Les politiciens n’ont fait qu’empirer la situation

Pauvres en Allemagne dans les années 20

Nous avons été drogués au crédit facile. Il est maintenant temps de se sevrer.

Pauvres en Allemagne dans les années 20Les politiciens ne peuvent pas légiférer contre les récessions, pas plus qu’ils ne peuvent changer la course des étoiles. Quand ils essaient, finalement, ils ne font qu’empirer la situation.

En Angleterre, tout comme dans les autres pays développés, les ministres et les banquiers centraux se sont réjouis d’avoir évité la dépression. Les marchés, cependant, restent obstinément pessimistes. Ils voient bien que les gouvernements ont tout tenté pour conjurer la contraction de monnaie, c’est-à-dire, en empruntant et en imprimant des billets supplémentaires.

De telles politiques peuvent nous redonner des couleurs sur le court terme, tout comme une nouvelle dose redonne un peu de vigueur à un drogué. Mais le drogué découvre bientôt qu’il a besoin de doses de plus en plus massives. À un moment ou un autre, s’il veut guérir, il devra passer par le douloureux processus de sevrage.

Pendant des années, on s’est shooté au crédit facile. Les gouvernements du monde entier nous y ont habitué, en conservant les taux d’intérêts artificiellement bas, en récompensant la dette et en sanctionnant l’épargne. Le krach de 2008 fut, ou aurait dû être, une correction du marché.

Il y a un an, j’écrivais qu’il n’était pas dans les pouvoirs des ministres d’éviter une récession en double creux (double-dip recession) et que tenter de le faire rendrait l’addition finale plus lourde. Depuis, nous avons eu plus de narcotiques: des taux d’intérêt toujours plus bas, le Quantitative Easing, plus de dépenses, plus d’emprunts, des taxes plus élevées. Manger froid — c’est-à-dire une diminution sensible du niveau de vie — n’est jamais plaisant ; mais c’est une moins mauvaise solution que continuer à ingérer plus de la drogue qui nous a rendu malade en premier lieu.

Plus tôt nous retournerons à la réalité, mieux ce sera.

—-
Article repris depuis The Telegraph avec l’aimable autorisation de l’auteur.