Moody’s dégrade les notes des banques publiques allemandes

Mercredi 16 novembre 2001, Moody’s a publié un rapport dans lequel l’agence dégrade la dette senior de 10 landesbanks et filiales de landesbanks, des banques publiques, détenues, réglementées et gérées par les pouvoirs publics.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Moody’s dégrade les notes des banques publiques allemandes

Publié le 18 novembre 2011
- A +

Une brève de Georges Kaplan

Mercredi 16 novembre 2001, Moody’s a publié un rapport dans lequel l’agence dégrade la dette senior de 10 landesbanks et filiales de landesbanks (communiqué de presse). Seules WestLB et Landesbank Berlin échappent à la dégradation ; DekaBank Deutsche Girozentrale (DekaBank) perd 1 notch ; 3 institutions perdent 2 notches et 6 banques sont dégradées de 3 notches.

Nom De A Notches
DekaBank Aa2 Aa3 -1
Helaba Aa2 A1 -2
SaarLB A1 A3 -2
HSH A3 Baa3 -2
BayernLB A1 Baa1 -3
Deutsche Hypo A1 Baa1 -3
LBBW Aa2 A2 -3
NORD/LB Aa2 A2 -3
NLBL Aa3 A3 -3
BremerLB Aa2 A2 -3

 

Les landesbanks sont une spécificité allemande ; ce sont des banques publiques, majoritairement détenues par leurs länders respectifs. Après Dexia, celles et ceux qui nous expliquent que cette crise est une conséquence de la rapacité des banquiers vont devoir nous expliquer comment et pourquoi des banques publiques, détenues, réglementées et gérées par les pouvoirs publics se trouvent, elles aussi, dans une telle situation. Mais là n’est pas le plus intéressant.

Ce qui est fascinant dans cette annonce, c’est la raison principale évoquée par l’agence. Textuellement, Moody’s estime que « le soutien gouvernemental des banques du secteur public allemand est devenu moins certain. » Nous avons donc là une agence de notation officielle qui nous dit textuellement que les notes relativement bonnes de ces banques étaient principalement liées à l’hypothèse d’un soutien des pouvoir publics ; c’est-à-dire des contribuables. Ce que nous dit Moody’s, c’est que (i) cette garantie n’est pas officielle mais que (ii) tous le monde, les agences en premier, comptait dessus en prêtant de l’argent à ces institutions. L’alea moral dans toute sa splendeur.

—-
Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Isabelle Chaboud. Un article de The Conversation

Même si Tesla a réussi à rassurer quelque peu les marchés avec son annonce de production de Model 3 pour le premier trimestre 2018, les mauvaises nouvelles s’accumulent. Un accident mortel causé par une Tesla en pilote automatique le 23 mars a déclenché une enquête du régulateur des transports américain (NTSB).

Quelques jours plus tard, Tesla voyait sa note crédit abaissée par Moody’s de B2 à B3 et annonçait le 29 mars un rappel de 123 000 Model S. Conséquence : l’action a chu... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Louis Rouanet.

Début juin, la faillite de Banco Popular en Espagne semblait avoir été résolue sans aucun problème dans le cadre des nouvelles règles de résolution bancaire européenne.

L’Union bancaire dont la construction est toujours en cours d’achèvement semblait avoir atteint son but principal : limiter l’aléa moral. Les pertes furent supportées par les détenteurs d’obligations et les actionnaires alors que les contribuables ne déboursèrent pas un seul centime.

Bien qu’il existe de nombreux défauts dans le nouveau ... Poursuivre la lecture

Par Ferghane Azihari.

Parmi les principaux facteurs qui dérèglent le système financier se trouve la garantie d’État, également connue sous le nom de « trop gros pour faire faillite » ( too big to fail ). Les gouvernements disent ainsi aux banquiers : « si vous faites des profits, vous pouvez les garder, et si vous faites de lourdes pertes, le contribuable sera là pour vous sauver et vous éviter la faillite ».

Évidemment un tel signal n’incite pas à la bonne gestion. L’aléa moral généré par cette politique constitue en partie le ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles