité intrinsèque des voitures à augmenté cela prouve que la vitesse n’est pas un facteur d’accidents, ni un facteur aggravant. les deux se cumulent bien évidement et expliquent la baisse.
        Et personne ou presque, ne veut connaître une remonté de la mortalité pour simplement soigner la frustration de certains.

    • Eh non!!! Il ne suffit pas d’affirmer péremptoirement pour avoir raison! Le nombre de morts est peut-être passé de 7000 à 4000 en 10 ans, mais rien ne prouve le lien de cause à effet entre les radars et ce fait!
      Vous devez être un homme politique non?

  • Cette articles n’explique absolument pas pourquoi les radars serait sans effets sur la baisse de morts sur la route , a part se référée a l’Angleterre qui n’est absolument pas un bon exemple , le civisme des anglais et le nombre de kilomètre de route ,explique la baisse de morts ,pas la suppressions de radar . En Europe les radars on dans leurs ensemble permis d’économiser des milliers de morts que cela plaise ou pas au pourfendeur de tout et de rien .

    • il faut lutter contre la dinguerie routière.
      Le radar fait partie de l’arsenal repressif , au même titre que la peur du gendarme.
      point final

    • « le civisme des anglais et le nombre de kilomètre de route ,explique la baisse de morts ».
      Raisonnement curieux.
      Si leur civisme est une cause, cela signifie qu’ils faisaient preuve de moins de civisme avant. Où l’ont ils acquis ? Et si leur civisme n’a pas changé, il ne peut expliquer ni une hausse ni une baisse des morts.
      De même si le nombre de kilomètre de routes explique la baisse, on doit supposer que le nombre de kilomètres en Angleterre a diminué en proportion. Ce serait bien le pays au monde réduisant le kilométrage de ses routes.
      Par contre, s’il y a réduction du nombre de radars et améliorations des routes et des véhicules, on peut considérer qu’il y a corrélation possible.

    • Arrêtez de parler de ce que vous ne connaissez pas! La limitation là bas et de 60mph ce qui correspond à 97km/h sur le réseau secondaire, tout ça sur des routes qui datent de Mathuzalem et qui sont étroite et peu entretenues.
      D’autres part les anglais sont passés aussi par l’étape de la répression aveugle et ils en reviennent progressivement!

      La plupart de leur radars sont désactivés, ils ont plus de radars que nous et ils rapportent environ 200 milliards par an (contre 800 milliards chez nous).

      Le prétexte de « la responsabilisation ne marche pas chez nous » est un stéréotype du français « tête de noeud » qui plait bien aux politiciens et leur permet de nous pondre des lois liberticides masquées en sécurité routière.

      A côté de ça on continue de lâcher des conducteurs nuls sur la route, parce qu’au permis on leur a appris à rouler comme avec mamie à l’arrière, résultat le jour où ils accélèrent un peu ils se vautrent.

      Pour moi ceux qui sont d’accord avec ce système tout-répressif sont des gens qui ont peur et qui sont content de trouver une justification à se trainer, parce qu’ils conduisent comme des pieds.

      En France, tu peut téléphone au volant, ne pas mettre tes clignotants, ta ceinture, tes phares, ce n’est pas grave tant que tu roules « dans les clous » niveau vitesse: c’est lamentable et on ne peut s’en contenter!

  • La lutte contre l´alcool au volant est aussi la cause de cette baisse de mortalité.

  • L’amélioration des véhicules est LA cause numéro 1 de la baisse de mortalité. Airbag, ABS, EPS, etc.
    Quand l’EuroNCAP a été introduit on pensait que 5 étoiles était un idéal inatteignable. Aujourd’hui pratiquement tous les nouveaux véhicules introduits décrochent cette note, malgré des critères encore renforcés.
    Le truc rigolo c’est de regarder la courbe du nombre de morts sur les routes depuis les années 60. Une belle ligne droite descendant de façon quasi constante. L’introduction des limitations de vitesse n’a rien changé, celle des radars non plus, le permis à points itou.
    Si on veut réellement continuer à faire baisser la mortalité sur les routes, il faut améliorer le réseau routier. On voit bien que le nombre d’accident par véhicule et par kilomètre parcouru est très nettement inférieur sur les autoroutes (où la vitesse est d’ailleurs la plus élevée) que sur le reste du réseau routier. Tout simplement parce que les infrastructures sont meilleures.

    • @franz
      Les statistiques sont meilleures sur les autoroutes pour deux raisons qui tiennent purement à la configuration des lieux
      Car la configuration autoroutière élime les deux causes majeures d’accident grave avec.
      – les vehicules qui ne rencontrent pas d’autres vehicules succeptibles de leur arriver frontalement en face .
      – les vehicules qui ne rencontrent pas d’autres vehicules succeptibles de leur couper transversalement la route
      Comme ces deux possibilités n’existent pas sur le reste du réseau routier c’est normal que le réseau non autoroutier soit plus touché par les accidents.

  • Très bon article.

    c’est une foutaise caché derrière une idéologie.

    On ne pourra jamais baisser les morts tant que ça :

    – les mecs fin plein qui s’en cogne du code la route
    – les inattentions au volants, voiture qui se déporte sur la gauche…
    – les erreurs des conducteurs (engagement sur route inondée, GPS qui dit de tourner dans une écluse…).
    – les mecs qui n’ont pas de permis ou des voitures volées et qui roulent comme des sacs
    – les vieux incapables de conduire (choc frontal sur le periph à contresens, stop non vu…).

    Tout ce qu’on nous rabache c’est de l’idéologie on ne peut pas lutter contre l’idéologie. Ce qu’il faut c’est du pragmatisme…mais ça, ça nécessite des gens qui se bougent et qui effectuent un réel travail d’enquete.

  • La raison pour laquelle les élus et la préfecture décident d’un commun accord de mettre du béton partout au milieu de la chaussée, de diminuer drastiquement les voies de circulation, de réduire les vitesses de circulation de 50 à 30 puis parfois à 20km/h, de multiplier le nombre de radars, etc….. c’est pour appliquer le concept de Jean-Pascal Assailly qui leur explique que les accidents sont dus essentiellement au plaisir de conduire. La gente masculine considère le réseau routier comme un terrain de jeu alors que les femmes ont une attitude beaucoup plus neutre et adoptent une conduite apaisée. Elles ne sont concernées que dans 2 cas/10 pour les accidents mortels et encore 1/10 c’est parce qu’elles sont passagères. Lorsque j’observe le comportement de certains (notamment les motards), je ne peux pas donner complètement tort à ce chercheur de l’inrets.

    • Bonjour PaGo4,

      J’ai une grosse envie de râler quand j’entends des commentaires aussi cons, mais je ne dirai pas de noms d’oiseaux aujourd’hui…

      Ce que tu dis sur les motards c’est de la bêtise pure et de la jalousie, je m’en cogne de ce qu’un vieux grincheux en Scénic pense des motards (dont je fais partie…pas des vieux grincheux, mais des motards).

      Ce que je peux te dire c’est qu’il y a des cons partout, mais que je roule en moto ou en voiture, je vois plus de comportements dangereux chez les « caisseux », oublis de clignos, pas de phares par temps de brouillard, dans les tunnels, à la tombée de la nuit, etc.

      Bref, quand je parlais de jalousie c’est que je pense que tu dois trépigner dans ta voiture quand un motard remonte une file ou double avec peu de place, mais il faut que tu saches qu’une voiture et une moto ce n’est pas la même chose, et ces comportements en moto ne sont pas dangereux quand bien maitrisés.

  • Cavaignac propose une vitesse conseillée, pourquoi pas ? Pour ma part, je préconise un barème de sanctions nuancées. Et comme « 40 millions d’automobilistes » je ne suis pas contre tous les radars, mais bien évidemment contre ceux manifestement pompe à fric, car placés dans des zones de danger non réaménagées. Est-il normal que des radars flashent sans que l’infrastructure ne soit corrigée ? C’est de la mise en danger d’autrui par l’État. Est-il normal de budgéter les rentrées des amendes ? C’est surtout la preuve que l’État ne croit pas dans ces dispositifs, sinon il devrait se convaincre d’une rentrée de zéro euros dans le budget.

    Inscrivez-vous, lisez et participez au nouveau forum de « 40 millions d’automobilistes »:
    http://fil-conducteurs.ning.com/

    Et de plus lisez:
    http://www.monbestseller.com/manuscrit/radars-et-justes-sanctions-texte-integral

    La sollicitation d’un barème nuancé:
    http://adelinos.free.fr/viewtopic.php?f=7&t=2514

  • La fin de la présomption d’innocence garantie par la Constitution pour les propriétaires d’automobile a 10 ans aussi. Il nous le paiera cher le petit !

    Facile de reconnaître les antirépublicains, ce sont ceux qui sont prêt à abandonner la présomption d’innocence pourtant garantie par la Constitution pour raison de vie gagnée. Mais mon pauvre vieux, en supprimant les escaliers tu gagnerais aussi beaucoup d’accidents , mais il se trouve que les escaliers rendent de grands services, et bien la vitesse aussi.

    Tiens, et puis on va leur apprendre un peu la vie à ces tyrans :
    Il y a une vitesse appelée VMC (Vitesse Moyenne de Circulation) mesurable sur un temps de 5 minutes. Il existe des courbes en U de risques d’accident en fonction de cette vitesse VMC et en gros les moindres risques d’accident sont à + 15 km/h au-dessus de cette VMC et on constate qu’un usager à moins de -15 km/h constants de la VMC est en excès de lenteur et à plus de +35 km/h constants en excès de vitesse relative. Pour admettre une tolérance, la bonne vitesse sera comprise entre -15 et +35 km/h par rapport à cette VMC.
    http://www.dossiersdunet.com/spip.php?article65
    En quoi un excès de vitesse met-il en danger ? La vitesse qui crée le moins d’accident suivant la courbe en U des accidents en fonction des vitesses relatives à la VMC (Vitesse Moyenne de Circulation) est à à peu près 15 km/h au-dessus de la VMC.
    Pourquoi les Allemands ont encore la vitesse libre sur certaines portions d’autoroute ? Parce qu’ils aiment la liberté. En France c’est la tyrannie organisée jusqu’à l’automatisme.

  • Livre (gratuit) : La politique de Sécurité-Spectacle des radars, ronds-points et ralentisseurs http://astouric.icioula.org/

  • La sanction des excès de vitesse et du non respect des feux par des radars « oublie » les franchissements de ligne continue, le non respect des stops, les clignotants négligés ou encore une distance de sécurité ridiculement courte. La réelle surveillance des règles de conduite les plus importantes s’en trouve considérablement dégradée. La seule solution susceptible de rétablir vraiment la sécurité routière serait le renforcement significatif du nombre de véhicules banalisés affectés au contrôle du comportement des conducteurs : téléphone, demi-tour, alcool … l’Etat a pour devoir de faire respecter l’ensemble du Code de la route, il doit s’en donner tous les moyens. Cf. Livre (gratuit) : La politique de Sécurité-Spectacle des radars, ronds-points et ralentisseurs, à cette adresse http://astouric.icioula.org/

  • on devrait faire le test de 1 mois sans aucun radar pour vérifier l’utilité réelle des radars. Je pense que ce serait très instructif ……. AUTRE CHOIX ON DEVRAIT ENLEVER DES POINTS LORS DE REELS ACCIDENTS . A QUOI SERT DE RETIRER UN PERMIS A QUELQU’UN QUI NE CAUSE PAS D’ACCIDENT ?????????????

  • C’est une honte d’écrire un tel article, faire pleuvoir les mensonges par dizaine ne rendra pas la vie aux milliers de morts par an, ni à tout ceux qui sont bloqué dans des sièges roulants ou bloqué dans les lits d’hôpital …

    Sois on décide d’être aveugle à la baisse de la mortalité depuis 10 ans et de continuer de cracher sur une politique qui malgré tout ce qu’on peut en dire marche, sois on réfléchie censément au rôle de la voiture dans notre société. C’est un outil de déplacement et non un outil de plaisir, vous voulez arrêter de voir des accidents sur le bord des routes, arrêter de vous prendre pour des dieux au volants de vos voitures.

    Et sincèrement arrêter de parler de l’Allemagne et ces soi-disant autoroutes non limités, 10000 km d’autoroutes en Allemagne, 300 non limité, et aucun chiffre de ces portions d’autoroutes ne remontent clairement jusque Bruxelles, ces chiffre sont fondus dans le reste du système autoroutier allemand.
    De plus ce sont des portions d’autoroutes exclusivement entretenu par le lobby automobile, un moyen clair de justifier l’augmentation exponentiel de la puissance des moteurs de voitures.
    Autre anecdote, les chiffres ne remontent pas jusque Bruxelles mais si on cherche bien, on peut les avoir, au moins 3x plus de mort sur ces portions d’autoroutes que sur les autres, qu’est ce qui change ? … Ha oui la vitesse non limité ….
    Vous en chercher toujours ??? Sachez que sur ces portions d’autoroutes, une partie des assurances ce décharge de leurs responsabilités si ils ont pu prouver que vous rouliez au-dessus des limitations normal de vitesse, j’ai envie de dire normal !!!!
    La différence entre la France et l’Allemagne ? Ce n’est pas une question de politique de sécurité routière, c’est une question d’éducation et de mentalité, les Français sont des cons complètement bornés, et ils en sont fières, et malheureusement ils ne comprennent que la politique de répressions…
    Changez de mentalité et la politique de sécurité routière changera avec vous, un jour peut-être que la prévention suffira !

    La vitesse est encore aujourd’hui le premier facteur de mort malgré tout ce qu’on peut en dire, et oui l’alcool au volant est le deuxième facteur plus très loin derrière la vitesse car la politique de répression contre la vitesse fait son bonhomme de chemin. Et j’espère sincèrement qu’un jour l’alcool deviendra le problème majeur car cela voudra dire que les français auront changé leur vision de la vitesse et que des dizaines de milliers de vies auront été épargnés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yannick Harrel.

Est-ce du cynisme politique ? Du réalisme fiscal ? Voire les deux ? Toujours est-il que la proposition du ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin publiée dans l’édition du 4 novembre dans Ouest France risque bien de jeter de l’huile sur le feu et placer les élus locaux dans une position inconfortable.

Concrètement que propose le ministre ?

Les maires autorisés à installer des radars sur leur commune

Il propose d'intégrer un amendement autorisant les maires à se passer de l’accord préalable du ... Poursuivre la lecture

Par Alain Astouric.

Croyez-moi ou pas mais j’ai connu une époque où conduire était un plaisir.

Depuis que les autorités ont trouvé plus intelligent et surtout plus facile de multiplier les radars plutôt que verbaliser les fainéants qui se croient seuls et « oublient » le clignotant ;

depuis que je dois dépenser presque autant d’énergie à deviner la vitesse à laquelle j’ai le droit de rouler qu’il n’en faut pour surveiller la route ;

depuis qu’il existe des limitations impossibles à respecter, surtout quand un poids... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

La Sécurité routière a délivré ses chiffres d’accidentologie pour mars et avril 2020, ce qui aurait permis de jauger de l’efficacité de confinement sur le taux de mortalité routière. Sauf qu’il est préférable désormais de délaisser, ou plutôt de dépasser, le commentaire de chiffres. Car ils n’ont au final que peu d’importance en raison de la politique invariable du gouvernement français.

Celle-ci demeure intangible puisqu’actée sur le fondement d’une autre logique, celui de la sécurité rentière et d’une haute... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles