Syrie : l’embargo européen sera-t-il efficace ?

Les 27 veulent faire plier Bachar Al-Assad en frappant au portefeuille. Réaliste?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Affiche avec le portrait du président Assad, avec l'inscription Que dieu protège la Syrie (CC, Bertil Videt)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Syrie : l’embargo européen sera-t-il efficace ?

Publié le 7 septembre 2011
- A +

Un article publié en collaboration avec Un monde libre.

Après l’embargo sur les armes, les gels d’avoirs et les restrictions de visas pour une liste de personnalités proches du pouvoir, l’Union Européenne, soutenue par les Etats-Unis, a imposé le 2 septembre un embargo sur les exportations syriennes de pétrole. Les Vingt-sept achetant 95% du pétrole syrien, ce qui représente entre 25 à 30 % des revenus du pays, espèrent faire plier Bachar Al-Assad en frappant le régime au portefeuille. Leur souhait sera-t-il réalisé ?

Affiche avec le portrait du président Assad, avec l'inscription Que dieu protège la Syrie (CC, Bertil Videt)

La mondialisation, et l’absence de consensus limiteront les effets de l’embargo

Déjà l’embargo pétrolier ne sera totalement mis en œuvre que dans dix semaines. L’Italie, à qui sont destinées 30% des importations européennes de pétrole syrien, avait insisté pour qu’un délai « technique » soit alloué à ses entreprises pour se conformer aux clauses de l’embargo. Un tel délai limiterait grandement les effets de l’embargo.

L’imposition d’un embargo sur les exportations de pétrole syrien ne signifie pas que la production va s’arrêter. Sa commercialisation passera par des canaux autres que les pays européens. Ceci est d’autant plus vrai qu’il n’existe pas de consensus mondial à l’image du refus de la Russie, sans oublier le soutien implicite de l’Iran, l’allié de toujours. Par conséquent, dans un monde globalisé et aux frontières poreuses, le régime trouvera d’autres débouchés, il pourra se tourner vers d’autres pays notamment l’Asie et l’Europe de l’est. Cela signifie que les finances du régime seront moins affectées que prévu, ce qui limite l’effet dissuasif de l’embargo. L’histoire nous enseigne que ces régimes peuvent tenir sous embargo grâce à la contrebande et des transferts d’argent de leurs ressortissants ou encore les prêts et les aides de leurs alliés.

A cet égard, rappelons que les sanctions n’ont pas fonctionné dans le cas de l’Iran : elle a pu maintenir et même parfois d’augmenter le volume de ses échanges avec l’extérieur en mettant en place de nombreux partenariats économiques et commerciaux avec l’Inde, la Chine, la Corée du Nord, le Venezuela et la Syrie, et a considérablement développé ses échanges avec des pays frontaliers comme la Turquie ou le Pakistan. De la même manière, malgré l’embargo américain, Cuba a réussi à avoir des échanges commerciaux avec l’extérieur et a développé ou intensifié des relations commerciales avec des pays occidentaux, dont le Canada et l’Espagne, ainsi qu’avec le Vietnam et la Chine.

L’embargo touchera la population, pas le régime

L’embargo européen sur la Syrie se fonde sur l’hypothèse que cela privera le régime du soutien des milieux économiques syriens. Selon les analystes, ces milieux se divisent en deux groupes : d’abord la nouvelle bourgeoisie, qui a émergé depuis le début des années 2000 composée d’un petit nombre d’hommes d’affaires choisis par le clan de Bachar Al-Assad, dont le cousin du président, Rami Makhlouf qui contrôle 60% de l’économie syrienne. Ensuite, les familles commerçantes (sunnites, chrétiennes) de Damas et d’Alep, représentant la bourgeoisie traditionnelle, plus vaste. Les deux n’ont pas intérêt à un renversement du régime : les premiers en raison de leurs privilèges et de leurs rentes, les seconds parce qu’ils ont peur de l’avenir, de l’instabilité et du conflit confessionnel (l’exemple libanais n’est pas si loin). Par ailleurs, l’embargo sera certainement contourné, comme toujours, par les voies de la contrebande : celle-ci se faisant avec les pays voisins, et générant des profits qui vont d’avantage à des notables du régime qu’au Syrien moyen. Exactement l’inverse de l’objectif recherché.

Isoler économiquement la Syrie aggravera certains problèmes structurels et retardera la modernisation de l’économie. Cela pénalisera davantage la population syrienne que les élites politiques. Car si ces derniers possèdent des alternatives pour maintenir leurs rentes, les plus démunis n’ont pas ce luxe car la dégradation de la croissance de l’économie syrienne accroitra le chômage et la pauvreté surtout avec une économie presque à l’arrêt (agriculture, tourisme, commerce…).

A titre d’exemple, les sanctions économiques imposées par les Nations unies à l’Irak dans les années 1990 avaient en effet fortement affecté les populations, sans amener le dictateur à changer de comportement. Ainsi, le programme « Pétrole contre nourriture » avait ensuite été contourné par le régime de Saddam Hussein, ce qui a crée une grave détérioration du ravitaillement pour la population générale. Mais la catastrophe humanitaire résultante n’a pas non plus pu inciter Saddam Hussein à faire machine arrière.

Si l’embargo affaiblira l’économie, il dégradera donc par la même occasion le niveau de vie des populations, ce qui pourrait être récupéré politiquement par le dictateur pour inverser la tendance. En effet, il pourrait jouer sur la fibre patriotique en remontant la population (ou une bonne partie d’entre elle) contre l’ingérence et l’atteinte à la souveraineté nationale. Un thème qui a et est toujours utilisé par des dirigeants sous embargo comme Castro, Kim Jong-Il et les Mollahs en Iran pour créer de la solidarité avec le gouvernement et fédérer autour de lui les populations.

A part l’Afrique du Sud, l’Indonésie, en partie la Libye, les embargos économiques n’ont pas réussi à atteindre leurs objectifs politiques car leurs promoteurs se fixaient des objectifs trop ambitieux, sanctionnaient des autocraties (plutôt que des démocraties), n’avaient pas la coopération de tous les Etats et ne prévoyaient pas de mesures d’amortissement des effets indésirables des sanctions sur les populations.

Rappelons enfin que la Syrie est déjà sous le coup de sanctions économiques américaines depuis 2003, ce qui n’a pas vraiment affaibli le régime de Bachar Al-Assad. Aujourd’hui, les conditions ne sont pas non plus réunies pour que l’embargo européen induise un changement politique en Syrie. Les sanctions doivent faire partie d’une stratégie globale et s’accompagner d’autres mesures pouvant par exemple être des incitations positives, des initiatives diplomatiques, un soutien politique et économique à l’opposition pour aider à renverser le régime de l’intérieur.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je ne défends pas le régime syrien (encore un régime socialiste avec les pratiques habituelles de répression, appauvrissement de la population et enrichissement des élites, musellement de l’opinion, etc), mais je me pose toujours la même question : pourquoi cette subite poussée de droitsdelhommisme de la part des gouvernements européens/américains ? ils ne se sont pas inquiétés du sort des populations de Cuba, Corée du Nord, Zimbabwe, etc où sévissent des dictatures socialistes depuis des décennies ! J’ai l’impression que nos chers gouvernants ne s’intéressent qu’aux droits de l’homme dans les pays où ils ont des intérêts économiques ou stratégiques …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

Turquie Syrie
0
Sauvegarder cet article

Par Armen Tigranakert.

Le 28 juillet, le département du Trésor américain a imposé des sanctions au groupe rebelle soutenu par la Turquie, Ahrar Al-Charqia responsable du meurtre scandaleux de la femme politique kurde syrienne Hevrin Khalaf en 2019, afin que les auteurs de violations des droits humains répondent de leurs actes.

La décision prise à l’initiative de l’administration Biden peut difficilement être considérée comme amicale envers la Turquie, a apparemment fait craindre à Ankara  le sort de ses alliés dans le nord-ouest... Poursuivre la lecture

Facebook
0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Les « Facebook Files » font parler d’eux. La plateforme numérique est accusée d’avoir favorisé des contenus polémiques et souvent virulents qui suscitent de nombreux commentaires. Ce faisant, Facebook aurait « fragilisé la démocratie » selon la lanceuse d’alerte à l’origine de ces révélations.

"Facebook files" : le scandale le plus dévastateur de l'histoire de Facebook https://t.co/ME6sH55tdb

— La Tribune (@LaTribune) October 5, 2021

Néanmoins il faut comprendre, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles