La Chine et le pétrole africain

L’implication toujours plus grande de la Chine dans les hydrocarbures en Afrique augure-t-elle quelque chose de bon ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chine Afrique (Image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Chine et le pétrole africain

Publié le 9 février 2013
- A +

L’implication toujours plus grande de la Chine dans les hydrocarbures en Afrique augure-t-elle quelque chose de bon ?

Par Noël Kodia.

Un article de Libre Afrique.

L’ouvrage Investissements pétroliers chinois en Afrique de Robert d’Aboville et Qian Sun, L’Harmattan, 2010 traite de la présence chinoise en Afrique en relation avec l’exploitation du pétrole africain. Source d’informations sur les investissements pétroliers chinois sur le continent, il révèle des statistiques qui expliquent le « rapport de forces » entre les pays occidentaux (la France et les Etats-Unis) et la Chine dans le domaine de l’exploitation du pétrole africain. On y découvre que de 2007 à 2009, la Chine a multiplié ses investissements par plus de dix en Afrique : 520 millions de dollars en 2006 et 5,49 milliards en 2009. De la destination du pétrole africain, on découvre la répartition suivante : UE : 37,10% ; Etats-Unis : 30,20% ; Chine : 13,20% ; Inde : 5,30% ; autres : 8,90%. Trois points pertinents se dégagent dans ce livre.

Le pétrole africain convoité par la Chine

Face aux besoins colossaux en ressources énergétiques pour son développement, la Chine, désormais deuxième puissance économique mondiale, est obligée de diversifier ses importations pour stabiliser ses approvisionnements pour ne pas dépendre d’un moyen Orient instable. D’où un nouveau partenariat stratégique avec moult pays africains producteurs de pétrole. En quelques décennies, elle est devenue le deuxième consommateur de pétrole dans le monde après les Etats-Unis. Mais il faut rappeler qu’elle est arrivée « en retard » en Afrique où les zones vierges sont rares, les anciens colonisateurs y ayant déjà leurs compagnies pétrolières. Malgré cette situation, elle s’est imposée dans presque tous les pays pétroliers africains avec son « gagnant-gagnant », en faisant fi des droits de l’Homme bafoués dans certains pays tel le Soudan. La Chine s’est remarquée surtout sur le continent entre 1995 et 2000, mais le vrai tournant des relations sino-africaines dateraient du 3 au 5 novembre 2006 avec le troisième sommet Chine-Afrique. Les Chinois sont en Algérie où leur grand besoin en pétrole a provoqué la hausse du prix du baril qui a favorisé la réduction de la dette extérieure de ce pays.  Ils sont les plus gros investisseurs au Soudan dans le développement des champs pétroliers. Mais dans cette région soudano-tchadienne, ils se livrent une guerre sans merci avec les Américains dans l’exploitation du pétrole. Au Cameroun, au Nigéria, au Gabon, au Congo et en Angola la présence chinoise dans l’exploitation du pétrole est manifeste. C’est surtout en Angola qu’elle réalise plus d’opportunité que dans les autres pays où les réserves étaient déjà exploitées par les compagnies occidentales. Et cette opportunité est due à la guerre qui avait secoué ce pays de 1975 à 2002 et qui aurait perturbé l’exploitation du pétrole commencée avant l’indépendance. Mais l’intérêt qu’a la Chine pour le pétrole africain inquiète les autres puissances.

Réactions occidentales

Presque tous les pays occidentaux déjà implantés en Afrique s’inquiètent de la concurrence chinoise dans le domaine du pétrole et le continent devient un théâtre de rivalités entre grandes puissances qui veulent sécuriser et garantir leur approvisionnement en pétrole. La présence chinoise en Afrique provoque des conflits d’intérêts sur fond d’approvisionnement énergétique. Si les Occidentaux désirent un changement structuré sur le plan politique et économique de la part des Africains pour le respect de la démocratie sur le continent, les Chinois se montrent plus pragmatiques en octroyant des prêts irresponsables pour les Occidentaux, et se faisant « rembourser » en pétrole et en bois. Ce modèle chinois de coopération avec les Africains sans conditions dérange les Occidentaux et réduit leur influence sur les pays du continent qui font fi des principes démocratiques, car l’aide occidentale serait traditionnellement conditionnée par la bonne gouvernance que ne respecte pas la Chine.

Pékin octroie des prêts mais aussi des armes et soutient politiquement les pays africains qui peuvent lui garantir l’approvisionnement énergétique. Robert d’Aboville et sa collègue illustrent cette situation par les exemples du Soudan et du Zimbabwe. Les Etats-Unis constatant leurs intérêts menacés par la présence chinoise en Afrique, maintiennent leur influence au Tchad, en Guinée équatoriale où ils seraient aujourd’hui le deuxième client après la Chine et devant l’Espagne. Cette guerre politico-économique que se livrent l’Occident et la Chine sur le pétrole ne laisse pas indifférents les Africains.

Impact de cette guerre pétrolière sur le continent

Le livre nous révèle certains problèmes qui se posent aux Africains avec l’entrée de la Chine sur le continent qui cause des « dégâts collatéraux », ou au moins perçus comme tels, dans certains pays : en Algérie, plus de 40.000 chinois travaillent « à la place » des autochtones non qualifiés. Au Cameroun, malgré les cours du pétrole élevés en 2008, les bénéfices pour le pays n’ont été que de 443 milliards de F CFA contre 549 en 2006, une crise pour le budget camerounais de l’époque. Au Nigeria, les Chinois subissent, avec les Occidentaux, la loi des rebelles « kidnappeurs » du delta du Niger dans l’exploitation du pétrole.

Publié il y a deux ans, ce livre apparait encore comme un important instrument didactique pour comprendre la géopolitique chinoise sur fond de stratégie énergétique en Afrique.

(*)Noël Kodia est un essayiste et critique littéraire congolais.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je trouve pour le moins amusant de pouvoir écrire : « l’aide occidentale serait traditionnellement conditionnée par la bonne gouvernance que ne respecte pas la Chine ».
    Quand on connaît l’implication de la France dans l’intronisation et le maintien au pouvoir de nombre de dirigeants africains connus pour leurs régimes autoritaires et répressifs, on croît rêver.
    Cette fable selon laquelle les Occidentaux seraient respectueux des droits de l’homme et de la démocratie, au contraire de la Chine, ne peut abuser que la fraction de l’opinion publique occidentale intoxiquée par ses médias.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
couverture de Red Mirror  L'avenir s'écrit en Chine
1
Sauvegarder cet article

Lors de la parution française en avril 2021 de Red Mirror, essai assorti d'un reportage photographique original sur les rues chinoises, j'avais déjà souligné le sens profond de cet ouvrage d'un journaliste italien, Simone Pieranni, illustré par Gilles Sabrié, un photographe qui vit à Pékin.

Ces deux auteurs décrivent par le récit et par l'image la vie des gens ordinaires qui peuplent les mégalopoles chinoises. Ce sont les mêmes qui manifestent aujourd'hui en Chine contre le fol maintien d'un confinement assassin pour les malheureux hab... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles