En matière de monnaie, les États ont tous les droits

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gabin

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En matière de monnaie, les États ont tous les droits

Publié le 2 octobre 2011
- A +

La citation du dimanche :

Dis toi bien qu’en matière de monnaie, les États ont tous les droits et les particuliers aucun !
(Michel Audiard, 1961, extrait de Le Cave se rebiffe)

 

Le Dabe (Jean Gabin) – Tiens, prends un beignet là. Tu vas voir c’est bon, c’est du poissecaille que tu trouves pas en France.

Charles Lepicard (Bernard Blier) – Dis donc, il est girond ton p’tit sommelier.

Le Dabe – Ah ! Bah si l’cœur t’en dis, j’peux t’le bloquer pour la sieste.

Charles – Ah ! Non tu vois c’est drôle, mais… j’ai plus d’goût à rien.

Le Dabe – Mais te laisse donc pas aller mec, tu trouveras bien une autre façon d’en r’trousser d’l’oseille, crois-moi c’est un service que j’te rends.

Charles – Boh !

Le Dabe – Bon ! Bah, puisqu’t’as pas l’air de m’croire, tu sais combien j’ai fait d’opérations en trente piges d’exercice ?

Charles – J’sais pas moi, une dizaine ?

Le Dabe – Non, Monsieur. Cinq. Y en a quatre qu’ont bien tourné et puis y a eu la cinquième.

Charles – Ça a pas marché ?

Le Dabe – Ah ! Non, ça n’a pas marché. Et pourtant j’pouvais croire que j’avais tous les atouts en main. Léon le Stéphanois, qu’était un vrai Rubbens, m’avait gravé un cent Florins plus beau qu’le vrai. J’avais trouvé l’papier en Italie et les encres en Suisse. La bécane, j’mettais mouillé d’sept briques. J’l’avais fait v’nir de chez Kottenburg à Leipzig. Et encore pour plus de sécurité, j’l’avais fait transiter en pièces détachées, moitié par l’Italie, moitié par l’Portugal. Tu peux pas savoir.

Charles – Oh ! Dis donc…

Le Dabe – Et attends, attends, c’est pas tout. En huit heures au chrono, les deux millions d’Florins étaient tombés, la bécane démontée, la gravure détruite et tout l’papelard brulé. Tout ! Tout ! Tout ! Tout !

Charles – Ben alors, qu’est-ce qu’a pas marché ?

Le Dabe – Eh Ben devine.

Charles – Ton client qui t’a pas casqué ?

Le Dabe – Non.

Charles – T’as eu des ennuis avec les perdreaux ?

Le Dabe – Non !

Charles – Alors là, j’vois pas.

Le Dabe – Le dix-sept Juin quarante-cinq, ça t’dis rien ça, à toi, l’dix-sept Juin quarante-cinq.

Charles – … (Non de la tête).

Le Dabe – Eh ben l’dix-sept Juin quarante-cinq, la Banque Royale des Pays-Bas a annoncé qu’la coupure de cent Florins était démonétisée et r’tirée d’la circulation, bloquée en banque. Un vanne de Madame la Reine Wilhelmine. Ah j’m’en rappellerai d’celle-là. À cause d’elle, j’me suis farci un feu d’cheminée d’quinze cents millions.

Charles – Ils avaient l’droit d’faire ça ?

Le Dabe – Pauv’e con ! Le droit ! Mais dis toi bien qu’en matière de monnaie, les États ont tous les droits et les particuliers aucun !

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

À plusieurs reprises, j'ai parlé de la monnaie neutre et il me semblait opportun d’expliciter cette notion en me référant aux travaux d’un auteur qui en a fait son fer de lance : l’économiste Friedrich Hayek. Son papier, « On Neutral Money », sera la principale source de cet article.

Les travaux d’Hayek

Celui-ci est originellement un appendice à la quatrième lecture de son livre Prices and Production. Il est également compilé dans son recueil d’essais Money, Capital and Fluctuations: Early Essays. Fr... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

L’argent, ou la monnaie, n’est pas une sorte de péché originel de l’Homme, un outil de la corruption, comme le laissent entendre Rousseau et d’autres penseurs. L’argent est à la base même de la division sociale du travail. Comme l’a soulevé brillamment Ludwig von Mises, c’est la liberté économique et donc de facto la monnaie, qui permet à chaque homme de chercher et de trouver une place au sein de la coopération sociale et de prendre part à la société.

De nombreux théoriciens se sont intéressés à la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles