Année du singe : quelles tendances pour l’or en Chine ?

Les Chinois sont les plus gros demandeurs d’or du monde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
chinese new year by Simon Roberts(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Année du singe : quelles tendances pour l’or en Chine ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 février 2016
- A +

Par Jean-François Faure
Un article de l’Or et l’Argent

chinese new year by Simon Roberts(CC BY-NC-ND 2.0)
Chinese new year by Simon Roberts(CC BY-NC-ND 2.0)

 

L’année chinoise a démarré fort le lundi 8 février, avec une belle crise financière ! Que dit l’année du singe ? Les marchés boursiers vont-ils continuer de faire des singeries toute l’année ? Il est probable que oui. En tout cas, seuls les efforts individuels seront payants.

Que dit l’année du singe ?

Le singe en astrologie chinoise, n’est pas rassurant. L’animal, bavard et exubérant, a tendance à s’éparpiller et à faire prendre ses vessies pour des lanternes. Il invite à sortir des conventions pour trouver des solutions originales.

L’année promet d’être animée, en bon comme en mauvais. Sur le plan collectif, ce n’est pas une année idéale pour tirer des plans sur la comète, planifier, stocker, épargner. Il ne faudra pas compter sur le soutien politique pour faire avancer les choses.

Sur le plan individuel, vous pourrez en revanche compter sur vous-même et votre malice pour obtenir des résultats et tirer votre épingle du jeu. C’est en substance exactement la tendance de la Chine vue par le prisme de l’or en 2015.

L’appétit chinois en or devrait se renforcer

Malgré un fort ralentissement économique et de successives dévaluations du yuan, la demande en or des particuliers en Chine a été étonnamment résistante en 2015, et elle devrait se poursuivre ainsi en 2016.

D’après les chiffres du  rapport du World Gold Council, la demande s’est concentrée sur les lingots et les pièces de monnaie, les particuliers ayant recherché l’or comme valeur refuge et protecteur de fortune, pendant que la devise nationale battait de l’aile. La demande en ETFs a quant à elle littéralement explosé de 21%, entre le dernier trimestre 2014 et le dernier trimestre 2015.

Avec 1,762.3 tonnes d’or (déclaré) à son actif, la banque centrale de Chine est la 6ème plus importante réserve d’or mondiale.

Le climat général étant à l’insécurité sous le signe du singe et les Chinois étant particulièrement férus d’astrologie, ils pourront continuer d’être, en 2016 encore, les plus gros demandeurs d’or mondiaux, pour assurer leurs arrières.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chers lecteurs, chers citoyens, vous tous qui me lisez par choix ou par hasard, n’attendons pas sagement que la future Assemblée législative s’installe au palais Bourbon. N’attendons pas sagement que le gouvernement dicte le tempo et le contenu des débats. Exigeons dès maintenant la levée de toutes les mesures d’urgence sanitaire qui perdurent sous la forme d’une loi de transition autorisant le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire, pass vaccinal compris, jusqu’au 31 juillet 2022.

Compte tenu de l’imminence de la date butoir, le... Poursuivre la lecture

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles