Dans l’avion

Quelque part, à 15.000 pieds d’altitude au-dessus de l’océan

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
décollage d'un avion à l'aéroport d'Héraklion (Crédits Guillaume Richer, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans l’avion

Publié le 22 octobre 2010
- A +

Quelque part, à 15.000 pieds d’altitude au-dessus de l’océan.

décollage d'un avion à l'aéroport d'Héraklion (Crédits Guillaume Richer, licence Creative Commons)Lui – Il faut jeter les moteurs à la mer !

Moi – Comment ?

Lui – Oui, c’est très gênant.

Moi – Mais… on ne peut pas se défaire des moteurs en plein vol !

Lui – Tu es un conservateur.

Moi – Tout cela n’a aucun sens.

Lui – Le bruit des moteurs produit beaucoup de désagréments. Il affecte la santé des passagers et dégrade leurs conditions de vie. Le vol se réaliserait de meilleure manière sans moteurs.

Moi – Oui, mais sans moteurs l’avion tombe à la mer. Voilà qui serait encore plus mauvais pour la santé des passagers.

Lui – C’est faux. Une étude scientifique a prouvé que plus l’avion est lourd, plus il vole difficilement. En nous débarrassant des moteurs, nous éliminons de la charge et nous volerons mieux. Et l’oppression acoustique cesserait en même temps.

Moi – Je voudrais te rappeler que les avions ont besoin des moteurs pour décoller et pour mener à bien des vols comme celui-ci.

Lui – Tu es vendu aux fabricants de moteurs d’avion.

Moi – Absolument pas. Par ailleurs, tous les avions qui ont largué leurs moteurs en plein vol ont fini de manière désastreuse. Alors que ceux qui les conservaient arrivaient à bon port.

Lui – C’est ce que tu dis ; souviens-toi de l’accident de la Pan Am du 13 mars 1979, avec un bilan de 6.500 victimes.

Moi – Tu es bien sûr de tes chiffres ? De toutes manières les statistiques sont claires : les avions volent avec plus de succès avec un moteur que sans.

Lui – Ces chiffres sont le fait de fascistes au service des compagnies aériennes qui font ignoblement travailler des enfants dans les pays en voie de développement.

Moi – Les as-tu consultés ?

Lui – À quoi bon, si les résultats sont trafiqués ?

Moi – …

Ce genre de conversation vous est-elle familière ?

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la chute du Mur de Berlin, nombreux furent les théoriciens qui affirmèrent que l’idéologie de gauche allait s’effondrer. Moscou, la Mecque du socialisme pendant 70 ans, redeviendrait une capitale comme une autre. Privées du soutien idéologique, logistique et financier de l’Union soviétique, les filiales du Komintern allaient s’éteindre les unes après les autres. Sans le soutien électoral des communistes, le socialisme était voué à disparaître. En France, l’effondrement du PCF actait, croyait-on, la victoire des idées libérales.

Jean-... Poursuivre la lecture

dame dans un bureau en train d'écrire sur un tableau blanc
2
Sauvegarder cet article

La notion de « fuite devant la monnaie » est familière aux économistes.

Celle de « fuite devant le travail » pourrait bientôt s'imposer dans le champ de leur réflexion au vu de la situation de pénurie de main-d'œuvre observée dans de nombreux secteurs et de l'émergence de comportements sociaux dévalorisant l'effort.

 

Cherche conducteur de tramway désespérément

On sait que l'hôtellerie et la restauration peinent à attirer des candidats. Mais on observe aussi des difficultés aiguës de recrutement de professeurs, de so... Poursuivre la lecture

Les rapports de notre propre Cour des comptes comme ceux des grands organismes économiques internationaux se suivent et se ressemblent : la France doit impérativement mettre un terme à sa fuite en avant dans la dépense publique, les déficits et la dette.

Qu'on s'illusionne tous collectivement au point de voir dans cette folle cavalcade de notre modèle économique et social l'aboutissement sublime de la solidarité, de l'égalité et du « quoi qu'il en coûte » propre à une France supérieurement juste et généreuse ne change rien à l'affaire... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles