Par la barbichette

La Côte d’Ivoire dans le caca(o)

Le président élu Gbagbo (surnommé le boulanger par ses talents pour rouler les autres dans la farine, Bété du Sud, allié des Krous à cheval sur le Libéria, des Akans lagunaires (autour d’Abidjan) par sa femme Monique, dispute le trône au président élu Ouattarane, Baoulé du centre Akan, allié des Mandés du Nord-Ouest et des Gours du Nord (à cheval sur le Burkina), reconnu, lui, par la « communauté internationale ». Le pays a enduré une guerre,une séparation de fait du Nord (surtout musulman, très lié au
Burkina-Fasao) et du Sud (chrétien-animiste) qui cultive le cacao, principale source d’exportations.

Après avoir usé et épuisé de nombreux moyens , ruses et entourloupes, les deux adversaires essayent de se la jouer à la lassitude financière : il faut $150 millions par mois à Gbagbo pour garder ses 150.000 soldats et fonctionnaires. Et c’est pas demain qu’il y aurait une intervention militaire, personne en Afrique n’en ayant les moyens, personne en France ne voulant rejouer à la « Licorne ».

Donc, le premier qui rit…! Avec une pensée émue vers le Sénégal, dont le président Wade a l’âge de Moubarak, un fils comme Moubarak, une crise des subsistances et sociale comme l’Egypte, mais pas d’armée entraînée. L’exemple arabe peut-il influer l’Afrique noire ? Khadafi le reconquérant doit inspirer Gbagbo…