Il n’y a pas d’histoire de l’humanité

La citation du dimanche, de Karl Popper : il n’y a pas d’histoire de l’humanité, il y a des histoires, toutes différentes, et innombrables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Karl Popper

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il n’y a pas d’histoire de l’humanité

Publié le 4 décembre 2011
- A +

La citation du dimanche :

Il n’y a pas d’histoire de l’humanité, il y a seulement un nombre indéfini d’histoires de toutes sortes d’aspects de la vie humaine. Et l’une d’elles est l’histoire du pouvoir politique. Celle-ci est élevée au rang d’histoire du monde. Mais ceci, je l’affirme, est une offense à toute conception décente de l’humanité.

Karl Popper, La Société ouverte et ses ennemis (1945), volume 2, chapitre 25.

—-

Sir Karl Raimund Popper (né à Vienne, Autriche en 1902, décédé à Londres, Royaume-Uni en 1994) est l’un des plus influents philosophes des sciences du XXe siècle. Il critique la théorie vérificationniste de la signification et invente la réfutabilité comme critère de démarcation entre science et pseudo-science.

L’œuvre de Popper ne se limite pas à l’épistémologie. Même s’il s’est toujours refusé à se présenter comme un philosophe politique, il n’en reste pas moins qu’il s’est beaucoup attaché au sujet. En la matière, ses idées sont fondamentalement libérales, comme en témoigne sa participation à la fondation de la Société du Mont Pèlerin aux côtés de libéraux engagés comme Ludwig von Mises, Milton Friedman et Friedrich Hayek. Popper propose une vision du monde dans laquelle la liberté de l’homme est fondamentale et doit être protégée.

Les deux ouvrages ouvertement politiques de Popper sont Misère de l’historicisme (1945) et La Société ouverte et ses ennemis (1945), écrits tous les deux au titre d’effort de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont pour point focal la critique de l’historicisme et des théories politiques qui en découlent. Le nœud de son argumentation est la preuve strictement logique qu’il est impossible de déterminer le futur, Popper s’étant attaché à défendre l’indéterminisme.

La Société ouverte et ses ennemis, écrit au début de la seconde guerre mondiale, est un plaidoyer passionné pour la démocratie, contre le totalitarisme de droite ou de gauche. À la société close et immuable à base de tribalisme et de magie, Popper oppose la société ouverte, contrôlée par la raison, où la volonté de l’individu peut librement s’exercer. À Platon, Hegel et Marx, il reproche de ne reconnaître l’histoire que pour ajouter qu’elle obéit à des lois qui déterminent le cours des événements : idée qui paralyse le progrès, en le soumettant à la fatalité historique.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « À Platon, Hegel et Marx, il reproche de ne reconnaître l’histoire que pour ajouter qu’elle obéit à des lois qui déterminent le cours des événements : idée qui paralyse le progrès, en le soumettant à la fatalité historique. »

    Essentiel pour comprendre l’erreur et lutter contre le marxisme, qu’il soit rouge ou rose, repeint en vert ou en brun.

  • Comme quoi on peut se prénommer « Karl » et ne pas être un vieux con pour autant !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 10 novembre 2022, le Parlement européen a voté une résolution sur les jeux vidéo et l’esport. Si celui-ci reconnaît le rôle positif de cette industrie et de ce loisir, certains éléments montrent une volonté d’utiliser ce secteur comme un outil d’influence politique et culturelle.

On ne peut pas nier que les jeux vidéo ont désormais une influence dans la culture. Ce que propose le Parlement existe donc déjà sans interventionnisme, lequel peut être rapidement à double tranchant.

 

Que contient la résolution ?

Certai... Poursuivre la lecture

Almería
2
Sauvegarder cet article

C’était le lundi 22 septembre 1522. La ville côtière d’Almería, dressée au cœur de montagnes sèches et sans végétation, s’éveillait doucement. Elle n’avait pas beaucoup changé depuis sa prise par les Rois Catholiques en 1489.

L’Alcazaba, l’immense forteresse qui veillait la cité depuis une colline haute de soixante-dix mètres et qu’un séisme avait partiellement détruite en 1487, avait vu sa troisième enceinte adaptée aux nécessités modernes de l’artillerie.

À l’intérieur des murs de la ville, les mosquées et autres ribats avaien... Poursuivre la lecture

Par Sean Lang.

Lorsque l’historien britannique Sir Ben Pimlott s’est lancé dans sa biographie d’Elizabeth II en 1996, certains de ses collègues se sont étonnés qu’il considère la reine comme digne d’un tel travail de recherche. Pourtant, le jugement de Pimlott s’est révélé judicieux tellement la monarque a marqué son époque.

Le rôle politique de la monarchie a notamment fasciné le monde artistique. En 2006, le film The Queen, de Stephen Frears, était consacré au dilemme auquel elle a été confrontée après la mort de la princesse ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles