La restructuration bancaire à Chypre

La crise chypriote rappelle quelques vérités simples. Une banque peut faire faillite. Le client doit veiller à l’emploi de son argent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Laïki Chypre

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La restructuration bancaire à Chypre

Publié le 27 mars 2013
- A +

La crise chypriote rappelle quelques vérités simples. Une banque peut faire faillite. Le client doit veiller à l’emploi de son argent.

Par Vladimir Vodarevski.

Un accord a été conclu sur la restructuration bancaire chypriote dans la nuit de dimanche à lundi. La base du plan est le gel des comptes de dépôt de plus de 100 000 € des deux principales banques. Une de ces banques, Laïki, sera liquidée. Les dépôts inférieurs à 100 000 € seront transférés à l’autre banque, Bank of Cyprus. Les dépôts de cette dernière supérieurs à 100 000 € seront gelés.

La bad bank servira à liquider les actifs de Laïki. Les déposants dont les comptes auront été transférés dans cette nouvelle entité récupéreront ce qu’il restera après les opérations de liquidation. Les dépôts gelés à Bank of Cyprus serviront également à la restructuration de cette dernière. Ajoutons que les créanciers obligataires de Laïki ont tout perdu.

Ce plan rappelle la nature des dépôts bancaires aujourd’hui : c’est de l’argent que nous prêtons à la banque, qui ensuite l’utilise. Elle ne le garde pas précieusement en sécurité. C’est un véritable placement. En échange, il est disponible immédiatement. Il y a également des intérêts qui sont versés, dans de nombreux pays.

Il a été appliqué à Laïki et à Bank of Cyprus ce qui est appliqué à n’importe quelle entreprise en difficulté : une liquidation d’un côté, avec les créanciers, dont les déposants, qui se partagent ce qu’il peut rester, et un plan de sauvegarde avec restructuration financière d’un autre côté, où, là encore, les créanciers sont mis à contribution.

L’autre solution aurait été que l’État supporte seul la restructuration, et donc les pertes. Au Royaume-Uni, aux USA, les États ont choisi cette option. En ce qui concerne Chypre, l’ampleur des besoins financiers rendait difficile une telle option. D’après les articles des médias, les besoins équivalaient au PIB de l’île. D’autre part, une partie des dépôts bancaires les plus importants proviennent de non résidents, attirés par l’environnement financier chypriote, considéré comme complaisant par les autres pays de l’Union Européenne. Un financement des banques par l’État aurait été considéré comme un cadeau à de riches déposants profitant du système. Enfin, les États, et l’Europe, ont été beaucoup mis à contribution ces dernières années. Reprendre des pratiques normales, car ces pratiques de restructurations sont communes dans les entreprises, évitait d’alourdir encore plus les dettes des États, et les engagements de l’Union Européenne.

Les banques sont habituellement protégées. Les créanciers des banques sont protégés. Aussi ce plan chypriote a-t-il inquiété les marchés financiers, et les déposants. Ce plan est exceptionnel. Pour le moment, aucune banque, en France, ne connaît de telles difficultés. Au Royaume Uni, aux USA, et dans d’autres pays, les États ont déjà aidé, ou même nationalisé les banques. Cependant, ce plan montre que les créanciers peuvent être mis à contribution.

Est-ce injuste ? Ou est-il plus juste que ce soit l’État, et donc le citoyen, qui paie ? Car telle est l’alternative : créanciers ou citoyens.

La crise a d’ailleurs amené un changement dans la réglementation bancaire, puisqu’on admet que même les grandes banques pourraient faire faillite. Il leur a été demandé d’avoir un plan de démantèlement prêt à être mis en œuvre.

La crise chypriote rappelle quelques vérités simples. Une banque peut faire faillite. Le client doit veiller à l’emploi de son argent. En fait, ce qui est fait à Chypre est un processus habituel en cas de difficultés d’une entreprise. Cela surprend, car nous n’en avons plus l’habitude. Nous sommes accoutumés à ce que l’État prenne tout en charge. Mais même l’État a des limites. Même l’Union Européenne a ses limites. Ce n’est qu’une union d’États, dont les principaux sont en difficultés.

N’est-ce pas plus sain, d’ailleurs, que chacun soit responsable de ses actes ? Les actionnaires ne seraient-ils pas prudents s’il ne comptaient pas sur la protection des autorités financières ? De même que les dirigeants, et les souscripteurs d’emprunts obligataires ? Les clients ne seraient-ils pas plus exigeants avec leurs banques s’ils étaient conscients des risques, et les banques ne seraient-elles pas plus prudentes avec l’argent des clients ?

Cependant, nous saurions difficilement vivre dans un tel système, car nous n’y sommes plus habitués. D’autre part, ce genre de système exigerait que les banques soient libres d’agir comme bon leur semble, sous le contrôle de leurs actionnaires, créanciers et clients. Or, tel n’est pas le cas aujourd’hui. Les banques sont soumises à un carcan réglementaire très strict. La création monétaire est sous le contrôle des banques centrales. En échange, les banques sont assurées de ne pas faire faillite. L’idée étant que la création monétaire, à travers le crédit, permet de créer de la croissance économique. La création monétaire, et donc le crédit, et donc les banques, sont au centre de l’économie. Il faut à la fois favoriser les banques, en les soutenant pendant les crises, et les contrôler, pour qu’elles aient le comportement que l’on attend d’elles [1].

Ce paradigme a été remis en cause par la crise. D’abord parce que la politique d’expansion monétaire a amené la crise justement. Mais la plupart des économistes, dont les doctrines sont inspirées du keynésianisme, ou de l’idée monétariste de création monétaire pour sortir de la crise, ne reconnaissent pas le fait que la création monétaire a causé la crise. Par conséquent, les marchés continuent de croire au pouvoir protecteur des banques centrales et des États. C’est cette promesse que la restructuration bancaire chypriote a spectaculairement rompu. La protection financière est mise en doute.

Bien sûr, Chypre est un cas particulier. Les pays développés n’en sont pas encore à cette extrémité avec leurs banques. Mais le doute est là. Et c’est un monde qui s’écroule.

Pourtant, une prise de conscience ne serait-elle pas saine ? Et ne permettrait-elle pas de quitter le paradigme de la création monétaire de manière ordonnée, en minimisant les peines, autant que possible, pour les citoyens ? Mais le débat monétaire n’est même pas engagé. Il est trop dangereux pour les politiciens, pour qui les promesses de relance facile valent mieux que celles d’efforts. Quant aux économistes qui dominent les débats aujourd’hui, ce serait pour eux une remise en cause de leurs dogmes. Humainement, c’est quasiment impossible. Il y a des gens, par-ci par là, comme l’américain Ron Paul, le professeur Jesus Huerta de Soto (auteur d’un livre prémonitoire Monnaie, crédit bancaire, et cycles économiques), du courant autrichien. Mais c’est bien peu.

La crise chypriote devrait être comprise comme un avertissement : la défaillance d’un système. La défaillance de la promesse de la croissance par la création monétaire, et la protection des banques, et des déposants. La méthode choisie pour restructurer le secteur bancaire n’ayant rien d’extraordinaire. C’est la méthode normale de restructuration d’une entreprise. C’est le traitement appliqué habituellement aux banques qui est anormal. La question qui se pose, c’est jusqu’où irons-nous dans la crise avant de reconsidérer le paradigme monétaire qui nous gouverne ? Et jusqu’où irons nous dans la reconsidération également. Des mesurettes pourront toujours permettre de légers rétablissements pour quelques années. C’est ce que nous faisons depuis quarante ans. Mais, depuis quarante ans, les crises se succèdent finalement, comme une lente chute. Le temps d’une civilisation est le long terme. Les mouvements sont lents. Quand, et dans quel état nous réveillerons-nous ?


Sur le web.

Note :

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Le problème ne serait t’il pas, plus que le fait que la banque puisse enfin faire faillite, le fait que l’Etat ait pris en otage les biens de sa population sans rien demander, privilégié une banque à une autre, et que les banques ont mentis à la population en affichant une bonne santé de façade grâce au soutien de l’Etat et leur support illimité ?

    Si on avait la certitude que les clients payeraient en cas de faillites de la banque, je doute qu’ils auraient laissés si longtemps leur argent dans une banque non-fiable et en déficit.

    Qu’en pensez-vous ?

  • Que propose l’auteur de cet article (par ailleurs très pertinent) en remplacement du système de « promesse de croissance par la création monétaire » ?

    • Euh je dirais la responsabilité 😉

      Il n’y a pas de vrai croissance par création monétaire. La création monétaire ne produit que mal investissement (une bulle quoi).

      La vrai croissance ça arrive par des gens qui créent et produisent.

      • Mais est-ce qu’il ne vaut pas mieux conserver la création monétaire pour que le « gâteau » à se partager puisse grossir et profiter en priorité aux personnes responsables (celles comme vous le dites qui créent et produisent) ?

        Ma question peut paraitre très simpliste mais j’essaye d’être le plus concis possible.

        • le « gateau » à se partager ne dépend pas de la masse monétaire …
          C’est fou cette inculture économique quand même !
          De l’argent, c’est au mieux un bout de papier, plus généralement un chiffre dans un système d’information.
          Où est la richesse ? Dans les biens et produits, qui coûtent une FRACTION de la masse monétaire.
          Tu augmente la masse monétaire, tu crée de l’inflation, les prix montent pour retrouver la même fraction qu’auparavant, à la seule différence que les gens ayant les liquidités et les informations suffisantes peuvent s’enrichir au dépend des autres dans le processus.

          • J’ai pas besoin de recevoir un reproche désagréable sur ma culture économique pour comprendre les choses. Si je viens justement poser une question ici c’est bien parce que je reconnais implicitement mon manque de culture à ce sujet (moi aussi j’ai été victime des enseignants qui expliquent qu’il faut à tout prix de l’inflation pour créer de l’activité).

            Sinon merci pour ces explications qui me font voir les choses autrement et me confortent en partie dans mes convictions libérales et responsables.

  • La banque n’est pas propriétaire de l’argent que les déposants lui confient. Alors les droits de propriété si chers aux néolibéralistes sont attaqués de plein fouet. Ce n’est pas parce qu’on attaque tous les déposants en même temps que cela rend acceptable la perquisition. Si les gouvernements à la solde des banquiers et ceux-ci ne peuvent assurer le respect de la propriété on est mal barré. On légifère le vol de notre bien. La menace existe bel et bien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par l'Iref-Europe.

Geopolitical Intelligence Service (GIS) et l'Institut de Recherches Économiques et Fiscales (IREF) proposent un webinar en français ce mercredi 28 octobre à 16 heures avec comme orateurs le Prince Michael de Lichtenstein et le professeur Enrico Colombatto (responsable de l'IREF).

Le panel s'exprimera pendant une quarantaine de minutes et les questions et commentaires des participants suivront.

Après la crise financière et la crise de l'euro, la crise sanitaire est venue aggraver la dépendance de nombre ... Poursuivre la lecture

Par Antonis Giannakopoulos. Un article de Mises.org

Dans le sillage des fermetures économiques désastreuses liées au covid-19, la classe politique a désespérément tenté de sauver le système de l'euro en faillite. Le 21 juillet, les dirigeants européens se sont mis d'accord sur ce qu'ils ont nommé un accord historique. Il ne s'agissait rien de plus qu'un plan de relance de plusieurs billions d'euros.

Toutefois, il est plus probable que le fonds de relance retarde toute chance de voir se réaliser une restructuration économique bie... Poursuivre la lecture

Par Ibrahim Anoba. Un article de Libre Afrique

Qu’il s’agisse de Susu (Ghana, Togo), Chilemba (Kenya, Zambie, Zimbabwe, etc.), Esussu (Nigéria, Libéria), les variantes d’appellations du système de tontine en Afrique sont diverses et variées. Il s’agit toujours d’un système d'épargne-crédit informel axé sur la communauté qui est antérieur au système bancaire moderne. Il est commun chez toutes les catégories de personnes : des commerçants, des étudiants, etc. Autrement dit, il s’agit d’un groupe d'intérêt commun avec la finance en son ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles