Ils sont fous ces Américains !

Demande d’annulation de la loi obligeant tous les Américains à acquérir une assurance maladie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cour suprême américaine (Crédits Mark Fischer, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Ils sont fous ces Américains !

Publié le 23 octobre 2010
- A +

Imagine-t-on un Français refuser la Sécurité sociale ? Mais comparer la France et les États-Unis, bis repetita, c’est ne rien comprendre ni à l’un ni à l’autre. Ce jour, une juge fédéral de Virginie a accueilli favorablement la plainte d’un citoyen de cet État demandant l’annulation de la loi obligeant tous les Américains à acquérir une assurance maladie (dit Obamacare) : une telle contrainte « serait une atteinte à la liberté individuelle telle que définie par la Constitution des États-Unis » et une « atteinte au droit des États à qui Washington ne saurait imposer une telle contrainte ».

Des plaintes comparables ont été déposées dans 20 États, à ce jour : certaines aboutiront ce qui, pour un moment tout du moins, interrompra la généralisation de l’assurance maladie telle que le Congrès l’avait adoptée. À terme, il reviendra à la Cour Suprême de rétablir l’Obamacare ou de l’interdire. Entretemps, il est aussi envisageable qu’une future majorité républicaine annule cette loi, ce qui rendra le contentieux inutile.

Il n’empêche que le principe même de la conformité ou non de l’assurance maladie obligatoire à la Constitution continuera à faire débat. Magistrat, conservateur il est vrai, à la Cour suprême, Samuel Alito déclarait hier à New York devant la rédaction de City Journal, que l’on pouvait « aimer ou ne pas aimer la Constitution des États-Unis mais qu’elle était la Constitution » et donc , incontournable. « Les États-Unis, ajoutait-il ne sont pas comme l’Europe, gouvernés par les hommes mais par la Loi qui gouverne les hommes ».

Mais cette Constitution sacrée  est très succinte : elle exige donc d’être interprétée par la Cour. Alito fait partie de la majorité actuelle (surnommée la Cour John Roberts, du nom de son président tout aussi conservateur) qui s’appuie sur le texte et les intentions supposées des Péres fondateurs de manière à bloquer tout ce qui dans les lois contemporaines, pourrait limiter les libertés personnelles et le droit des États. La méfiance envers le pouvoir central inspire Alito parce que telle fut aussi la préoccupation centrale des fondateurs : ceux-ci craignaient le despotisme plus qu’ils ne se souciaient de l’effciacité de l’État. Résister à l’air du temps, c’est la philosophie juridique des conservateurs qui dominent en ce moment la Cour. Le gouvernement américain en paraît paralysé. De fait, il l’est souvent mais les fondateurs estimaient que cette inefficacité garantirait la Nation contre les passions de ses dirigeants. Ils considéraient aussi que les meilleures décisions possibles étaient celles que les citoyens prenaient pour eux-mêmes, individuellement. C’est ainsi que les États-Unis constituent une image inversée de l’Europe ; et c’est pourquoi la machine républicaine, dopée au thé, accuse Obama d’européaniser l’Amérique.

À l’inverse, on me demande aux États-Unis d’expliquer les grèves françaises, vécues par les Américains comme un vent de folie et une atteinte inacceptable aux libertés individuelles. Il me faut alors rappeler combien en France, on aime jouer la Révolution : l’Histoire se répète en farce, écrivait Karl Marx. Toute farce n’est cependant pas drôle.

Article initialement paru sur le blog de Guy Sorman.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le fait pour un gouvernement de solliciter et d’obtenir la confiance de l'Assemblée contribue à la prévisibilité, la stabilité et la sincérité de l’action publique, et cela devrait être reconnu comme indispensable.

Le 30 janvier dernier, Gabriel Attal a prononcé son discours de politique générale, sans solliciter la confiance de l’Assemblée, avant qu’une motion de censure soit soumise, puis rejetée le 5 février. Le gouvernement Attal, comme le gouvernement Borne avant lui, a donc le droit d’exister, mais sans soutien de la chambre.

... Poursuivre la lecture
Ukraine : inquiétude sur le front et à l’arrière

Le mois de février aura vu s’accumuler les mauvaises nouvelles pour l’Ukraine. Son armée est confrontée à une pénurie grave de munitions qui amène désormais en maints endroits de ce front de 1000 km le « rapport de feu » (nombre d’obus tirés par l’ennemi vs nombre d’obus qu’on tire soi-même) à près de dix contre un. Ce qui a contribué, après deux mois d’intenses combats et de pertes élevées, jusqu’à 240 chars russes, selon Kyiv, à la chute d’Adviivka, vendredi dernier. La conquête de cette vill... Poursuivre la lecture

Aurélien Duchêne est consultant géopolitique et défense et chroniqueur pour la chaîne LCI, et chargé d'études pour Euro Créative. Auteur de Russie : la prochaine surprise stratégique ? (2021, rééd. Librinova, 2022), il a précocement développé l’hypothèse d’une prochaine invasion de l’Ukraine par la Russie, à une période où ce risque n’était pas encore pris au sérieux dans le débat public. Grand entretien pour Contrepoints par Loup Viallet, rédacteur en chef.

 

Que représentent les pays baltes pour la Russie de Poutine ?

Aur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles