La renaissance des saveurs

La camisole de force qui gênait l’initiative semble se desserrer à Cuba

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La renaissance des saveurs

Publié le 8 février 2011
- A +

Des stores de couleurs jaillissent timidement de nulle part, des parasols apparaissent pour la première fois sous lesquels abondent les jus de fruits et les rillons de porc, les entrées de certains immeubles se transforment en cafeterias improvisées aux offres alléchantes. Ces jours-ci c’est tout cela et bien d’autres choses encore que l’on voit se développer dans les rues de ma ville, suite aux récentes souplesses en matière de travail à compte propre. Certains de mes voisins projettent d’ouvrir une échoppe de cordonnier ou un atelier de réparation des réfrigérateurs, tandis que les avenues et les places se métamorphosent sous la pression de l’initiative privée. La camisole de force qui gênait l’initiative semble se desserrer. Il y a pourtant ceux qui attendent prudemment de vérifier si les réformes économiques sont cette fois définitives et si on ne va pas faire machine arrière comme c’est arrivé dans les années ’90.

À peine quelques mois après l’annonce de l’élargissement du nombre de licences pour travail indépendant, les résultants paraissent encourageants. Petit à petit nous retrouvons les saveurs perdues, les recettes oubliées, les marchandises disparues. Plus de 70.000 Cubains ont pris de nouveaux permis pour se mettre à leur compte et prendre des risques ; des milliers d’autres réfléchissent aux avantages d’ouvrir une petite entreprise familiale. Malgré la prudence de beaucoup, des impôts toujours excessifs et l’absence d’un marché de gros, les nouveaux commerçants commencent à se remarquer dans une société marquée par l’immobilisme. On les voit monter leurs petites boutiques, installer des pancartes bien visibles affichant les marchandises, réorganiser leurs logements pour créer une cafeteria et offrir des services de coiffure ou de manucure. La majorité ont la conviction que cette fois ils sont là pour rester, parce que le système qui les a tellement asphyxiés et diabolisés dans le passé a déjà perdu la capacité de les concurrencer.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

Une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès s’intéresse au rôle de la grande distribution dans la protection du pouvoir d’achat des Français.

Depuis son émergence dans les années 1960, la grande distribution n’a pas seulement transformé notre modèle de consommation. Elle représente également un nouveau symbole pour la classe moyenne, et incarne même un contrepoids à certaines politiques étatiques.

Pourtant vivement critiquée dès le départ, son mode d’organisation et ses méthodes n’ont jamais cessé de prouver leur succès malgr... Poursuivre la lecture

Domino’s Pizza a fermé ses succursales en Italie. L’entreprise américaine s’était installée dans ce pays en 2015 a été obligée de fermer ses portes. La cause : une forte concurrence des pizzerias locales qui ont su s’adapter lors des confinements et de la réouverture de l’économie italienne.

Une situation qui montre l’importance de l’adaptation et surtout de répondre aux besoins spécifiques locaux. Cela démontre également que la grande taille d’une entreprise n’assure pas son succès face à des concurrents plus modestes.

 Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles