Comment Keynes a falsifié Jean-Baptiste Say

Souvent largement détournée de la loi des débouchés de Jean-Baptiste Say, la politique de l’offre est devenue un faux prétexte pour réclamer des privilèges.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment Keynes a falsifié Jean-Baptiste Say

Publié le 18 décembre 2010
- A +

Par Vladimir Vodarevski

keynes

L’échec des mesures keynésiennes face à la crise des années 1970 a entraîné une nouvelle politique économique, appelée « politique de l’offre ». Cette expression désigne le fait qu’il faut favoriser le secteur productif, les entreprises, plutôt que d’essayer de soutenir artificiellement la demande.

Ce sont les mesures de désindexation des salaires sur l’inflation, de libéralisation de certains marchés, de baisses des impôts sur les entreprises, de mécanismes fiscaux favorables aux entreprises, etc. Cette politique de l’offre consiste à favoriser le secteur productif, pour qu’il crée de la valeur et des emplois.

La politique de l’offre selon Keynes

L’expression « politique de l’offre » fait référence à la « loi des débouchés », de l’économiste libéral français Jean-Baptiste Say.

Cependant, l’expression « politique de l’offre » provient du keynésianisme, et dénature la loi des débouchés de Say. Elle s’inscrit dans le cadre de la synthèse, qui mélange les théories keynésiennes et néoclassiques. Elle sert aussi à justifier des politiques qui n’ont rien de libéral.

John Maynard Keynes a élaboré une théorie qui veut démontrer, pour résumer, que le marché a besoin d’être aidé pour parvenir au plein emploi. Sans aide, le marché peut se trouver en équilibre de sous-emploi. C’est-à-dire que la situation est stable, mais tous ceux qui veulent travailler n’ont pas d’emploi, ce qui est contraire à la théorie dominante de l’époque, la théorie néoclassique, qui veut que l’économie s’équilibre toujours au niveau de plein emploi.

Soutenir le marché signifie, pour Keynes, soutenir la demande. Il s’oppose ainsi à Jean-Baptiste Say, dont il considère pourtant la loi des débouchés comme un fondement des théories de marché. Keynes résume la loi des débouchés en écrivant que, selon celle-ci, l’offre crée la demande. C’est donc de cette formulation, simpliste, que provient l’expression « politique de l’offre ».

La loi de Say

Pourtant, la formulation de Say est différente. Il écrit que les produits s’échangent contre des produits. Say ne dit pas qu’il suffit de produire pour créer de la demande, la distribution de salaires assurant l’offre. Ce que décrit Say, c’est que pour obtenir un produit, il faut offrir un autre produit. Évidemment, on peut offrir quelque chose qui ne trouve pas preneur. Le fait de produire ne crée pas une demande. Cela permet d’obtenir autre chose. Il faut avoir quelque chose à échanger pour obtenir autre chose.

C’est une remarquable explication du mécanisme du marché. Qui n’a rien à voir avec la formule « l’offre crée sa propre demande ».

Cette formule est devenue d’actualité quand les recettes keynésiennes ont échoué. Ce qui ne signifie pas que le keynésianisme soit tombé en désuétude. On l’a d’ailleurs vu lors de la crise actuelle, pendant laquelle les keynésiens sont revenus à la charge avec les politiques de relance, suivies, comme dans les années 1970, de politiques de rigueur.

La synthèse néo-keynésienne

L’idée qui a été développée est qu’il existe des crises qui doivent être traitées par une politique keynésienne, et d’autres par une politique de l’offre. Nous sommes dans la droite ligne de la synthèse, qui est pour une large partie néo-keynésienne. La précision est utile car l’économie de la synthèse a été développée après la mort de Keynes. La synthèse s’accommode à la fois des théories néoclassiques, et des théories keynésiennes.

L’idée que l’économie puisse être dirigée par manipulation de la demande n’est donc pas abandonnée. Et la politique de l’offre est intégrée à ce qui était le courant dominant à l’époque, et qui l’est peut-être toujours aujourd’hui, quand on voit la promptitude avec laquelle les politiques de soutien à la demande ont été mises en avant avec la crise actuelle.

Notons néanmoins que la politique de l’offre ne s’oppose pas seulement au keynésianisme, mais aussi à l’étatisme. Les politiques qui se réclament de l’offre veulent les dénationalisations, le démantèlement des monopoles. Or, le keynésianisme n’est pas à ce point étatiste. Les politiques de l’offre reviennent ainsi sur l’étatisme qui a été appliqué, par exemple, à un pays comme le Royaume Uni. Celui-ci est présenté comme un parangon de libéralisme. Pourtant, il a atteint un niveau de socialisme qui ne l’a jamais été en France.

Un faux prétexte pour réclamer des privilèges

La politique de l’offre est souvent largement détournée de la loi des débouchés. Elle signifie en effet pour beaucoup qu’il faut octroyer à certaines entreprises des privilèges, mener une politique « pro-business », qui favorise les uns au détriment des autres. Est-ce là la logique de la loi des débouchés ?

Certes non ! Cette loi décrit le mécanisme du marché. Elle indique qu’il est inutile de relancer artificiellement l’économie. Qu’il ne faut pas d’entrave à la libre entreprise. Mais elle ne dit pas qu’il faut une politique d’incitation fiscale, de subventions aux entreprises, de financement des entreprises par des prélèvements sur la population.

Malheureusement, le libéralisme est souvent récupéré par le « big business », qui réclame plus de libéralisme quand cela l’arrange, et se réfugie dans les jupes de l’État à la moindre crise. Ce qui contribue à brouiller le message libéral.

La loi des débouchés est une description simple et pertinente de l’économie de marché. Elle a été un peu tournée en dérision par Keynes, et beaucoup ne retiennent que la formule simpliste de l’offre qui crée la demande. Il y en a même qui y croient !

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie ici Deuxième partie ici Troisième partie ici Quatrième partie ici

 

Les penseurs de la loi de Say de nos jours : Steven Kates et Mark Skousen 

Comme nous avons vu dans cette série d’articles, les dépenses improductives trouvent leurs fondements dans la rhétorique keynésienne de la déficience de la demande (qui trouvait déjà des échos chez les mercantilistes, et après Malthus et Sismondi).

Cependant, des dépenses qui n'ajoutent rien en termes de valeur ajoutée re... Poursuivre la lecture

Première partie ici Deuxième partie ici Troisième partie ici

Dans ce dernier billet qui clôture notre chronologie de la Loi des débouchés, nous nous intéresserons aux économistes qui ont écrit sur la loi de Say après l’effet de Lord Keynes dans le domaine de la science économique.

Je passe, ici, volontairement sur Leijonhufvud et Hutt, car ils ont chacun fait l’objet d’un article qui peut être relié au concept théorique de la Loi de Say (la théorie de l’oisiveté des ressources pour Hutt, la théorie Z pour Leijonhufvud).

J... Poursuivre la lecture

Nous voilà, pour le troisième billet de cette série, dans une autre nécessité : celle de juger la compréhension de la loi de Say par des économistes qui ont précédé de peu Lord Keynes, qui a été un point de basculement dans la compréhension de l’économie des économistes classiques. Nous aborderons ici deux auteurs : Alfred Marshall et Frederick Lavington.

 

La compréhension de la loi de Say par le professeur de John Maynard Keynes

D’autres économistes, autres qu'Alfred Marshall, avaient une certaine vision de la Loi de Say,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles