Une vidéo de Liu Xia, prisonnière à Pékin

Publié Par Guy Sorman, le dans Asie

Pour protester contre l’assignation à résidence de l’épouse du Nobel de la paix Liu Xiaobo, des dissidents chinois sont parvenus à pénétrer dans la maison surveillée. Pendant un court laps de temps, ils ont pu échanger avec Liu Xia, très émue.

Par Guy Sorman.

Liu Xia, assignée à résidence dans son domicile pékinois par les autorités chinoises. Capture d’écran d’une vidéo publiée sur YouTube le 31/12.

Sur cette vidéo poignante publiée sur YouTube par le dissident Hu Jia, on aperçoit Liu Xia, pour la première fois depuis son arrestation, il y a deux ans, après l’incursion dans sa résidence surveillée de deux dissidents amis de Liu Xiaobo. Ceci s’est produit le 28 décembre 2012, jour anniversaire de Liu Xiaobo, lui-même en prison.

Liu Xia n’a jamais été inculpée ni jugée : son seul crime est d’être l’épouse du Prix Nobel de la Paix.

Les faits sont racontés par une dépêche AFP :

« Qui cherchez-vous? », demande devant la caméra un garde en civil posté devant l’appartement de l’épouse du prix Nobel. L’un des membres du petit groupe d’amis venus lui rendre visite répond qu’ils veulent voir Liu Xia. « Non, ce n’est pas possible », répond le garde. « Qui êtes-vous pour nous l’interdire? », réplique l’un des dissidents, lesquels forcent ensuite leur passage.

Liu Xia paraît très émue par leur visite, les remercie à plusieurs reprises, mais leur demande aussi de ne pas s’attarder, par crainte de représailles. « Vous devez partir, sinon ils vont venir m’embêter », dit-elle à un moment donné. La plupart du temps elle murmure à l’oreille de l’un des dissidents pour que ses mots ne puissent pas être enregistrés par la caméra. « Faisons vite, il faut partir avant qu’ils viennent », dit l’un d’eux.

Dans un commentaire accompagnant la vidéo filmée vendredi, Hu Jia a expliqué que « les milliers de mots que nous voulions dire se sont transformés en sanglots étouffés et en larmes ».

L’œuvre photographique de Liu Xia, qu’elle m’a confiée, est exposée dans le monde entier, en ce moment à Varsovie à l’invitation de la Fondation Geremek. Puis en février à Barcelone, à l’invitation de la mairie. La première exposition eut lieu à Boulogne-Billancourt en octobre 2011.

Seul le maire de Paris, a refusé d’accueillir les photos de Liu Xia, pour ne pas faire de peine à la grande Chine. Frédéric Mitterrand s’était également distingué en oubliant d’inaugurer l’exposition à Boulogne, reniant ses engagements et arguant d’un emploi du temps chargé…


Sur le web.

Lire aussi :

 

Laisser un commentaire