Cigarettes : comment chiffrer le bilan pour la société ?

Quel solde entre coût et recettes des cigarettes pour la société dans son ensemble?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cigarette (Crédits Static Photo, licence creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cigarettes : comment chiffrer le bilan pour la société ?

Publié le 15 juin 2012
- A +

Québec réclame 60 milliards de dollars pour se faire « rembourser » les coûts que les fumeurs ont imposés au système de santé depuis 1970 ainsi que ceux qu’ils occasionneront jusqu’en 2030, mais gagne pourtant énormément de la vente de cigarettes. Quel bilan ?

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec.

Dans le dossier des droits de scolarité, Québec invoque les principes de justice et d’équité pour justifier son initiative. En revanche, il renie ces nobles principes dans le cas de la poursuite intentée contre l’industrie du tabac.

Soyons clairs. Le tabac est un produit nocif et quiconque se soucie de sa santé devrait éviter d’en consommer. Néanmoins, comme la production et la consommation de cigarettes sont légales et encadrées par la loi, Québec doit faire, dans ce dossier également, des calculs « justes et équitables ». Or, c’est tout le contraire.

Québec réclame 60 milliards de dollars pour se faire « rembourser » les coûts que les fumeurs ont imposés au système de santé depuis 1970 ainsi que ceux qu’ils occasionneront jusqu’en 2030, soit une moyenne d’un milliard de dollars pour chacune de ces 60 années. Toutefois, ce calcul n’est qu’un écran de fumée derrière lequel il faut regarder : on ne peut pas simplement comptabiliser les coûts que les fumeurs engendrent et faire fi des recettes qu’ils génèrent et des dépenses qu’ils épargnent à la société.

Pour effectuer un bilan honnête, il faut soustraire du montant réclamé les taxes prélevées par Québec sur la vente de cigarettes. En 2011, l’État a empoché 850 millions de dollars grâce aux fumeurs, soit l’équivalent de 85% du montant annuel moyen faisant l’objet de la poursuite. Il faut également tenir compte des impôts et taxes que les fumeurs paient en tant que contribuables et dont une partie finance le système de santé, de l’impôt sur les bénéfices payé par les compagnies de tabac, et des amendes imposées lors d’infractions à la Loi sur le tabac.

De plus, comme les fumeurs voient leur vie écourtée de dix à quinze ans, la plupart d’entre eux ne recevront pas les soins de santé habituellement nécessaires aux aînés (traitements pour les problèmes cardio-vasculaires, soins gériatriques, etc.). Ils n’occuperont pas de places dans les CHSLD. Ils ne se prévaudront pas du service de transport adapté. Ils ne réclameront aucun crédit d’impôt et ne profiteront d’aucun programme gouvernemental destiné aux aînés. Surtout, la Régie des rentes du Québec conservera une bonne partie, sinon la totalité de leurs cotisations.

Pour justifier sa poursuite, Québec accuse les cigarettiers d’avoir caché la dangerosité du produit. En réalité, depuis au plus tard le 11 janvier 1964, date à laquelle le directeur général de la santé publique des États-Unis a publié un rapport officiel établissant que la cigarette cause le cancer, il est impossible de plaider l’ignorance.

Néanmoins, selon la logique de Québec, les alcooliques devraient donc être en droit de poursuivre le gouvernement pour les cirrhoses et autres maladies provoquées par l’alcool. Après tout, il n’y a aucun message d’avertissement sur les bouteilles de vodka, la SAQ nous incite à la consommation grâce à des promotions et des campagnes publicitaires et, contrairement aux cigarettes, les bouteilles d’alcool ne sont pas cachées de la vue du public.

Les employés de l’État devraient également intenter un recours contre le gouvernement qui les a maintenus dans l’ignorance quant à la présence d’amiante dans les édifices publics dans lesquels ils travaillent.

Si une poursuite est légitime pour Québec, elle devrait l’être aussi pour les Québécois. Non ?


Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • En Nouvelle-Zélande en tous cas, une étude récente a montré que … la cigarette faisait économiser de l’argent aux contribuables.

  • La vente d’alcool au Québec est-elle étatisée ?

    En tout cas, merci à NEL pour sa hargne. Même si tout n’est pas toujours juste, elle fait un grand travail de démystification.

  • Merci à vous, les fumeurs qui s’assument manquent cruellement de défenseurs de votre qualité.
    Il n’y a qu’un seul petit détail avec lequel je ne suis pas d’accord, c’est la prise en compte des amendes, qui sont censées financer la répression et non la prévention ou la réparation des dommages du tabac.

  • « L’an passé, le tabac a rapporté 10 milliards d’euros de taxe et 3 milliards de TVA au budget de l’État.  » L’Etat gagne 13 milliards d’euros sur les taxe du tabac.
    Le coût pour l’assurance maladie des dépenses de soins remboursées attribuables au tabac est estimé à 6,8 milliards d’euros…
    http://goo.gl/HHT30

    Parmi les fumeurs qui ont commencé à fumer à l’adolescence et qui continuent, la moitié d’entre eux mourront d’une maladie causée par le tabac :
    50% d’entre eux mourront entre 35 et 69 ans (22 ans en moins d’espérance de vie).
    50% d’entre eux décèderont après l’âge de 70 ans (8 ans en moins d’espérance de vie).
    En moyenne 15 ans

    1 764 euros/mois : montant moyen de la retraite en France
    78 ans espérance de vie: ce qui fait 18 années de retraites
    Il y a 66 000 morts par an du tabac.
    66 000 *1764 * 12*15= 21 milliards d’euros/ans

    Ne faites pas les cons, pensez à la retraite des autres, il n’est pas trop tard, FUMER..

  • Inclut-ils le coût du tabagisme passif dans leurs calculs ?

  • combien coûte le traitement d’un cancer du poumon par le tabac ?

    • cela coute aussi cher que le traitement ds cancers du colon, du sein, de la prostate, des gliomes, des leucémies etc.etc… Pas besoin de fumer pour trouver son cancer. dernier rapport en date de l’OMS le diesel aggraverait le risque des cancers du poumons. On n’imagine sans peine qu’il pourrait aggraver le risque pour les autres. Il ne reste plus qu’à attendre la publication d’autres rapports sur le risque aggravant de ce que nous mangeons, buvons. En tout cas le nombre de cas de cancers va sérieusement augmenter dans un futur proche et cela va coûter très très cher.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Richard Guédon.

Pour lutter contre le tabagisme, il ne faut plus traiter les fumeurs comme des victimes mais comme des consommateurs responsables. Et si on essayait la liberté ?

Le tabac, une catastrophe sanitaire

En matière de santé, le candidat Macron avait promis la prévention, le Président confirme et sa ministre de la Santé annonce un bel objectif : la prochaine génération sera non fumeuse.

On ne peut qu’applaudir car le tabac est une catastrophe sanitaire permanente, une petite guerre à 73 000 morts par an, à co... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Richard Guédon.

Tout le monde le sait dorénavant, le tabac est un produit toxique, extrêmement addictif, dont la consommation provoque et aggrave un grand nombre de maladies, tuant 73 000 personnes par an en France, à comparer aux 3500 décès annuels par accidents de voiture ou aux 950 morts par… homicide. La cigarette tue par cancers,  par étouffement progressif, par maladies cardiaques, par accidents vasculaires cérébraux, par mort subite, etc.

L’État, incarné par les ministres de la Santé successifs, les responsables de la... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

La Galicie a pris dernièrement la décision d’interdire de fumer dans les rues trop fréquentées, aux terrasses de café et autres lieux extérieurs où les personnes sont en nombre. En soi, ce pourrait être une mesure de santé publique, radicale et exagérée certes, mais qui pourrait se défendre eu égard aux dangers de cette addiction.

Cependant cette décision ne se base pas sur ces dangers, mais sur un risque de transmission du virus.

Nous entrons dans une toute autre dimension.

La raison inv... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles