Un pacte avec le diable

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drapeau américain (Crédits sylvain.collet, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un pacte avec le diable

Publié le 16 novembre 2010
- A +

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis le Canada.

Les résultats de l’élection américaine de mi-mandat ont révélé qu’une majorité d’électeurs est profondément déçue du président à qui elle reproche les piètres résultats économiques.

Certes, le président Obama a hérité d’une crise déclenchée par l’aveuglement keynésien de son prédécesseur qui n’a pas hésité à endetter son pays pour nationaliser des banques et racheter près de 700 milliards d’actifs toxiques. Mais si Bush a effectivement allumé l’incendie, Obama s’évertue à l’alimenter. Si Bush a amené l’Amérique au bord du gouffre, Obama lui fait faire un grand pas en avant !

Il faut néanmoins admettre que la formidable débâcle économique des deux dernières années ne peut être l’oeuvre d’un seul homme, même si cet homme est le président des États-Unis. Le financement des gargantuesques plans de relance ainsi que la hausse historique de la dette américaine auraient été impossibles n’eût été de la collaboration de Ben Bernanke, le président de la Réserve fédérale, qui a ouvert les vannes du crédit comme jamais auparavant.

Les initiés parlent d’« assouplissement quantitatif ». Ce n’est là qu’une expression savante pour indiquer que la Fed imprime purement et simplement de l’argent. Beaucoup d’argent ! Des centaines de milliards de dollars ! De décembre 2008 à mars 2010, elle a injecté 1.700 milliards de dollars, faisant ainsi doubler la base monétaire. Il y a une semaine, la Fed annonçait son intention d’injecter, d’ici juin 2011, 600 milliards de dollars supplémentaires pour acheter des bons du Trésor américain et ainsi financer le déficit de Washington. Bernanke juge sa politique nécessaire pour réduire les taux d’intérêt, stimuler l’économie et provoquer une reprise.

À quelques reprises au cours de la dernière année, on a effectivement cru percevoir des signes encourageants, mais leur caractère éphémère sapait rapidement tout élan d’optimisme. C’est également ce qui se produira au cours des prochains mois lorsque la Fed injectera les sommes récemment promises. Puis, au printemps prochain, comme la reprise risque fort de ne pas être au rendez-vous, M. Bernanke tentera à nouveau de nous convaincre qu’une autre expansion monétaire est indispensable pour sortir du marasme. Ce scénario est facile à prévoir, car procéder à un assouplissement quantitatif, c’est signer un pacte avec le diable.

À court terme, on note quelques bonnes nouvelles économiques, lesquelles permettent d’ailleurs aux élus de jouir de brefs instants de glamour politique. Mais ces améliorations sont toujours aussi légères que temporaires, car l’impression de monnaie n’a jamais constitué un moteur de croissance économique. Au contraire, à plus long terme, elle est même carrément garante de troubles économiques infiniment plus sérieux que ceux qu’elle prétendait permettre d’éviter. C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a réagi à la récente annonce de la Fed en déclarant que celle-ci « ne comprend rien » (clueless).

Il faut dire que les conséquences potentielles d’une injection massive de monnaie sont graves, voire dramatiques. D’une part, le billet vert perdra inévitablement de sa valeur et l’inflation appauvrira substantiellement les Américains. D’autre part, il faut s’attendre à d’importantes perturbations dans le système monétaire international, car les sommes injectées par la Fed migreront vers les pays à forte croissance et pourraient créer des bulles spéculatives et une guerre des devises. Déjà, le Brésil, la Thaïlande, l’Indonésie et la Corée du Sud ont annoncé la possibilité d’adopter des mesures pour lutter contre l’afflux de capitaux chez eux. Les tandems Bush/Bernanke et Obama/Bernanke ont fait des États-Unis un colosse aux pieds d’argile. La semaine dernière, la bulle Obama a éclaté. C’est maintenant au tour de la bulle Bernanke.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La théorie du taux d’intérêt naturel trouve ses fondements dans les travaux de l’économiste Knut Wicksell, un économiste suédois (1851-1926). Il est un des fondateurs de la macro-économie moderne.

Sa théorie inspira les premiers travaux de Lord Keynes, des économistes autrichiens et de certains théoriciens du déséquilibre monétaire. Comprendre la théorie du taux d’intérêt est important pour saisir les cycles monétaires inflationnistes et déflationnistes.

Description de la théorie du taux d’intérêt naturel

Avant Knut Wicksell, le... Poursuivre la lecture

Par Patrick Aulnas.

Les États ayant une forte propension à s’endetter, ils n’apprécient pas le prêt à intérêt. Lorsque les dettes s’accumulent, les intérêts à payer augmentent fortement et constituent une charge importante.

Aussi, les gouvernants, aidés par la technocratie publique, ont-ils depuis toujours cherché à réduire les intérêts à verser, voire à les supprimer. La situation présente, avec des taux d’intérêt négatifs pour certains États, dont l’Allemagne et la France, n’est qu’un épisode supplémentaire dans une saga histo... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Germain Kramo. Un article de Libre Afrique

En 2016 le gouvernement kényan avait opté pour le plafonnement des taux d’intérêt. Cette mesure visait à réduire le coût du crédit et permettre aux pauvres d’accéder au financement. Trois ans après son entrée en vigueur, le gouvernement a demandé et obtenu son abrogation. Pourquoi une telle décision est-elle sage ?

Un rétropédalage pour mettre fin aux effets pervers du plafonnement

Le plafonnement des taux d’intérêt adopté au Kenya en 2016 a eu plusieurs effets pervers.

D’abo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles