Surprise ! Il n’y a rien de neuf !

Nos élus nous préparent une nouvelle ponction fiscale, et ne s’en font pas pour eux. Tout va bien. Business as usual.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Surprise ! Il n’y a rien de neuf !

Publié le 26 juin 2011
- A +

Surprise ! Il n’y a rien de neuf !

Un politicien en France peut-il être autre chose que « normal » ? C’est une vraie question du dimanche qu’on peut se poser à la lecture de la presse politique du week-end en tenant compte de l’avalanche de problèmes qui s’approchent de la France et dont la classe politique n’a, semble-t-il, absolument rien à faire…

Finalement, la question n’est pas que rhétorique ; un politicien normal, en France, peut-il dépasser ses habitudes et oublier, un temps, de lancer des polémiques politico-politiciennes dont le sujet n’intéresse finalement qu’une petite clique de journalistes ?

On peut, très sincèrement, en douter : la récente joute entre les deux François (Hollande et Fillon) montre à quel point la vie politique française et les journalistes qui l’alimentent s’accommodent fort bien d’un premier ministre qui branche sans ciller son chamaillotron, et d’un candidat bien placé à la présidentielle qui se laisse aller à des remarques dont la pertinence dans la course à l’investiture suprême est plus que discutable.

En fait, on assiste ici à l’expression banale de ce que la politique française fait de plus standard : un politicien un peu falot, dont l’envergure se résume à avoir su restreindre ses entrées caloriques pendant quelques semaines, balance quelques bêtises moyennes, et un autre, jouant dans la même catégorie un peu terne, répond sur le même mode. La presse, quant à elle, humide d’émois mal contenus, relate bien vite toutes les petits phrases ainsi échangées.

On se demande exactement où est le fond du débat d’idée qu’on serait en droit d’attendre dans une course à la présidentielle.

Par exemple, quand seront abordées les questions relatives aux impôts, taxes et ponctions toujours plus lourdes ponctionnées sur les Français : à quoi servent-ils ? Les résultats attendus sont-ils là ? Compte-tenu de ce que la Grèce nous montre comme « exemple », les dépenses engagées et les déficits récurrents et systématiques sont-ils réellement tenables ?

Evidemment, de ceci, pas un mot. Ni chez nos politiciens dont les clowneries n’amusent plus, ni chez les journalistes dont on pourrait attendre qu’ils redécouvrent les vertus d’un travail bien fait…

Cela dit, on comprend bien qu’il n’est pas de l’intérêt de nos clowns à roulettes de venir batailler sur le terrain glissant des vraies idées, des vrais problèmes français tant les solutions seront douloureuses à mettre en place : on a longuement travaillé le peuple au corps, pendant les trente dernières années, pour lui faire admettre que oui, un autre monde était possible, fait de gros chamalows mous, de protection sociale étendue, douillette et gratuite pour tous, tout le temps et à jamais, que le travail fatiguait trop pour être sérieusement tenté, que le futur serait forcément plus riant et plein d’égalités anciennes regagnées à coup de lois, et nouvelles gagnées à force de débats citoyens et de marches festives !

Avec toute cette préparation, il devient très difficile de prévenir maintenant ces mêmes Français que, oui, bon, ok, le futur attendra un peu, que pour ce qui est des cadeaux et des protections sociales, on allait être obligé de revoir les prétentions à la baisse et que pour le champagne et les escorts à gogo, bien que l’entraînement intensif continuel de nos élus pour tester les meilleurs coups leur ait permis d’atteindre un niveau olympique, la reproduction au reste de la population devra être repoussée à une date ultérieure…

… D’autant plus que, dans le même temps, ce qu’on devrait expliquer à tous (serrage de ceinture, les enfants), on ne semble pas du tout sur le chemin de se l’appliquer à soi-même : au détour d’un épuisant travail de la part d’une poignée de fonctionnaires de la Cour Régionale des Comptes, on apprend que beaucoup de nos élus conservent un tendre attachement aux facilités que leur offre la République, décidément toujours aussi large avec ceux qui la servent (nettement moins avec ceux qui la nourrissent, mais c’est un autre problème, hein).

Sacré Chevènement, va.Le rapport en question cite, parmi d’autres, un certain Jean-Pierre Chevènement, qui bénéficie ainsi d’un appartement social à un prix très compétitif, ce qui lui permet d’autant mieux de profiter de ses indemnités parlementaires (entre autres). Ce serait en effet dommage de gagner autant et de dépenser trop en loyer. Qu’on se rassure : il ne s’agit pas ici de taper sur ce vieux bonhomme déjà usé par les ans, le pouvoir et une vie protégée sous les ors d’une république en pleine décrépitude : ils sont nombreux qui, comme lui, n’hésitent absolument pas à profiter de la situation.

Car en réalité, si tous se comportent de la même façon, si tous se servent largement avant de fuir, murmurant in peto « Après moi, le déluge », c’est que tous savent pertinemment que ce déluge aura lieu, que le désastre, auquel ils participent activement, ne pourra plus être évité.

Et pour donner le change, ceux qui ne peuvent pas encore fuir ouvertement se chamaillent sur des adjectifs, échangeant quelques aimables épithètes.

J’en ai un pour eux : criminel.
—-
Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles