Les États-Unis n’échapperont pas à la crise de l’euro

Loin de rester à cantonnés à l’Europe, les problèmes de l’Euro vont également toucher les États-Unis par le système bancaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les États-Unis n’échapperont pas à la crise de l’euro

Publié le 7 novembre 2011
- A +

Loin de rester à cantonnés à l’Europe, les problèmes de l’Euro vont également toucher les États-Unis par le système bancaire.

Un article de Gerald O’Driscoll, publié en collaboration avec Un monde libre.

Quand un plan de sauvetage n’est-il pas un plan de sauvetage ? Lorsque le sauveteur est à court de fonds. Le plan pour régler le problème de la dette annoncé récemment dans l’Union européenne est intenable à presque tous les égards.

La crise de la dette n’est pas seulement un problème européen, mais une crise financière outre-Atlantique. Les problèmes de dette écrasante de chaque côté de l’océan sont interconnectés par le système bancaire.

D’abord, du côté de l’UE. Le dilemme sous-jacent est que les gouvernements ont promis à leurs citoyens toujours davantage de programmes sociaux qui ne peuvent être financés par les recettes fiscales générées par le secteur privé. Des taux d’imposition élevés étouffent la croissance économique nécessaire pour financer les promesses. L’activité économique s’enfonce dans l’économie souterraine, où elle échappe souvent à la fiscalité.

Cela n’est nulle part plus vrai qu’en Grèce, un pays avec une longue histoire de défauts souverains aux 19ème et 20ème siècles. On y trouve un secteur public pléthorique, et un secteur privé concurrentiel entravé par une réglementation inique et des barrières à l’entrée imposées par l’État. Les gouvernements grecs successifs ont pratiqué les déficits budgétaires chroniques, et les banques grecques ont beaucoup prêté à l’État. Et les banques d’autres pays européens, comme la France, ont prêté aux banques grecques…

En Grèce et ailleurs dans l’UE, les banques soutiennent l’État en achetant ses obligations, et le gouvernement garantit les banques. C’est une chaîne de Ponzi que même Bernard Madoff ne pourrait avoir concocté. Les banques ne peuvent plus se permettre de financer les déficits budgétaires, mais elles ne peuvent pas se permettre de voir les États faire défaut. Les États ne peuvent tenir leur garantie des banques.

Les détails diffèrent, bien sûr, selon les pays. En Irlande, les problèmes ont commencé avec un secteur immobilier en surchauffe qui a fait tomber les banques. L’économie est entrée en dépression, ce qui a plongé le budget de l’État dans le déficit. La décision du gouvernement de garantir les dépôts bancaires, convertissant la dette privée du secteur financier en dette publique, a aggravé davantage le déficit. La situation diffère de celle de la Grèce, mais le lien entre l’État et les banques est le facteur commun.

La croissance de la France est faible, voire inexistante. La performance de l’économie allemande a été honorable depuis la récession, mais l’exposition de ses banques au risque croissant en UE devient toujours plus préoccupante. En outre, les banques et les institutions financières américaines sont exposées au risque lié aux banques européennes à travers des opérations de financement, l’émission de CDS et une exposition encore inconnue sur les marchés des dérivés.

La Réserve fédérale s’est engagée dans des swaps de devises avec la Banque centrale européenne pour soutenir les besoins en dollars des banques de l’UE. La BCE dépose des euros (ou les actifs libellés en euros) à la Fed et reçoit des dollars en retour. Elle promet de rembourser en dollars et avec des intérêts. La Fed maintient qu’elle ne peut pas perdre de l’argent parce que la BCE promet de rembourser les swaps en dollars. Et pourtant, avec le monde qui croule sous les billets verts, il est difficile de comprendre pourquoi il a même été nécessaire pour la Fed et la BCE de s’engager dans ces transactions, sauf à voir que cela suggère des problèmes de financement de certaines banques de l’UE. Et si ni les banques de l’UE, ni la BCE ne peuvent garantir assez d’argent nécessaire sur les marchés mondiaux, il y a un sérieux risque de contrepartie à la Fed. La BCE peut imprimer des euros mais pas des dollars. Le Sénateur républicain d’Alabama Richard Shelby, haut responsable de la commission bancaire du Sénat, a eu raison de soulever la question de la politique de la Fed la semaine dernière. Des pertes au bilan de la Fed frappent le contribuable américain, pas les citoyens de l’UE.

La triste réalité est qu’il n’y a pas assez d’argent dans l’UE pour rembourser les dettes publiques contractées par les États. La plupart de ces États pressent depuis longtemps leurs citoyens au maximum pour en tirer des recettes fiscales. C’est pourquoi le dernier jouet en date est… une taxe sur les transactions financières – la seule activité restante non taxée dans toute l’Europe.

La Grèce n’est que le premier d’autres défauts souverains à venir. Avec le renflouement de la semaine dernière, les dirigeants de l’UE ont pu acheter du temps, peut-être un an. Mais dans tous les cas, à un certain point, la BCE cédera et monétisera la dette, menant à une inflation de la zone euro.

Le calcul de la dette a ensuite radicalement changé cette semaine avec l’annonce d’un référendum grec sur l’accord de renflouement. S’il est maintenu, et que les électeurs grecs rejettent l’accord, le résultat final est imprévisible.

Les Américains ne doivent pas se montrer suffisants à l’égard de la souffrance des Européens, car le système financier US est complètement intégré avec le leur. Par ailleurs, dans le cas de futurs renflouements, le Fonds monétaire international sera probablement impliqué et aura besoin de fonds importants de la part de ses membres, ce qui signifie en définitive les contribuables.

Et, bien sûr, les États-Unis ont leur propre fardeau de la dette publique, important et croissant. Les USA n’ont pas été aussi loin que l’Europe sur la route des droits sociaux non financés, mais ils la rattrapons. Pour avoir une idée de comment la crise de la dette va se jouer aux États-Unis, il suffit de regarder le maelström en Europe.

D’ici là, il faut s’attendre à davantage de volatilité sur les marchés financiers. Les traders américains, en particulier, n’ont tout simplement pas saisi l’ampleur de la crise de la dette de l’UE.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

L'Ukraine connaît des combats limités depuis 2014 et une guerre inédite en 2022. Comment expliquer ce scénario tragique ukrainien? Quels sont les multiples enjeux du conflit russo-ukrainien?

L'Ukraine champ d'affrontement entre la Russie et les Etats-Unis

L'aspect global du conflit est perceptible à travers l'affrontement indirect que se livrent d'un côté les USA et de l'autre la Russie. Les Etats-Unis, chefs de file du camp occidental, ont les premiers violé le droit international avec d'abord la guerre du Kosovo en 1998 puis la guerr... Poursuivre la lecture

Le 2 mai dernier, Politico publiait en exclusivité un article traitant de la fuite d'un projet de jugement de la Cour suprême américaine relatif à la remise en cause d'un précédent jugement de cette même cour, Roe vs Wade.

Ce précédent arrêt avait posé les bases rendant légal l'avortement dans tous les États américains et limitant l'intervention de l'État dans la décision d'interruption de grossesse, considérée alors du domaine de la vie privée. Le projet actuellement en discussion et dont le contenu a fuité vers Politico renverrait à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles