Libre-échange Chine-Maroc : le pari peut être gagnant

Publié Par Amer Benouda, le dans Afrique

Par Amer Benouda.

Si tout se passe bien, et surtout pas comme en 2014, le roi Mohamed VI se rendra en visite officielle en Chine les 11 et 12 mai prochains où seront signés d’importantes conventions stratégiques entre les deux pays ; il est prévu également de parapher un traité de libre-échange entre le Royaume et la République populaire de Chine (selon l’Agence Chine Nouvelle Xinhua, si les discussions sont finalisées à temps). Après quelques heures de diffusion de l’information, les débats sur les conséquences possibles sur l’industrie marocaine ne font que commencer. La question est sur toutes les lèvres : cet accord de libre-échange est-il une opportunité ou un danger pour l’économie marocaine ? De nombreux universitaires et acteurs économiques répondront négativement et resteront figés sur leur opposition à l’Accord de Libre Échange avec la Chine, voire sur tout type d’accord de libre-échange, et ils sont nombreux !

La Chine, plus grand partenaire commercial du Maroc en Asie

Il est bien de rappeler que la Chine est le plus grand partenaire commercial du Maroc en Asie, et le quatrième partenaire commercial derrière l’Espagne, la France, les États-Unis, avec 4,5% des parts du marché marocain ; tandis que le Maroc est le septième partenaire commercial africain de la Chine. Si les échanges entre les deux pays ont fortement progressé ces dernières années, ils restent, à titre d’exemple, quasiment trois fois inférieurs à ceux entre Alger et Pékin. Par ailleurs, la balance commerciale est largement déficitaire pour le royaume (de 27,2 milliards de dirhams en 2014). En effet, la Chine a exporté pour 29,4 milliards de dirhams en 2014, alors que les exportations marocaines sont à hauteur de 2,27 milliards de dirhams dans la même année.

La bonne nouvelle alors, est que cette concurrence chinoise pourrait inciter les industries marocaines à s’adapter pour le meilleur intérêt des consommateurs ; c’est-à-dire celui des Marocains. Et si les produits chinois pouvaient atteindre plus facilement le Maroc, c’est que ce dernier pourrait exporter plus aisément en Chine, et les entrepreneurs marocains auront plus de facilités pour atteindre l’un des plus grands marchés dans le monde, celui de la Chine.

La mauvaise nouvelle est que, à l’heure actuelle, plus de la moitié des exportations marocaines est constituée seulement par des minéraux (de plomb, de cuivre, de zinc…), des circuits intégrés, des engrais chimiques ou des débris de cuivre. C’est principalement la production des grandes industries marocaines, alors que les très petites et moyennes entreprises ont du mal à se retrouver dans ce modeste tableau des exportations marocaines. Certes, cela nous montre l’incapacité de plusieurs entreprises marocaines à relever le défi de la concurrence. Mais ceci est dû principalement à la protection de l’État qui reste un handicap majeur à l’émergence de marché libre, constitue un obstacle à un fonctionnement efficace, et d’allocation optimum des ressources rares.

Création de richesses à prévoir pour le Maroc

En signant un accord de libre-échange avec la Chine, le pays connaîtra davantage de création de richesses. En effet, les Marocains économiseront du pouvoir d’achat qu’ils pourront ainsi consacrer à financer d’autres dépenses, en créant du travail pour d’autres entreprises. Par exemple, avec l’achat d’un T-shirt à 1 euro au lieu de 5 euros, la personne pourra acquérir d’autres biens et services avec les 4 euros économisés, ce qui correspond à du chiffre d’affaire pour d’autres entreprises ; ce qui est bénéfique aussi bien pour les Marocains les plus démunis que pour les autres entrepreneurs plus modestes. Les entreprises marocaines pourront réduire leur coût de revient en important des biens d’équipement ou des consommations intermédiaires moins chères, et par conséquent améliorer leur compétitivité, au niveau local ou à l’exportation. Cela nous prouve une chose, que l’invasion des produits chinois qu’on nous promet n’est pas mauvaise en soi.

D’ailleurs, il n’est pas possible d’avoir une économie dynamique et solide sans échanges internationaux. Tant que certaines entreprises sont protégées, elles ne seront jamais incitées à devenir compétitives. Pourquoi ne l’ont-elles pas fait, alors qu’elles profitaient depuis des décennies du protectionnisme étatique ? La compétitivité ne tombe pas du ciel, elle s’acquiert à travers l’ouverture, l’exposition à la concurrence et à l’apprentissage.

Quelques universitaires avancent également l’argument que l’ouverture du commerce avec la Chine fera perdre des emplois au sein de notre marché national. Cependant, dans la plupart des cas, les travailleurs marocains et chinois ne sont pas en concurrence pour les mêmes emplois. L’avantage comparatif et la spécialisation jouent un rôle important dans toutes les relations commerciales. La Chine a l’avantage dans l’industrie légère et l’industrie lourde, tandis que le Maroc le détient dans l’agriculture, la transformation des denrées alimentaires, les produits chimiques, certains produits manufacturés, et y travaille dans des domaines impliquant un degré élevé de capital humain comme la précision de fabrication industrielle (cf. aéronautique).

Certains revendiqueront que les deux pays sont en concurrence directe dans quelques secteurs tels que l’industrie du textile, de l’habillement, du cuir. De nombreux travaux théoriques d’économistes ont démontré depuis que la concurrence est le système assurant la meilleure performance économique, alors que le protectionnisme, partiel pour certains secteurs ou global, aboutit à des situations catastrophiques.

Les secteurs en concurrence

En réalité, les secteurs qui sont en concurrence pourront même co-construire et penser à des coopérations opérationnelles et stratégiques, comme la conquête et le développement de l’industrie concernée dans l’Afrique francophone. D’ailleurs, l’avantage comparatif ne doit pas être forcément existant, mais il peut être construit aussi en échangeant. La preuve en est que la Chine qui était fermée au commerce mondial, sans avantage comparatif au départ, a réussi à le construire progressivement.

Dans cette perspective, les entrepreneurs marocains devront percevoir les accords de libre-échange comme un moyen d’ouverture au monde extérieur, une approche efficace pour s’intégrer à l’économie mondiale et renforcer la coopération économique avec d’autres économies, et comme un complément important au système multilatéral d’échanges commerciaux.

Il est d’ailleurs utile de rappeler que des sages décisions de l’État sont nécessaires dans cette période. La nécessité est primordiale de mener des réformes structurelles pour promouvoir l’investissement privé, la productivité et la compétitivité. Cela va permettre aux entreprises marocaines, notamment les plus petites, de grandir pour rivaliser avec la concurrence. Le royaume a avant tout besoin d’un environnement réglementaire transparent, de la solidité de la protection de la propriété, du développement de la liberté économique, de l’amélioration de la qualité des institutions (règles du jeu économique), notamment l’environnement des affaires ; et se consacrer beaucoup plus au capital humain et aux infrastructures.

Somme toute, le pari gagnant-gagnant entre le Maroc et la Chine n’est pas impossible, à condition que le pays évite le statu quo, mène de bonnes réformes structurelles, et fasse des choix politiques économiques intelligents.