L’économie dirigée en régime collectiviste, par Ludwig von Mises

Ludwig von Mises montre comment la monnaie et les prix ainsi que les droits de propriété sont des facilitateurs très importants du calcul économique. A contrario, il montre comment, dans un régime collectiviste, il devient impossible de savoir si une allocation des ressources nous rapproche ou nous éloigne des buts recherchés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Léconomie-dirigée-en-régime-collectiviste-190x300

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’économie dirigée en régime collectiviste, par Ludwig von Mises

Publié le 19 août 2012
- A +

Ludwig von Mises montre comment la monnaie et les prix ainsi que les droits de propriété sont des facilitateurs très importants du calcul économique. A contrario, il montre comment, dans un régime collectiviste, il devient impossible de savoir si une allocation des ressources nous rapproche ou nous éloigne des buts recherchés.

Un article de l’Institut Coppet.

Livre complet à télécharger en pdf, mis en ligne par l’Institut Coppet

Ludwig von Mises et Friedrich Hayek ont montré qu’une économie socialiste était une contradiction dans les termes, car en se privant de l’outil du système de prix libres, le planificateur socialiste se prive de toute possibilité de calcul économique.

L’article de 1920 de Mises intitulé Le calcul économique dans une économie socialiste est publié ici dans la traduction française de Robert Goetz-Girey. Il est accompagné d’une introduction de F.A. Hayek traduite par M.-Th. Génin, et d’un essai de Pierson sur la valeur, traduit par Florence et Daniel Villey.

Mais qu’est-ce que le « calcul économique » ?

Dans son sophisme économique Effort, résultat, Frédéric Bastiat souligne que « Progresser, c’est accroître le rapport du résultat à l’effort… faire plus économiquement, en un mot, faire plus avec moins. » L’attitude inverse « professe que c’est l’effort lui-même qui constitue et mesure la richesse. Progresser, c’est accroître le rapport de l’effort au résultat. Son idéal peut être représenté par l’effort à la fois éternel et stérile de Sisyphe. »

De même, Carl Menger parle de “wirtschaftender Mensch,” de “wirtschaftendes Individuum,” and “wirtschaftende Person”. Ces expressions sont généralement traduites par “economizing man” en anglais, expression moins ambigüe que l’ « homme économique » ou homo œconomicus. En effet, l’homme économique dans ce sens cherche à atteindre ses fins – quelles qu’elles soient, matérielles ou autres – au moindre effort, en ne sacrifiant pas d’autres valeurs qui lui importent. Il n’est pas un dans état économique, où son comportement serait optimal, mais il se trouve engagé dans l’action, dans une série de choix qui visent à le rapprocher de son but.

Un problème qui se pose dans une économie complexe est le suivant : une même ressource peut être utilisée pour satisfaire différentes fins ; et plusieurs ressources sont parfois plus ou moins substituables pour atteindre un but donné. Dès lors, doit-on utiliser plutôt la ressource A pour atteindre X ou Y ? Et pour atteindre X, vaut-il mieux utiliser la ressource A ou une autre ressource substituable, B ? Tous ces choix peuvent nous rapprocher du résultat… ou du sisyphisme de Bastiat s’ils sont mal faits.

C’est ce problème que Ludwig von Mises aborde dans l’article de 1920. Il décrit comment la monnaie et les prix ainsi que les droits de propriété sont deux facilitateurs très importants du calcul économique. A contrario, il montre comment, dans un régime où certaines ressources – les facteurs de production, les machines, les usines, les terrains, etc. – sont collectivisées, donc dépourvues de propriétaires et de prix, il devient pratiquement impossible de savoir si une allocation des ressources nous rapprochera ou nous éloignera des buts recherchés.

Faute d’un marché des capitaux, donc de droits de propriété et de prix monétaires, des ressources considérables sont gaspillées pour un maigre résultat.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Bidault. Extrait de Si l’argent m’était conté…, 2012.

À Stockholm, la nuit est descendue depuis plusieurs heures. Le personnel s’affaire encore dans la salle bleue de l’Hôtel de ville alors qu’arrivent les premiers invités.

Un homme à l’allure juvénile — on lui donne moins de trente ans — les accueille. Grand, droit, en habit, l’ordre du Séraphin en écharpe, et à la boutonnière celui de l’Étoile polaire, il s’apprête à serrer mille trois cents mains. Il se livre à l’exercice pour la deuxième fois. Un an plus tô... Poursuivre la lecture

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles