Hollande : vacances normales ?

Sarkozy tance Hollande sur sa gestion syrienne…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Honzec - Vacances en Syrie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande : vacances normales ?

Publié le 7 août 2012
- A +

Le Honzec - Vacances en Syrie

Après avoir foutu le bordel dans toute l’Afrique du Nord en écoutant son conseiller BHL, déjà remarqué au Kosovo et en Afghanistan pour ses compétences, Sarkozy en rajoute une couche en titillant Flamby sur la Syrie. Deux explications : on a bien fait de renvoyer un type incompétent qui ne sait pas ce qu’est l’armée syrienne; plus optimiste, si, il sait, mais il adore faire souffrir le petit gros. Dans les deux cas, superbe leçon de vertu républicaine, reprise et complétée par les voix de leur Maître qui ont totalement oublié qu’ils étaient au pouvoir il n’y a pas trois mois !

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

Turquie Syrie
0
Sauvegarder cet article

Par Armen Tigranakert.

Le 28 juillet, le département du Trésor américain a imposé des sanctions au groupe rebelle soutenu par la Turquie, Ahrar Al-Charqia responsable du meurtre scandaleux de la femme politique kurde syrienne Hevrin Khalaf en 2019, afin que les auteurs de violations des droits humains répondent de leurs actes.

La décision prise à l’initiative de l’administration Biden peut difficilement être considérée comme amicale envers la Turquie, a apparemment fait craindre à Ankara  le sort de ses alliés dans le nord-ouest... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles