Les politiciens n’ont fait qu’empirer la situation

Nous avons été drogués au crédit facile. Il est maintenant temps de se sevrer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pauvres en Allemagne dans les années 20

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les politiciens n’ont fait qu’empirer la situation

Publié le 23 août 2011
- A +

Pauvres en Allemagne dans les années 20Les politiciens ne peuvent pas légiférer contre les récessions, pas plus qu’ils ne peuvent changer la course des étoiles. Quand ils essaient, finalement, ils ne font qu’empirer la situation.

En Angleterre, tout comme dans les autres pays développés, les ministres et les banquiers centraux se sont réjouis d’avoir évité la dépression. Les marchés, cependant, restent obstinément pessimistes. Ils voient bien que les gouvernements ont tout tenté pour conjurer la contraction de monnaie, c’est-à-dire, en empruntant et en imprimant des billets supplémentaires.

De telles politiques peuvent nous redonner des couleurs sur le court terme, tout comme une nouvelle dose redonne un peu de vigueur à un drogué. Mais le drogué découvre bientôt qu’il a besoin de doses de plus en plus massives. À un moment ou un autre, s’il veut guérir, il devra passer par le douloureux processus de sevrage.

Pendant des années, on s’est shooté au crédit facile. Les gouvernements du monde entier nous y ont habitué, en conservant les taux d’intérêts artificiellement bas, en récompensant la dette et en sanctionnant l’épargne. Le krach de 2008 fut, ou aurait dû être, une correction du marché.

Il y a un an, j’écrivais qu’il n’était pas dans les pouvoirs des ministres d’éviter une récession en double creux (double-dip recession) et que tenter de le faire rendrait l’addition finale plus lourde. Depuis, nous avons eu plus de narcotiques: des taux d’intérêt toujours plus bas, le Quantitative Easing, plus de dépenses, plus d’emprunts, des taxes plus élevées. Manger froid — c’est-à-dire une diminution sensible du niveau de vie — n’est jamais plaisant ; mais c’est une moins mauvaise solution que continuer à ingérer plus de la drogue qui nous a rendu malade en premier lieu.

Plus tôt nous retournerons à la réalité, mieux ce sera.

—-
Article repris depuis The Telegraph avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Merci pour la traduction de cet article. Une petite correction cependant :
    « Quand ils essaient, finalement, ils empirent la situation » = « Quand ils essaient, finalement, ils font empirer la situation » (ou bien ils rendent la situation pire ou éventuellement la situation empire)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Joakim Book. Un article de Mises.org

Dans le classique de la littérature russe Anna Karénine, Tolstoï écrit :

« Les familles heureuses se ressemblent toutes mais chaque famille malheureuse l'est à sa manière ».

On peut dire la même chose des technocrates obnubilés par l’État et de leurs tendances à la planification centrale : tous les technocrates heureux se ressemblent, mais chaque citoyen-sujet malheureux vivant sous leur domination est malheureux à sa manière.

Quel que soit le sujet, les technocrates suivent... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle. Un article de Mises.org

Malgré une croissance économique intérieure élevée et une reprise mondiale solide, le marché chinois est en baisse sur l'année. À la clôture de cet article, le Shanghai CSI 300 est en baisse de 5 %, contre +18 % pour le S&P 500. Au cours des cinq dernières années, il a progressé de 51 %, un chiffre honorable mais modeste comparé à la progression de 103 % du S&P 500.

En outre, le marché boursier chinois paraît « visiblement » bon marché. À 12,7 fois le ratio cours/bénéfices esti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles