Conférence Surfin’ Bitcoin à Biarritz

Il ressort de cette conférence que Bitcoin est le genre de révolution dont nous avons besoin et qu’elle est bel et bien en cours. Explorations.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Conférence Surfin’ Bitcoin à Biarritz

Publié le 31 août 2021
- A +

Par Brice Rothschild.

En cette fin de mois d’août, des centaines de bitcoineurs du monde
francophone étaient rassemblés jeudi et vendredi dernier à Biarritz à
l’occasion de la conférence Surfin’ Bitcoin organisée par StackinSat. Un
événement s’adressant aussi bien aux entrepreneurs, qu’aux experts et
aux débutants.

En voici quelques morceaux choisis en toute subjectivité.

Réseau Lightning

abacus source https://unsplash.com/photos/gdL-UZfnD3I

En ouverture, Yorick de Mombynes a commencé par la face nord avec une
explication du très complexe réseau Lightning, technologie permettant de
passer Bitcoin à l’échelle pour être capable de gérer des milliers de
transactions par seconde.

À cette fin, Yorick a utilisé l’image du boulier symbolisant un canal de paiement où les boules s’échangent entre ses utilisateurs sans que la chaîne de blocs de ces échanges de boules (vous me suivez ?) n’en soit encombrée. Enfin, c’est un réseau de ces bouliers qui permet un jeu de compensation de proche en proche entre des millions de participants.

Si vous n’avez rien compris à mon résumé, ce n’est pas grave car Nicolas
Burtey a montré combien il était facile d’utiliser le réseau Lightning,
d’une part par une démonstration en direct d’une transaction entre deux
téléphones et d’autre part par le récit de sa contribution à
l’utilisation de Lightning au quotidien par toute une ville du Salvador.

Le Salvador qui fait maintenant le pari de l’adoption de Bitcoin dont
l’intérêt pour sa population largement non bancarisée est double :
faciliter les paiements et développer l’épargne.

Sur un aspect plus fondamental, Gilles Cadignan nous a expliqué en quoi
Bitcoin était un animal si spécial dans la jungle des cryptomonnaies.
Pour spécial, il l’est car il le compare à un Tardigrade, animal peu
spectaculaire mais résistant aux assauts incessants d’un milieu d’une
hostilité extrême.

En effet, Bitcoin fait peu de choses mais le fait bien, limitant sa surface d’attaque par un code aussi simple et stable que possible. Ceci contraste avec Ethereum sur lequel Kevin Loaec est brièvement revenu. Il a illustré l’instabilité de cette cryptomonnaie
pourtant très en vue, par l’annonce sur un ton sarcastique qu’elle venait de connaître un nouveau hard fork, c’est-à-dire un changement de ses règles de consensus sans rétrocompatibilité.

Ferghane Azihari a contextualisé Bitcoin dans l’histoire de la monnaie en attirant l’attention sur l’abus de l’État dans les affaires monétaires. Faisant un panorama de la gloire perdue des monnaies privées et de l’étalon or, à la décadence rapide des assignats et celle plus lente mais réelle de l’euro, Ferghane cite Mirabeau : « Tout
papier-monnaie est une orgie du despotisme en délire ! ».

Il conclut que ce qui change avec Bitcoin, c’est que « l’environnement institutionnel sûr » nécessaire à une monnaie est en quelque sorte intégré au protocole Bitcoin. Cela fait écho aux propos de Julien Guitton quand il parle de cryptographie comme réglementation plus puissante que la réglementation étatique.

Richard Détente, de Grand Angle, a fait un passage pour montrer qu’après étude des autres placements possibles, Bitcoin était à placer dans son portefeuille y compris dans celui de votre mamie.

D’autres experts en finance, tels que Philippe Herlin et Nicolas Chéron y ont vu également un investissement de long terme à considérer, soulignant l’extraordinaire danger des politiques des banques centrales pour l’épargne.

photovoltaic panels source https://unsplash.com/photos/XGAZzyLzn18

Une partie de la conférence a été consacrée aux enjeux écologiques en
vertu desquels Bitcoin est sur le banc des accusés à cause de sa
consommation énergétique.

Sébastien Gouspillou et Pierre Noizat ont rétorqué que l’industrie du minage de bitcoins était au contraire un bienfait écologique car en ciblant l’achat des surplus de production électrique pour lesquels elle peut obtenir un bon prix, elle crée un
prix plancher de l’électricité, ce qui est particulièrement intéressant pour la rentabilité des énergies renouvelables qui sont souvent intermittentes. Aussi, le minage est opérationnel et rentable dès aujourd’hui alors que les technologies de stockage énergétiques ne le sont en général pas, malgré les fantasmes qu’elles suscitent.

Enfin, Olivier Babeau a raconté les grandes révolutions technologiques
de l’histoire de l’humanité, de l’agriculture à l’informatique en
passant par l’écriture et l’imprimerie. Il conclut en citant Victor Hugo
: « Le progrès n’est rien d’autre que la révolution faite à l’amiable ».

Il ressort de cette conférence que Bitcoin est en effet le genre de
révolution dont nous avons besoin et qu’elle est bel et bien en cours.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Félicitations aux organisateurs pour cette conférence passionnante.

  • Il existe déjà des experts et des entrepreneurs en jetons ! Quel est l’objet social (juridique) de leur activité ? Basée sur quelle(s) formation(s) ?

  • À t-il été au moins abordé ce qui qualifie une monnaie ?
    1) fonction d’échange cad paiement dans toute transaction de la plus simple à la plus complexe
    2) fonction de mesure cad valoriser un bien ou service dans une unité stable permettant un référant
    3) fonction de réserve cad retrouver sa fonction d’échange dans un terme non seulement plus lointain mais avec certitude
    Mon propos n’est pas de défendre nos monnaies actuelles, mais de discuter de l’opportunité qui nous serait proposée à travers des jetons électroniques, pour ce que nous en connaissons aujourd’hui

    • En quoi vos Euros sont mois des « jetons électroniques » que les bitcoins?
      Le différence principale de nature entre les monnaies fiat étatiques et les cryptos sont les suivantes
      1.Le registre: Il est public et décentralisé dans le cas des cyptos, il est secret et centralisé dans le cas des monnaies fiat.
      2.La création monétaire: Elle est à discrétion pour les monnaies fiat, elle est programmée d’avance et sujette à des règles immuables dans le cas des cryptos type bit coin.
      3.Elle est fondés sur le volontariat dans le cas des cryptos, elle est monopolistique et a cours forcé dans le cas des monnaies fiat.

      Les jetons électroniques, vous y êtes déjà depuis 20 ans au moins, voire 35. Je comprends que vous vouliez discuter de l’opportunité que représente les bitcoins. C’est bien d’en discuter. Par contre je tiens à vous faire remarquer qu’en théorie, le cours légal et le cours forcé de la monnaie fiat sont des lois. Refuser un paiement en Euros dans la zone Euro est illégal. Exiger des bitcoins est illégal même si c’était spécifié à l’origine dans le contrat.
      En clair, discuter des opportunité du bitcoin c’est légal. Discuter des opportunités de la monnaie fiat c’est border line: dépendamment de la conclusion de la discussion ça peut être traité comme un appel à la désobéissance à la loi. Rien que ça, ça devrait mettre la puce à l’oreille de n’importe qui. Le bitcoin n’est utulisé que par ceux qui le veulent. Ceux qui le font le font par intérêt. Ceux qui traitent en Euro n’ont pas le choix. Certains esclaves étaient mieux traités que les hommes libres sous l’antiquité. Et pourtant, combien ont ils choisi de rester esclaves quand ils l’ont pu?
      A mon sens vos questions ne sont pas mauvaises. Mais elles sont triviales. Si le bitcoin ne répondait pas à ce que vous demandez, personne n’en voudrait.

  • l’aspect spéculatif du bitcoin et de ses cousin n’échappe plus à personne, quid de la légalité de ces magouilles ?
    David Chaum était aussi sur la piste de la suppression des banques mais comme elles ont eut peur elle l’ont éliminé du jeu, curieux qu’elles s’y mettent seulement maintenant, auraient-elles un cerveau « retardé » ?

  • Le principal problème du bitcoin est son principal avantage: l’émission en décroissance programmée et verrouillée qui engendre un comportement déflationniste.

    Ce type de comportement rends compliqué son usage dans une économie car si le rendement du bas de laine est supérieur à l’investissement, cela freine l’investissement et donc la croissance.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
ntf
0
Sauvegarder cet article

Les cours des cryptomonnaies ont fortement baissé ces dernières semaines. La nature cyclique de ce nouveau type d'actif est bien connue même si l'ampleur de la baisse a surpris et démotivé de nombreux observateurs et spéculateurs. Beaucoup d'amateurs de la technologie blockchain sur laquelle repose ces projets y voient néanmoins l'occasion de continuer à construire un écosystème dans une optique plus long-termiste, persuadés que la situation redeviendra plus favorable.

 

Que sont les NFT (non-fungible token)

Une des applica... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

poutine inflation
2
Sauvegarder cet article

La publication de l'indice des prix à la consommation (IPC) de mai 2022 a été pire que ce que prévoyaient pratiquement toutes les prévisions. L'IPC d'une année sur l'autre s'est établi à 8,6 %, ce qui est non seulement plus élevé que prévu, mais constitue un nouveau record depuis quatre décennies. L'IPC d'un mois sur l'autre (avril à mai) a également été plus élevé que prévu : 1 % contre 0,7 % prévu. La publication de lundi montre clairement que la Fed est à la traîne en termes d'utilisation de mesures politiques pour freiner la hausse des pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles