10 raisons pour diaboliser la Chine

Le « China bashing » atteint de nouveaux sommets aux États-Unis

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

10 raisons pour diaboliser la Chine

Publié le 1 février 2011
- A +

Après que le développement des forces militaires de la Chine ait été récemment dévoilé, le « China bashing » atteint de nouveaux sommets aux États-Unis. Dans un article intitulé « The New Rules: Why America Needs to Demonize China » publié ce 17 janvier dans World Politics Review, Thomas P.M. Barnett énumère 10 raisons pour lesquelles Washington ne ménage pas sa peine pour diaboliser la Chine :

1. Les Américains ne peuvent s’empêcher d’être dépensiers et ont besoin de l’aide de la Chine. Ils ont pris ont l’habitude de dépenser plus qu’ils gagnent et c’est pourquoi les États-Unis souhaitent soulager leurs déséquilibres commerciaux via une réévaluation du yuan. Les 700 millions de Chinois pauvres dans les villages attendent encore le développement économique. Pourtant, cela ne suffit pas à persuader les 535 députés américains qui pensent surtout à eux.

2. La Chine souhaite maintenir un équilibre commercial avec les États-Unis, alors que ces derniers ont toujours tendance à prendre la Chine comme ennemie. Washington limite l’exportation des hautes technologies vers la Chine et empêche la Chine d’investir dans les industries « sensibles » des États-Unis. Tout cela parce que les États-Unis sont persuadés que la Chine sera un éventuel ennemi dans les futurs combats entre grands pays.

3. Dans les années ’80, la Chine a pris la voie d’un développement rapide et pacifique. Les Chinois n’hésitent pas à développer la liberté économique tout en se conformant au système politique de la Chine.

4. En 1972 que les Américains ont affirmé à Pékin qu’il y n’a qu’une seule Chine. Cependant, depuis cette date, ils n’ont cessé de vendre sans cesse des armes à Taïwan.

5. Depuis 65 ans, les armes nucléaires empêchent les guerres entre les grands pays. La Chine les considèrent comme un élément positif de stabilité stratégique et c’est pourquoi elle n’a pas sanctionné l’Iran et la Corée du Nord en ne suivant pas les États-Unis.

6. Les gens du Pentagone surveillent la Chine de près et suivent chacun de ses progrès militaire. Afin de pouvoir lancer triomphalement : « Je vous l’avais dit ! »

7. La frénésie de la « domination » existe toujours à Washington. Il ne suffit pas que les dépenses militaires des États-Unis dépassent celles du monde entier, il faut encore dominer la Chine dans le secteur militaire.

8. Les avocats des « grandes guerres » du Pentagone rêvent toujours de guerres entre les grands pays sans armes nucléaires.

9. Les Américains vivent dans une ambiance politique basée sur la peur. Chaque progrès militaire chinois, même s’il est encore très loin d’être appliqué dans l’avenir, est exagéré par la presse.

10. Au lieu de voir la réalité, les Américains préfèrent considérer la Chine comme un pays mystérieux qui connaît peu de changements.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Surprise ces derniers jours : l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le but semble de se mêler de plus en plus de politique, a clairement pris position contre l'actuelle stratégie zéro covid actuellement déployée en Chine, rejoignant en cela les critiques déjà nombreuses de l'opinion internationale vis-à-vis de la politique interne de la Chine.

Eh oui : même pour une organisation ayant nettement tendance à préférer la centralisation et les mesures fortes (voire dictatoriales), ce qui est actuellement mis en place par les autor... Poursuivre la lecture

Il y a moins d’un an, en juillet 2021, le Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président de la République populaire de Chine Xi Jinping avait toutes les raisons d’être heureux : non seulement c’est à lui qu’est revenu l’honneur de célébrer le centième anniversaire du PCC, mais surtout, c’est lui et aucun autre de ses prédécesseurs depuis Deng Xiaoping qui a réussi à impulser et incarner la troisième ère du glorieux socialisme chinois. Un socialisme « moderne », inspiré de Mao et de Deng malgré leurs contradictions et leurs ... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles