La force silencieuse de Liu Xia

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
eon1019gs-01

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La force silencieuse de Liu Xia

Publié le 22 octobre 2011
- A +

Introduction à l’exposition des photos de Liu Xia au Musée de Boulogne.

Par Guy Sorman

Liu Xia est la photographe la plus significative de l’art chinois contemporain. En n’utilisant que le noir et blanc, elle s’enracine dans la calligraphie, source historique de tous les arts plastiques en Chine. Mais avec ses « ombres chinoises », elle décrit la Chine d’aujourd’hui, celle de la renaissance comme celle de la répression. D’étranges poupées, que Liu Xia appelle ses « vilains bébés », errent dans les paysages de Pékin : des créatures qui sont destinées à échapper aux censeurs incompréhensifs et une représentation de la comédie humaine en Chine.

Derrière les poupées, chacune racontant une histoire, Liu Xia montre et cache.

Vivre avec ces poupées

Me remplit d’une force silencieuse

Quand le monde se ferme de tous côtés

Nous communiquons avec des gestes,

écrit Liu Xia dans un poème intitulé « La Force silencieuse » (1998).

Liu Xia, poète et photographe, est reconnue et admirée par la communauté intellectuelle et artistique de Pékin : mais elle est une artiste interdite. Les photos originales présentées à Boulogne-Billancourt sont exposées pour la première fois au public : jusque-là, elles ne pouvaient être vues qu’en privé, quand elles circulaient discrètement entre amateurs éclairés en Chine. Et jamais ces tirages originaux n’avaient pu sortir de Chine : l’exposition de Boulogne-Billancourt est bien une première mondiale.

On s’interrogera sur cette censure ? En quoi ces photos « abstraites » peuvent-elles courroucer le gouvernement chinois ? Liu Xia, par ailleurs, certes éprise de liberté comme tous les artistes chinois, n’est pas une militante politique. Pire encore, Liu Xia est, depuis janvier 2011, assignée à résidence à Pékin, sans accusation ni jugement, totalement coupée du monde.

La répression qui s’est abattue sur la frêle Liu Xia n’a qu’une explication, inacceptable au regard des droits humains : elle a le tort d’être l’épouse de Liu Xiaobo, Prix Nobel de la Paix 2010, incarcéré pour « atteinte à la sécurité de l’État ». Le crime de Liu Xiaobo ? Avoir adressé au Parti communiste chinois une Lettre ouverte demandant l’ouverture de discussions pour une transition démocratique : Lettre signée par plusieurs dizaines de milliers de citoyens chinois, à commencer par l’élite universitaire et artistique.

Quand on demande à Liu Xia pourquoi elle se rase le crâne, à la manière d’un moine bouddhiste, elle répond qu’elle les laissera pousser le jour où les artistes chinois seront libres de s’exprimer.


Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Pourquoi pas?
    Je retrouve des points communs avec mes dessins,
    J’irai voir l’expo à boulogne,
    Ca raconte tellement de choses qui restent

  • L’humanisme a un protecteur : le Prix Nobel

    Le Prix Nobel révèle le vrai visage des pays. La chaise de Liu Xiaobo sera encore vide en décembre à la cérémonie de remise des prix Nobels 2011. C’est un aveu de culpabilité de la Chine. Par cette intervention du Prix Nobel, elle se dévoile comme une dictature qui foule aux pieds les droits de l’homme.

    La cérémonie de remise des prix qui aura lieu ce 10 décembre, jour anniversaire de la mort d’Alfred Nobel, amènera une autre cohorte d’humains avec les moyens et le désir de réaliser leurs rêves. Donner un million de dollars à des personnes qui ont rendu de grands services à l’humanité, c’est un peu comme leur permettre d’en rendre d’autres. Tous n’auront cependant pas cette chance. Le Chinois Liu Xiaobo, élu Nobel de la Paix en 2010, n’a jamais pu recevoir son prix, car il purgeait déjà depuis un an une peine de onze années de prison.

    La Chine de Liu Xiaobo

    Comment est traité un lauréat de prix Nobel est révélateur des valeurs d’une société. Ce qui arrive à Liu Xiaobo montre ce que vivent les défenseurs des Droits de l’Homme en Chine. Les autorités chinoises réduisent au silence toute forme de dissidence. Liu Xiaobo a été condamné en 2009 à une peine de 11 ans de prison pour subversion. Un an après avoir reçu le prix Nobel de la paix le dissident chinois est donc toujours en prison et sa femme Liu Xia en résidence surveillée. Pourtant, la Chine, le seul pays à avoir un lauréat du Nobel en prison, affirme sans broncher qu’il a l’étoffe nécessaire pour être la prochaine superpuissance mondiale. Mais qui peut croire ce que dit un pays qui foule aux pieds les droits de l’homme et emprisonne ceux qui osent élever la voix contre lui?

    Les Nobels montrent le chemin

    La manière dont la Chine se comporte face à Liu Xiaobo n’est qu’un des symptômes de ce qui se passe actuellement sur la planète. De toutes les manières dont vous la regardez, la situation actuelle est critique. La pauvreté, la violence, l’iniquité, l’injustice, la crise du système financier international et les dérèglements climatiques sont des calamités que l’espèce humaine s’est créées. L’humanité a cependant dans le Prix Nobel un puissant défenseur. La nomination de Barack Obama en 2009, celle de la présidente sortante du Liberia Ellen Johnson Sirleaf, les 52 lauréats du prix Nobel qui ont appuyé plus de 10 000 chercheurs américains signataires une déclaration protestant fermement contre l’ingérence politique dans le processus scientifique, sont autant de coups de main aux humanistes.

    Dans ce monde qui se dirige vers la catastrophe, le Prix Nobel est une des rares institutions encore capables de sauver la planète de ses humains. Les Nobel sont la conscience de notre espèce qui rejette le manque d’humanisme dans tous les domaines, que ce soit physique, économique, racial, psychologique, religieux ou sexuel. Le prix Nobel est plus qu’une récompense internationale décernée chaque année à des personnes ayant apporté de grands bénéfices à l’humanité. Il est l’espoir de survie des humains.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Par Chloé Froissart. Un article de The Conversation.

Les élections législatives qui ont eu lieu le 19 décembre à Hong Kong ont parachevé l’alignement du système politique hongkongais sur celui de la Chine.

Pékin célèbre ce scrutin comme une victoire de la démocratie, en dépit du fait que les Hongkongais ont voté Non avec leurs pieds.

Ces élections, marquées par un taux d’abstention record (la participation n’a été que d’environ 30 %), ont vu les candidats pro-Pékin rafler 89 des 90 sièges du Parlement.

L’orchestration... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles