Et maintenant, un peu d’oppression fiscale

Malgré les dénégations du gouvernement, nous aurons bel et bien droit à une averse d’impôts… Encore.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et maintenant, un peu d’oppression fiscale

Publié le 5 août 2013
- A +

Certes, ce sont les vacances. Certes, l’actualité se fait plus calme, les journalistes étant eux-mêmes partis profiter des joies qu’offrent le capitalisme et la mondialisation pour revenir ensuite au bercail, batteries rechargées, cracher sur le capitalisme et la mondialisation. Pendant ce temps, le gouvernement est en pause. Tout le gouvernement ? Non. Un petit ministère résiste encore et toujours à l’endormissement : Bercy.

Bien sûr, on ne doit pas vraiment à un hasard du calendrier l’actuelle apparition des nouvelles douloureuses sur la pluie d’impôts qu’on nous concocte pour les mois à venir. De la même façon qu’on ne fait les barbecues, les émeutes et les baignades qu’en été, les annonces douloureuses sur les impôts privilégient toujours cette période où plus personne n’écoute. Cependant, entre deux moiteurs estivales, difficile d’écarter les certitudes qu’un petit bouillon se trame à l’horizon.

Et on en parle donc, un peu, ici ou là.

Ici, on apprend qu’il va falloir trouver entre quatre et six milliards d’euros. Comme Mario, de la BCE, refuse obstinément de les imprimer sur son lot d’imprimantes alors qu’il a reçu plein de cartouches neuves, le gouvernement français — qui fait, pour rappel, l’équivalent d’un petit emprunt de plus de 700 millions d’euros par jour ouvré — a décidé qu’il allait trouver cette somme dans la poche forcément pleine de surprises de ses concitoyens.

, on comprend à demi-mots gênés que la petite Najat a bien du mal à concilier son appartenance au Camp du Bien d’un côté, et le fait qu’il va falloir cogner comme un sourd sur tout le monde et surtout les pauvres (les plus nombreux), comme le faisait juste avant qu’elle arrive le Camp du Mal. C’est embêtant que voulez-vous : on vise, nous dit-elle la bouche en cœur, à ne pas laisser une ardoise aux générations futures.

najat et les impôts

Ce qui n’empêche pas l’actuel gouvernement de creuser la dette nationale de plusieurs dizaines de milliards d’euro cette année encore (et prend-toi ça dans les gencives, encombrante génération future !) et d’emprunter dans les 170 milliards en 2013. Une paille.

Les éléments s’accumulent, les papiers s’enchaînent et tous pointent dans le même sens : la rentrée sera piquante, l’année 2014 sera chaude, et les impôts vont, malgré les dénégations fermes de Hollande en début d’année 2013 (suivies de rétropédalages choucrouteux six mois plus tard) continuer à augmenter.

Une bonne nouvelle dans tout ça : seuls les riches seront mis à contribution (mais si : tous les médias le disent : « Bercy veut taxer les plus aisés »). Une mauvaise nouvelle : maintenant, en France, on est riche dans les pluzaisés dès 20.000 euros de revenus par an. C’est aussi ça, le changement maintenant : youpi, la France accueille un nombre de riches croissants ! En effet, selon les calculs du syndicat Solidaires-Finances publiques, ce dispositif entraînera 23 euros d’impôts supplémentaires pour un célibataire avec 20.000 euros de revenus, 162 euros s’il gagne 35.000 euros, 626 euros pour 100.000 euros de revenus et 1.772 euros pour 200.000 euros ; pour un couple marié avec deux enfants, la facture progresserait de 19 euros à 3.059 euros selon les cas des figure. Et il s’agit bien de l’impôt supplémentaire, pas de l’impôt total. On est en France, hein.

Si l’on se rappelle que le salaire médian est (justement) de 20100€ par an, on comprend que la mesure va toucher au moins 50% des salariés français (soit 1/4 des foyers, une moitié ne payant pas d’impôts sur le revenu). Vous me direz : zut, c’est encore et toujours le même quart qui trinque. Eh bien oui, c’est aussi ça, le changement. Et si ça ne vous plaît pas, c’est pareil.

Bon, je vous charrie : en fait, ces augmentations d’impôts aussi inopinées que douloureuses ne sont rien que de vilaines rumeurs colportées, on s’en doute, par toute une clique de vilains ultralibéraux et autres médiocres opposants à la ferme et vigoureuse réforme de tout le pays, à laquelle s’est attelé tant François Hollande, son inénarrable président, que Pierre Moscovici, son extraordinaire minustre de l’Economie et des Finances. D’ailleurs, il l’explique lui-même avec ses mots à lui, touchants et maladroits comme seuls les enfants et les benêts savent le faire :

« Notre politique en matière de fiscalité est de refuser les hausses d’impôts qui sont généralisées et indifférenciées. Notre souci à nous, c’est le sérieux budgétaire mais aussi le pouvoir d’achat des plus démunis et des classes moyennes. »

Dans la foulée, pour ajouter un bon gros bout de crédibilité en conserve à sa tirade, il a précisé qu’en plus,

« le 2e trimestre a été un trimestre de croissance positive, et je pense qu’elle devrait être du même ordre au 3e trimestre. Puis, 2014 sera la première année de croissance depuis trois ans. »

C’est mignon.

deni de réalité - moscovici

En attendant, si l’on écarte les vilaines rumeurs, le tangible, le sûr, le dur, le concret, c’est des dépenses de l’État qui persistent à grossir, ce sont des fonctionnaires qui seront, pour la moitié d’entre eux, augmentés, alors qu’ils devraient être diminués (en nombre et en traitement), et ce sont des dispositifs fiscaux débiles, mis en place par des manchots et des incapables, qui s’avèrent bien plus coûteux que ce que les fins comptables de Bercy avaient calculé.

parcours institutionnel suiteAinsi, a contrario, donc, de ce qu’on avait prévu (sur Contrepoints et ailleurs), le dispositif Duflot de Garantie Universelle des Loyers (GUL) va se transformer en gouffre comme toute belle idée collectiviste aux effets de bords inévitables, avec explosion du budget initial et mort du petit cheval dans la foulée. M’est avis qu’on entendra longtemps parler du Gouffre du Gul duquel montait les mugissement de Duflot (ce qui, au passage, pourrait faire l’objet d’une aventure épique avec des trolls, des nains et des elfes dans un pays magique où l’Etat finit toujours par retomber sur les pattes des autres).

On pourrait croire l’histoire duflotesque anecdotique, mais il n’en est rien : si les impôts augmentent tant d’un côté, c’est aussi parce que, il faut bien le dire, nos « élites » font absolument n’importe quoi. Et comme pour corriger leurs erreurs, les maladroits aigrefins ajoutent une bonne dose de bévues, la France passe son temps à modifier ses lois fiscales dans un tourbillon de changements, maintenant, ici, avant, après, là et partout.

Comment s’étonner, devant une telle insécurité juridique, que des entreprises mondiales installent leurs sièges sociaux ailleurs que dans le cloaque bouillonnant français ? Comment s’étonner lorsqu’on découvre que le nouveau géant de la publicité va s’installer aux Pays-Bas, notamment parce que le régime fiscal néerlandais n’a pas bougé en vingt ans ?

mosco arrête de chyprerComment ne pas comprendre que cette insécurité fiscale, ces erreurs de chiffrage à répétition, ces effets de bords négatifs mal compris, ces augmentations permanentes des taxes et des impôts conduisent tous les jours un peu plus le pays à sa perte ? Comment ne pas voir que les étapes suivantes seront toujours de plus en plus douloureuses, jusqu’au moment où, comme dans l’île méditerranéenne, les épargnants vont se faire salement chyprer leurs comptes ?

Oui, il n’y a plus de doute : l’administration qui est chargée de collecter les impôts a passé la démultipliée. Finalement, Le Changement De Braquet De l’Administration Fiscale, c’est peut-être un slogan à la con, mais c’est maintenant et ça va faire un peu mal, surtout les premiers temps. Mais l’habitude permet des souplesses qu’on croyait impossibles, qu’on n’imaginait pas et pour tout dire, qui en font saliver plus d’un.

Vous l’avez voulu, vous l’avez eu. Profitez-en bien.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • L’humanité se divise en deux catégories, les oisives cigales et les productives fourmis. Mais contrairement à la fable où la cigale est une petite chose frivole à prendre en pitié l’hiver venu, dans la réalité les cigales ont pris le pouvoir ! En effet, la seule fonction de l’État (au sens large) est de spolier les productifs (cad les entrepreneurs et les salariés du privés), et pour ça il a inventé la fonction publique qui regroupe quasiment tous les oisifs en une puissante armée ayant pour seul objectif la spoliation des productifs ! Les fourmis sont devenues les esclaves des cigales !

  • Et oui mais avec un gouvernement socialiste, à quoi d’autre fallait il s’attendre ?

    Avez vous les 2 Républiques Françaises de Philippe Nemo ?
    http://www.wikiberal.org/wiki/Les_Deux_R%C3%A9publiques_fran%C3%A7aises_%28essai%29

    On comprend dès lors mieux l’origine du Bien socialiste

    • Avec un gouvernement socialiste, on pouvait s’attendre à une faillite plus rapide et par conséquent moins douloureuse.

      • La douleur pour qui ? Et surtout pourquoi ? Ce système n’a plus de légitimité, il est devenu illégal. A vous de décider dans quel camp vous voulez être: souffir pour ces cons et à cause de ces cons, ou changer les choses. J’aurais envie de le demander aux Français…si ils n’étaient pas des Zombies….

  • « qu’on entendra longtemps parler du Gouffre du Gul duquel montait les mugissement de Duflot »
    Pour un peu on pourrait parler de l’affaire du trou du cul de Duflot.

  • Decret 10-289…on y est ! Tout est dit. Il ne reste qu’une seule solution….et je sais déjà dans quel camp je vais aller. Qu’ils aillent tous au diable.

  • Allons allons, 23 euros pour 20000 euros par an, soit 2 cafés terrasse, comment en faire tout un fromage??
    Quand à ceux qui ont 35000 euros et plus, ils ne verront même pas de différence à payer 160 eoros et plus… il ne faut pas que la critique soit partisane car elle provoque l’inverse de l’effet escompté: on commence à douter de ceux qui nous semblaient proches.

    • @Enfaitpourquoi, quelle remarque judicieuse que la vôtre.
      Oui pourquoi oser gueuler de payer encore et toujours pour un état dont l’obésité exponentielle se double étrangement d’une inefficacité galopante (double marque distinctive de TOUS les états administrés par des socialistes depuis que cette doctrine gouverne des pays)?

      • C’est surtout que notre petit mouton gentil qui aime se faire tondre n’a pas compris comment cela fonctionne. Il le dit lui-même : 23€, soit 2 cafés terrasse.

        Sauf que ces cafés ne seront jamais consommés. Ils partent en impôt. Multipliez par 1.000.000 de personnes concernées, et voilà … 2 millions de cafés terrasse qui ne seront pas consommés. Voilà des milliers de cafetiers qui perdent du chiffre d’affaire. Voilà des centaines de petits commerces qui ferment.

        23€, c’est rien. Mais ce sont des centaines d’emplois en moins. Bien joué, mouton.

    • 23€, c’est peu. Mais 23€, plus une augmentation de la TVA, plus de nouveaux droits de douane, plus une revue du barème de la «redevance copie privée», plus une généralisation de la «redevance pour l’audiovisuel public» à de nouveaux supports, plus… il en fait encore…?

      • Finalement, on s’en fiche, « il » paye. « enfaitpourquoi » est l’un de ces moutons gentils qui paye.
        Tondez-le. Il aime ça.

    • @enfaitpourquoi
      Ben voyons, c’est ça ou plus d’infirmières et les français mourront dans le caniveau lol

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Ivan Mikloš.

Ivan Mikloš a été vice-Premier ministre et ministre des Finances de la République slovaque (2002-2006, 2010-2012), vice-Premier ministre de l’Économie (1998-2002) et ministre de la Privatisation (1991-1992). Il a cofondé et dirigé le groupe de réflexion économique MESA10 (1992-1998). Entre 2006-2010 et 2012-2016, il a été membre du Parlement. En 2014, il... Poursuivre la lecture

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles