Que s’est-il passé avec les crypto-monnaies ?

La semaine dernière, le prix du bitcoin est tombé à des niveaux planchers jamais vus depuis 2020, tandis qu’un stablecoin de premier plan s’est effondré. Cela signifie-t-il que tout cela n’était qu’une pyramide de Ponzi ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Cryptocurrency Art Gallery by Namecoin-Domaine public

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Que s’est-il passé avec les crypto-monnaies ?

Publié le 19 mai 2022
- A +

Par

Le monde des crypto-monnaies a pris une raclée la semaine dernière. Le prix du bitcoin est tombé à des niveaux jamais vus depuis 2020 ; Coinbase, la plus grande bourse de crypto-monnaies, a vu son action s’effondrer ; et un stablecoin important appelé Terra, ainsi que sa crypto-monnaie associée, Luna, se sont effondrés.

En réponse, les opposants aux crypto-monnaies se sont emparé de Twitter pour danser sur la tombe du bitcoin, et les subreddits qui étaient auparavant remplis de célébrations de portefeuilles de crypto-monnaies en plein essor ont rapidement été envahis de personnes postant des numéros de lignes d’assistance téléphonique pour le suicide et des histoires personnelles désespérées sur des fortunes perdues.

Une partie de la baisse du marché des crypto-monnaies peut s’expliquer par le fait qu’elles suivent désormais de près le marché boursier et que les facteurs mondiaux ayant affecté le S&P 500 et l’indice Dow Jones ont également affecté le bitcoin : un nouveau mois d’inflation élevée, la hausse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale, la lenteur de la croissance économique et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement dues à la guerre de la Russie contre l’Ukraine et à la politique chinoise du zéro covid.

Mais il est impossible de comprendre ce qui se passe avec le bitcoin sans comprendre le rôle de l’effondrement de Terra et ce qu’il pourrait dire (ou non) sur les monnaies stables, qui font partie intégrante de l’écosystème des crypto-monnaies.

Comme leur nom l’indique, les stablecoins sont des monnaies numériques non volatiles qui sont arrimées au dollar. Cet ancrage est ostensiblement « soutenu par des réserves comme des dollars, des obligations du Trésor américain ou d’autres actifs traditionnels », a rapporté le New York Times la semaine dernière. Cet ancrage signifie simplement que si vous utilisez un dollar américain pour acheter un stablecoin le lundi, vous pouvez vous attendre à ce que, le vendredi, ce stablecoin puisse encore être échangé contre un dollar. L’utilisation de monnaies stables comme l’USDC (USD Coin) et l’USDT (Tether) permet aux investisseurs d’entrer et de sortir plus rapidement de leurs positions en crypto-monnaies.

Cependant, un stablecoin populaire s’est révélé ne pas être si stable : Terra, dont le Times note qu’il était « basé sur un algorithme qui encourage les traders à maintenir sa valeur« , a perdu presque toute sa valeur la semaine dernière après que sa monnaie sœur de soutien, Luna, est tombée à 23 cents de valeur. (Pour en savoir plus sur l’aspect technique de l’effondrement de Terra, cliquez ici.) La perte de la parité de Terra signifiait que ses détenteurs ne pouvaient pas échanger leurs jetons contre des dollars américains sur une base de 1:1, ce qui est la fonction principale des monnaies stables.

La perte de l’ancrage de Terra n’a pas seulement effacé la richesse de ses investisseurs, mais a également conduit un autre stablecoin, Tether, à perdre brièvement son ancrage au dollar et à tomber à 94,55 cents avant de se redresser. L’incident a également poussé de nombreux investisseurs en bitcoins à se retirer, de peur que l’effondrement de Terra ne soit le signe d’un problème systémique qui pourrait se propager à d’autres parties de l’espace cryptographique.

La question de savoir si l’incident de Terra est un signe avant-coureur des effondrements à venir dépend de qui vous interrogez.

Sam Bankman-Fried, PDG de FTX, une bourse cryptographique de premier plan, a tweeté le 12 mai :

« Vraiment, nous ne devrions pas utiliser le même mot pour toutes ces choses. Ce que nous appelons les ‘stablecoins algorithmiques’ ne sont pas vraiment stables de la même manière que les stablecoins adossés à des fiats. Ils ressemblent davantage à des produits structurés, et ils ont besoin d’une hausse s’ils veulent justifier le risque. »

Ce qui inquiète Jon Stokes, fondateur d’Ars Technica et grand observateur de Web3, c’est que les détenteurs de Terra ont tout misé sur le projet sans tenir compte du risque. Il confie à Reason :

« Avec le couple Terra-Luna, il y avait un écosystème. Ce n’était pas seulement un stablecoin que les gens utilisaient sur [les échanges décentralisés] pour échanger des USD ; il y avait un écosystème de produits DeFi… qui étaient construits au-dessus de cela. »

Parce que Terra était plus qu’un simple stablecoin, « ce qui a implosé n’est pas seulement un actif, mais un coin entier de web3« , dit Stokes. De plus, Terra et le protocole associé, Anchor, « avaient une sorte d’imprimatur V.C. ».

Il y avait de grands noms et de grosses sommes d’argent derrière Terra, ce qui soulève la question de savoir si les investisseurs particuliers peuvent suivre l’exemple des sociétés de capital-risque et autres investisseurs institutionnels, qui peuvent se permettre des pertes plus importantes.

De plus, M. Stokes note que Terra a toujours suscité le scepticisme, notamment parce qu’il était adossé à des actifs volatils. Cependant, Stokes dit qu’il est également sceptique à l’égard des monnaies stables supposées plus sûres :

« Il y a beaucoup de ce genre de choses qui existent ; je soupçonne que nous verrons davantage d’implosions de ce genre dans les semaines et les mois à venir. Je pense que Tether est vulnérable à une ruée vers les banques« .

Cependant, une autre façon de voir l’effondrement de Terra est un test de résistance réussi de Tether, qui a rapidement retrouvé son ancrage 1:1 avec le dollar américain.

C’est ce que Nic Carter, associé général de Castle Island Ventures et fondateur de Coin Metrics, a retenu des deux dernières semaines, où Tether a traité plus de 7 milliards de dollars de rachats.

Selon lui :

« Si Tether n’avait pas de réserves, ils ne seraient pas en mesure de faire cela. Ce que cela montre, c’est que le mécanisme a fonctionné comme prévu« .

Il ajoute que si de nombreux critiques de la crypto sont « sans discernement » et « pensent que tout est une arnaque », certaines choses sont vraiment « de type Ponzi » ou « Ponzi-adjacent« . Il ajoute que Terra remplit les conditions requises.

Quant à savoir pourquoi le bitcoin suit de si près les actions, M. Carter explique que ce sont les investisseurs qui tentent de gérer le risque dans leurs portefeuilles en cette période peu propice :

« Le bitcoin est un excellent actif à liquider, il se vend 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, dans le monde entier, partout ».

Et finalement, on pourrait commencer à parler d’actions suivant la crypto, plutôt que l’inverse.

Le chroniqueur Matt Levine à Bloomberg Opinion écrit :

« Mon avis est que… si les prix des crypto s’effondrent, il n’y aura pas une tonne de contagion dans le reste du système financier. Mais je pense que c’est à ce stade discutable. La crypto a au moins commencé à se frayer un chemin dans le système financier réel. Certains investisseurs traditionnels possèdent également des crypto-monnaies ; si leur crypto-monnaie s’effondre, ils devront peut-être vendre des titres ordinaires. Certaines entreprises publiques sont exposées à la crypto (parce qu’elles sont des bourses de crypto, parce qu’elles ont des participations en crypto à effet de levier, etc.), donc votre vieux fonds indiciel ennuyeux pourrait baisser quand la crypto baisse. »

L’existence d’effets d’entraînement prouverait le succès de la crypto, d’une certaine manière, soutient Levine.

Malgré la volatilité actuelle de l’espace cryptographique, ses promesses fondamentales tiennent bon.

Carter ajoute :

« Elle reste un concurrent pour les banques centrales. Il est très clair pour moi que le bitcoin, en particulier, puis les stablecoins sont très utiles pour la liberté financière et monétaire. »

Sur le web

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Depuis son élection, Javier Milei a considérablement réduit les dépenses publiques en Argentine. Le résultat, comme l'avait prédit Hazlitt, est que l'inflation est de mieux en mieux maîtrisée.

 

Le taux d'inflation en Argentine a récemment atteint son point le plus bas depuis janvier 2022, enregistrant une augmentation mensuelle de 4,2 % en mai, selon l'Institut national des statistiques et du recensement (INDEC). Bien que l'inflation annuelle ait ralenti pour la première fois depuis la mi-2023, elle s'élève toujours à 276,... Poursuivre la lecture

À l'heure où notre État se trouve empêtré dans les déficits et une dette devenue difficilement soutenable, et que la campagne des législatives s'articule autour d'une surenchère de promesses plus dépensières les unes que les autres, il est utile de se remémorer dans quelle situation s'est trouvé notre pays lors de la dernière grande crise financière qu'il a connue, celle de 1789.

Le prince n’est plus le même, mais la coexistence d’une dette énorme, fruit des règnes de Louis XIV et de ses successeurs Louis XV et Louis XVI, et de déficit... Poursuivre la lecture

La revue The Economist a publié le 22 février 2024, un intéressant article sur le Pérou comme modèle économique, que pourrait suivre l’Argentine. Cet article a étonné de nombreux Péruviens. Comment, avec la classe politique aussi minable que nous avons, pouvons-nous être un modèle ? (contrairement à l’élite française, l'élite péruvienne ne se prend pas au sérieux). Eh bien, The Economist a parfaitement raison, le Pérou est un pays bien géré sur le plan macroéconomique, grâce à une équipe basée à la Banque centrale du Pérou et au ministère des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles