Enfin une bonne nouvelle !

Quand vous achetez des actions, vous misez sur Ben Bernanke

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Enfin une bonne nouvelle !

Publié le 26 février 2011
- A +

Ça n’arrive pas souvent, mais les contribuables peuvent se réjouir aujourd’hui. La Caisse de dépôt a généré un rendement de 13,6% en 2010. Ça veut dire $20,1 milliards de plus dans ses livres (en incluant les dépôts nets). Ça nous touche : la Caisse gère les actifs de notre régime des rentes (RRQ), des régimes de retraite des fonctionnaires et du fonds de la SAAQ, entre autres.

On se souviendra qu’en 2008, la Caisse avait perdu 40 milliards, ce qui avait créé des trous dans la plupart de ces fonds. Et quand il y a pertes, les contribuables doivent un jour ou l’autre éponger, en payant plus de taxes ou des cotisations plus élevées sur leur chèque de paye.

Mais en date d’aujourd’hui, la Caisse a rattrapé le trois quarts de cette perte. Vu la gestion douteuse des finances publiques par notre gouvernement, c’est bon de savoir que la Caisse performe.

La Caisse a surpassé le rendement de ses pairs par 4,1%. Ça montre que ses gestionnaires ont fait un excellent travail. On leur a souvent lancé le pot dans les dernières années, mais aujourd’hui, ils méritent les fleurs.

Merci Ben !

Le président de la Caisse, Michael Sabia, ainsi que les gestionnaires de caisses de retraite partout dans le monde, peuvent aussi dire merci à un homme : Ben Bernanke, le patron de la banque centrale américaine (la Fed). Comme le souligne le magazine The Economist dans son édition du 19 février, « quand vous achetez des actions, vous misez sur Ben ». La Fed a sorti sa planche à billets pendant la dernière année, achetant des titres financiers à coups de centaines de milliards, dans le but avoué de soutenir les cours de la bourse et les marchés financiers en général.

Or dans l’ensemble des portefeuilles de la Caisse, celui des actions est le plus gros. Il représente près de 50% de l’actif (ce portefeuille inclut aussi les placements privés). Et il a profité d’un rendement appréciable de 14,6%.

La Caisse peut aussi dire merci à la Chine. Sa forte demande de matériaux a fait grimper le prix des matières premières, secteur dans lequel la Caisse détient beaucoup d’actions et d’obligations d’entreprises. Soulignons que dans la plupart des catégories d’actifs – incluant les actions – les gestionnaires de la Caisse ont battu les indices de référence.

Que réserve l’avenir ?

La Caisse pourra-t-elle maintenir le rythme ? Les fondamentaux de l’économie son beaucoup moins reluisants que ce que les marchés boursiers laissent croire. Le chômage est encore élevé aux États-Unis, et les économies chinoise et canadienne semblent sur le point d’amorcer un ralentissement, après un boom immobilier.

Michael Sabia est conscient que malgré une bonne année 2010, des risques pointent à l’horizon. « La course est un marathon, pas un sprint », a-t-il dit en conférence de presse. Il a cité la crise au Moyen-Orient, la sortie de crise en Europe et les risques liés au retrait des plans d’assouplissement quantitatif aux États-Unis.

La demande mondiale va continuer d’augmenter avec la croissance des pays émergents, estime M. Sabia, qui croit pouvoir bien gérer le risque. On le souhaite.

Pour aujourd’hui, réjouissons-nous de ces résultats. La RRQ et le régime de retraite des employés de l’État, entre autres, sont des promesses de paiements futurs que l’État aura beaucoup de difficulté à tenir. Plus la Caisse performe, plus elle évite aux  contribuables de renflouer ces programmes.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a un an, j’exposais dans un article les données de l’invasion possible de Taïwan par la Chine, ce qui a malheureusement été confirmé par l’actualité récente.

En effet, le voyage de Nancy Pelosi, troisième personnalité politique des États-Unis, après le président et la vice-présidente, a été considéré comme une insulte par Pékin et a déclenché des manœuvres militaires ainsi que d’autres représailles.

Commençons par exposer les fondements de cette situation telle qu’elle se présentait dans un calme relatif il y a un an dans c... Poursuivre la lecture

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

Taïwan
0
Sauvegarder cet article

La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

Cela me rappelle des souvenirs historiques désagréables.

 

De nombreux précédents de mauvais augure

L’argument « c’est le même peuple, et il doit donc être rassemblé sous notre autorité », a ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles