Ne vous inquiétez pas, le gouvernement a – encore – un (rantan)plan !

Le gouvernement français multiplie les plans dont les résultats les classent plutôt dans les rantanplans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot_2020-11-25 REPLAY - Macron le détail du plan de déconfinement - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ne vous inquiétez pas, le gouvernement a – encore – un (rantan)plan !

Publié le 27 janvier 2021
- A +

par h16

La nouvelle bruisse depuis quelques jours. La surprise est totale, la stupéfaction complète, l’effarement lisible sur les visages de tous les présentateurs-troncs à la télé : tout indique qu’on devrait reconfiner ! Le suspens (assez moyen, en réalité) durera jusqu’à la prochaine apparition du frétillant président qui, la mine grave et faisant assaut de pesanteurs oratoires, devrait nous annoncer qu’en raison de la météo sanitaire déplorable, il va falloir tout arrêter dans le pays, mais si, mais si, allons, ne discutez pas.

Au passage, cette surprise est quelque peu étonnante en elle-même : qui, en effet, pouvait encore douter que les confinements et autres couvre-feux allaient encore continuer un moment ?

On sourira aimablement à la pensée de ceux qui croient encore au bobard « population vaccinée, fini les confinements » qui relève d’un mélange de vœux pieux, de propagande et de mauvaise compréhension du schéma global dans lequel le pays s’est inscrit avec gourmandise depuis maintenant un an. Il semble pourtant assez évident de l’absence quasi-totale de toute volonté gouvernementale à retourner un jour au « monde d’avant », tant celui d’à-peu-près dans lequel il nous a propulsé avec véhémence lui convient tout-à-fait : un peuple bâillonné (presque littéralement), une destruction assez méthodique du tissu social et économique des indépendants, commerçants, artisans et professions libérales au profit des entreprises douillettement aptes au capitalisme de connivence (le seul qui ait encore droit de cité dans cette nouvelle donne), il serait dommage de relâcher la pression maintenant !

Pensez donc ! Dans à peine plus d’un an, nous serons en pleine campagne présidentielle dont on peut déjà imaginer que le mode de scrutin aura été finement ouvragé (à coup de vote électronique ou par correspondance, qui sait ?) pour garantir qu’un individu valable, digne, courageux, aux épaules solides, adulé par la « foule », pourra prendre (ou conserver ?) le pouvoir. Et d’ici là, il vaudrait mieux que le peuple se tienne tranquille, pour son bien évidemment.

Dès lors, on ne pourra pas s’étonner d’une multiplication des confinements. Le prochain arrive vite, et son suivant ne tardera pas non plus, à la faveur d’une mutation pratique du vilain virus (on appellera ça variant, pour faire à la mode) ou, mieux encore, du mauvais comportement de ces Français impénitents ; on passera juste de la lutte contre l’effet apéro à celle contre l’effet chandeleur puis l’effet œuf de Pâques ou l’effet barbecue printanier à mesure que les mois passeront.

De toute façon, le merdoiement intense qui accompagnera la vaccination approximative des foules justifiera amplement de continuer les mesures sanitaires les plus idiotes, confuses et arbitraires, comptez sur le gouvernement…

Ce qui ne risque pas d’améliorer la situation des entreprises dont un nombre croissant va devoir envisager la faillite pure et simple. Mais heureusement, ne vous inquiétez pas ! Bien qu’elle guette maintenant plus d’un tiers des commerçants, que la crise s’amplifie à chaque nouvelle mesure débile du gouvernement, tout est sinon prévu, au moins patché à grand coup de recette unique : le plan !

Ce plan n’est pas un mot en l’air. L’Histoire jugera, mais on peut déjà imaginer que ce sera le maître-mot du quinquennat tant il aura été utilisé, à tort et surtout de travers, comme ultime bouche-trou d’une absence très inquiétante de toute politique de fond.

Jugez plutôt : en 2017, on évoquait un plan climat, en 2018 c’était un énième plan pauvreté. Et 2019 a vu une véritable avalanche de plans tous aussi ridicules les uns que les autres : plans pour des vélos, des chaudières, des petits-déjeuners, des cabines de douche et des permis de conduire, j’en passe sûrement.

Depuis 2019, le gouvernement, se dotant courageusement d’un Haut-Commissaire au plan, presque neuf, très peu utile, semblait résolument ancré dans le sanitaire : après les cabines de douches, la crise (elle aussi sanitaire) qui a suivi en 2020 a donc amplement contribué à relancer une nouvelle bordée de plans : masques, tests et maintenant vaccins, les plans se suivent et se reproduisent de façon quasi-exponentielle – on dirait une véritable plandémie ! – et se ressemblent par leur capacité à foirer lamentablement. Des rantanplans, en somme.

Dernier plan en date, celui proposé par cette saucisse froide de Wauquiez qui dans sa région veut ainsi faire mine de venir en aide aux stations de ski. On peut déjà garantir une nouvelle aspersion d’argent des autres avec un résultat au mieux mitigé, au pire nul.

Eh oui : les plans, réponses uniques du gouvernement aux problèmes qu’il crée avec obstination, semblent refuser d’apporter la solution qu’on attendait d’eux. Tout se déroule en effet comme si l’État ne se rendait absolument pas compte de l’imbrication de tous les secteurs dans l’économie : en fermant une partie des stations, en supprimant les restaurants, les remonte-pentes, la montagne perd de son intérêt alors que beaucoup de saisonniers en dépendent.

En fait, on ruine durablement la vie de douzaines d’intervenants différents, ce qui va encore une fois pousser de nouvelles cohortes de Français dans la misère et la dépendance la plus sordide aux subsides étatiques.

En définitive, les plans sont multipliés pour tout mais ça refuse de fonctionner, ces plans ne résistant jamais, par définition, à la dure réalité qui se moque de ce qu’on imagine d’elle.

Pire : ces plans ont tous un coût, de plus en plus prohibitif. Un coût financier bien évidemment, que le contribuable devra éponger d’une façon ou d’une autre, et quelles que soient les gesticulations grotesques des ministres et autres baltringues gouvernementaux pour camoufler cette réalité. Mais aussi un coût social puisque chacun d’eux transforme des individus indépendants et utiles pour la société en petite unité anonyme totalement dépendante du bon vouloir public.

De plan en plan, le gouvernement fabrique, pour les individus, les suicides, les dépressions de demain et pour les entreprises, les faillites de demain : l’épidémie suivante sera celle de zombies, ces entreprises-zombies et ces individus-zombis pas vraiment vivants mais entre deux états, artificiellement maintenus en vie par la magie la plus noire de la dette et de l’interventionnisme de l’État à marche forcée.

Un plan si diabolique qu’on dirait du collectivisme.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • J’aimerai avoir le lien du tweet original, histoire de voir les commentaires 😀

  • tu remplaces skieur par contribuable riche..
    et sous plongeur et autre métier tu mets chômeur indemnisé. ou allocataire du revenu universel..du rsa ou autre..

    problème « résolu »..

  • Un plan si diabolique qu’on dirait du collectivisme.

    Cela a la couleur du collectivisme, l’odeur rance du collectivisme, le goût moisi du collectivisme. À la différence de la pub sur le Canada Dry, c’est du vrai collectivisme made in France.
    Eh bien oui, on est capable de produire quelque chose non ❓

    Plan, plan sur plan, Rantanplan… => gamelle bien remplie => politiciens dont en entend de loin les mandibules…
    Biroute a-t-il rendu son plan au fait? On en entend plus parler. Effacé d’un coup de gomme par le COVID.

  • Dessin à envoyer d’urgence au conseil de défense.
    L’Espagne a dit stop au quoiqu’il en coûte ,elle ne peut plus payer.
    Nous nous continuons ,nous sommes à 2600 milliards de dette ,record historique ,ce montant est proche comme par hasard du montant des assurances vies détenues par les français sans parler du reste de l’épargne….
    Est ce que les français seront toujours d’accord pour un rereconfinement à 72% et des mesures plus strictes (à grands renforts de sondages annoncés en boucle)quand ils vont comprendre que leur épargne garantit tout cela et sera ponctionnée inévitablement?

    • @PCC – Le hasard fait bien les choses, non ? Le quoi qu’il en coûte coûtera, et ceux qui n’avaient pas prévu la manoeuvre vont déchanter. Au final = tout le monde à la soupe populaire !
      Ah ce Super Plan quel succès !

    • nous non plus, on ne peux plus payer, mais ça fait 30 ans que l’on refuse de le voir

    • sauf que s’ils commencent à taper dans l’épargne des français ça va chauffer sévère parce que là on touche le truc qui fera déborder le vase.

  • Trop bon h16 pour gouvernement trop con ?

  • et que les restaurants soient fermés, on s’en fout, ça emmerde seulement les riches
    et que les cinémas (théatres, salles de concert) soient fermés, on s’en fout ça n’emmerde que ceux qui aiment le cinéma (théatre, musique)
    et que les hopitaux soient débordés, on s’en fout ça n’emmerde que ceux qui sont malades

  • je crois que cela fait 20 ans que l’on cherche des vaccins contre les coronavirus, mais ces méchants virus ne font que muter !!! (procureurs, complotistes, trumpistes ces virus ?)

    • @breizh petit joueur le covid , ça fait 100 ans que l’on cherche un vaccins contre le collectovirus, beaucoup plus létal et l’on n a pas trouvé de vaccin non plus

  • on ne change pas une équipe et des méthodes qui ont fait leurs preuves ?

  • Après le plan A, le plan B, le plan-plan

  • Excellent article à l’humour décapant.
    Oui, on peut rire de tout, même si la situation est catastrophique.
    Profitons en tant qu’on en a encore le droit.
    Nous serons le dernier pays communiste de la planète.
    Même les élus de droite sont communistes et achètent leurs électeurs à coups de subventions.

  • Cher H16, juste une demande… (Peut-être répondrez-vous ?).
    J’ai (honteusement, certes) copié le dessin central de Yori. Ma petite fille (institutrice / pardon, Professeur des écoles) adore.
    Et souhaiterait le polycopier pour ses élèves de CM2 (qui, en plus, pourraient le colorier, c’est plus rigolo).
    Permission accordée ou faut payer le copyright ?
    Non, en plus, ce n’est pas une plaisanterie, mais la lutte des « petites gens » contre La R’dictature En Marche.
    Merci

  • Le plan chez les taulards, il se met dans le c…

  • L’Allemagne c’est passionnant …!! Cet exemple pour nous tous manque cruellement de cercueils…!!! Comme Bergame en mars 2019 , comme Mulhouse peu de temps après, alors on incinère …C’est quoi un mort..??? plus grand chose..Alors pour que François puisse partir au ski ..Libérez nous…!!!

    • Ah, l’argument émotionnel typique de la vacuité argumentaire…
      Vous ne reculez devant rien. 🙂

    • @sainté
      Bonsoir,
      Une crémation se fait avec un cercueil.
      A Meissen, ce n’est pas le manque de cercueils le problème : c’est le manque de place dans le crématorium pour les stocker. Ce problème vient du fait que le temps de paperasse a été multiplié par 6 :  » Normalement cela prend 15 minutes seulement, on arrive, on décharge, on va au bureau pour régler les papiers, et c’est terminé, Ces jours-ci, on est plus proche de l’heure et demie. » – Matthias Möbius, employé de pompes funèbres.
      (https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/covid-19-un-crematorium-allemand-deborde-par-l-afflux-de-cercueils-7117919)

      « ..Libérez nous…!!! »
      Vous n’avez pas compris l’article, ni le dessin.
      Une entreprise sur 3, en France, est au bord de la faillite. Une entreprise, c’est comme le François du dessin : l’une et l’autre font vivre plusieurs personnes. Ces personnes vont perdre leurs emplois, CDD, saisonniers, en premier, les CDI plus tard. Les patrons de restaurants, de bar, de magasins « non-essentiels » vont perdre leur gagne-pain. Ils seront tous fauchés.
      Rappelez-vous ce qu’on dit des quartiers émotifs et pourquoi ils le sont. Ils sont violents parce qu’ils sont pauvres, ils sont pauvres et violents à cause de la Société. Quand la Société sera fauchée, que va-t-il se produire selon ce mantra ?

      • Non mais je pousse le bouchon un peu loin je vous l’accorde…Cela permet de réagir..Je comprends très bien le dessin, mais ce que j’y vois surtout c’est énormément de précarité car François lui a visiblement une situation plus stable…Et cette précarité interroge quand même beaucoup..Cela peut-être un choix de vie..Aucun problème !!! mais souvent c’est une nécessité qui vient souligner que notre pays est souffreteux et d’un dynamisme socio professionnel de lémurien..

        • @sainté
          Bonjour,
           » j’y vois surtout c’est énormément de précarité car François lui a visiblement une situation plus stable »
          Bien sûr ! Comme si le smicard n’allait pas au ski.
          La France ne compte (ne comptait) pas que Méribel, Chamonix, ou les 2 Alpes comme stations de ski.
          La précarité en France est surtout due aux ponctions étatiques. Et en ce moment, elle est surtout due aux décisions politiques lesquelles entament allègrement le droit de sûreté.

  • Macron ne se soucie pas trop des problèmes économiques pour l’instant, le fond de garantie de l’état, c’est les assurances vie, pensions privé etc…il y en a pour plus 1170 milliards d’Euros en reserve

    • @Iris
      Bonjour,
      Quand Bruno Le Maire a commencé à parler de l’épargne des français ça sentait mauvais.
      Le montant de cette épargne était de 5 367 milliards d’euro au 3ème trimestre 2019.
      Sans oublier que France Stratégie a pointé du doigt les terrains privés bâtis que l’Etat pourrait s’approprier par la loi. Ca ressemble fort à une hypothèque non consentie contractée par un tiers n’ayant aucun droit.

  • Quel plan ? Macron avait fixé des seuils (5000 contaminés par jour, 3000 hospitalisés), nous les dépassons largement (26000 contaminés) et nous ne prenons plus de mesures ? Décidément, difficile de faire confiance à la parole de ce gouvernement.

    • Des nombres qui n’ont aucun fondement! Attention pas 5000 contaminés par jour, 5000 testés positif, qui peuvent être ni malades ni contagieux. Même l’OMS a demandé de réduire le nombre de cycles pour identifier les vrais malades.

  • Allons que dites vous cher messire ? Ce covid va au contraire libérer Fanny,Samir, Thierry, Gaëlle, Nico … de leur exploitation par l’infâme François que dis-je de leur esclavagisme, lesquels vont désormais pouvoir se tourner l’oeil humide et reconnaissant vers le vrai sauveur, détenteur du bon et du bien en un mot l’état, trop heureux de retrouver ses brebis égarées , euh bah non , ce dernier va se demander comment diable aller les perdre en forêt ou les noyer dans une bassine.

  • Excellente analyse et mamheureusement si juste

  • désespérant
    mais jusqu’à quand supporterons nous ses incompétents hauts parleurs mais bas faiseurs?

  • Le dessin est superbe mais pourquoi opposer les riches et les autres? Nous sommes tous le riche d’un autre et inversement… et ceux qui ont les moyens d’aller au ski ne peuvent pas utiliser les remontées mécaniques !!!

  • Le dessin est superbe mais pourquoi opposer les riches et les autres? Nous sommes tous le riche d’un autre et inversement… et ceux qui ont les moyens d’aller au ski ne peuvent pas utiliser les remontées mécaniques !!! La division est le poison de notre France et il permet à des politiques incompétents de vivre toute leur vie confortablement sur nos impôts.

  • Absurdum a toujours raison :Après l’arrêt définitif du nucléaire il est sûr que l’on arrivera à faire rouler les véhicules électriques au charbon que l’on aura économisé. De même si les gens détestent le confinement, il suffit de les confiner très serré quelques temps pour réjouir les veaux lorsque l’on déconfinera. Si JOE nous a supprimé le vaccin de Trump, c’est pour nous éviter d’être empoisonnés comme par le vaccin anglais qui tue les vieux, c’est bien connu. etc.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don