Consommation : le courage de lire les étiquettes

Le consommateur est invité à faire preuve d’un peu d’esprit critique quand il lit les étiquettes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
supermarché-chat_44-(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Consommation : le courage de lire les étiquettes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 août 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé

supermarché-chat_44-(CC BY-ND 2.0)
supermarché-chat_44-(CC BY-ND 2.0)

Les consommateurs sont toujours invités à lire les étiquettes afin de connaître le contenu de leur aliment. Il peut arriver qu’il faille un certain courage pour les lire jusqu’au bout. Outre que les noms des produits ajoutés sont souvent donnés dans leur forme savante, donc hermétique à la pratique commune, les termes choisis font souvent peur. C’est au hasard de ces lectures que l’on découvre que les rillettes de canard contiennent surtout du porc (car moins cher), que le lait est abondamment utilisé pour densifier les produits (il faut bien écouler les excédents), que le sucre se retrouve dans de nombreuses compositions. À cela, les industriels ajoutent de multiples intrants : conservateurs alimentaires, colorants, exhausteurs de goût.

Tout cela est décrié par les consommateurs, mais c’est néanmoins ce qui permet au pot de rester ouvert des semaines dans le frigo sans pourrir, ou bien d’être oublié dans le placard, et toujours consommable. C’est ce qui fait que votre yaourt à la fraise a plus le goût de fraise que la plus parfumée des gariguettes, sans contenir une once de fruit, et que la texture des produits est stabilisée et onctueuse. Le consommateur dénigre ces ajouts, tout en les demandant. Le goût naturel n’existe pas, puisque le goût est quelque chose qui s’éduque, dès la prime enfance et tout au long de la vie. Le goût est intrinsèquement culturel, et il dépend de l’éducation que l’on a reçue. Des palais immatures et non formés ne pourront jamais apprécier la subtilité des saveurs des fruits frais, le savoureux des herbes sur une viande, la délicatesse du pain au levain. L’éducation au goût est un combat culturel au même titre que l’enseignement des autres facettes de la culture.

Avec un peu d’humour et un regard décalé on pourra trouver drôle les noms des conservateurs : leur dénomination chimique est absconse pour tous ceux qui n’ont aucune mémoire de leurs cours de laboratoire, mais les noms donnés ont malgré tout quelques saveurs poétiques. À les lire, on croirait rencontrer les noms des Pères de l’Église tels qu’ils sont traduits dans la collection Source chrétienne. La famille des sodiums par exemple, avec Nitrate de sodium, Nitrite de sodium et Ascorbate de Sodium n’est pas sans rappeler la grande lignée des évêques d’Alexandrie : Athanase, Théophile et Cyrille. On imagine très bien Sodium comme une ville en ruine quelque part dans le désert de l’antique Syrie. Avec ses archéologues qui fuient l’avancée de Daesh, essayant de sauver les précieux manuscrits d’Ascorbate et de Nitrite.

La ville de Potassium, située le long de la route des oasis, entre Ammonium et Carbone, a elle aussi ses grands noms de la théologie antique : Acétate de Potassium, le premier d’entre eux, son frère, Diacétate, Nitrate et Métabisulfite, un prénom peu donné de nos jours. Comment imaginer que ces augustes philosophes des rives de la Méditerranée en sont réduits à donner saveur et goût à des aliments chimiques et pasteurisés ? Mais n’est-ce pas aussi le propre de la philosophie que de donner de la saveur à notre existence ? Avec un peu d’imagination, les étiquettes les plus artificielles peuvent devenir des objets de rêverie.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Article bien trop littéraire pour moi.

  • moi je ne lis que l’étiquette du prix et que le produit ne se vante pas de qualités qu’il n’a surement pas …mais j’ai surement tort 😉

  • Début d’article intéressant 🙂 Notamment sur l’éducation du goût et la schizophrénie de certains consommateurs sur les produits.

    Mais le manque de culture scientifique ne serait-il à regarder aussi ? Dans le sens où la science devrait permettre de demystifier les aspects quotidiens de notre vie, vient au final les complexifier (avec les noms abscons, etc…), à minima, les rendre imperméables à un non initié. Et aussi, en France, une défiance vis-à-vis de la science et des progrès scientifiques qui n’aide pas 🙁

    • « avec les noms abscons »

      NON ! Ce sont justement les seuls noms valables car vous pouvez en déduire la structure de la molécule et donc avec de la chance la rapprocher avec certaines autres que vous connaissez déjà .

  • L’auteur est parti en live à mi-parcours. L’article a dû être refusé par Le Petit Quotidien. 😀
    Ça me rappelle ces pubs abêtissantes (style Caisse d’Epargne) où le client est comparé à un animal.
    Il y avait pourtant matière à développer sur les différents additifs naturels ou synthétiques.

  • Un peu d’humour (de gastronome, de réaliste et fin lettré qui plus est) dans ce monde de brutes qu’est la « nourriture industrielle » c’est un plaisir fin.

    Merci pour ce billet !

  • Les fraises n’ont plus de gout!

    A quand la fraise parfum fraise?

    (Je ne parle même pas des tomates…)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jonathan Frickert. 

Ce matin, comme chaque jour, j’ai pris le train pour aller travailler. En marchant jusqu’à la gare, j’ai pu voir un graffiti sur un mur : « Travaille, emprunte, consomme, crève », était-il écrit.

Un tag anodin, d’autant que je ne saurais dire depuis combien de temps il était sur ce mur. Loin de toutes les questions de respect du droit de propriété d’autrui, la première réflexion qui m’est venue portait sur l’incroyable contrainte que l’auteur a voulu révéler quant au système capitaliste. « Consomme ».

... Poursuivre la lecture
prix des roses
0
Sauvegarder cet article

Par Don Mathews. Un article du Mises Institute

Un jour d'amour, de romance, et bien sûr, de mise sur le marché.

Aujourd'hui, les amoureux à travers les États-Unis, le Canada, le Mexique, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et la plupart des pays de l'Europe ont acheté des roses pour leur bien-aimé. Les roses sont un cadeau magnifique. Et particulièrement coûteux, notamment à la Saint Valentin.

À l'échelle nationale, les prix des roses doublent ce jour-là par rapport à la plupart des autres jours de l'année.

Pourquoi l... Poursuivre la lecture

Par Bill Wirtz.

La situation à l'usine 3M de Zwijndrecht en Belgique a ramené les produits chimiques PFAS dans l'actualité. Alors que les législateurs du monde entier s'intéressent de plus en plus à ces substances, nous devons nous rappeler que nous ne pouvons pas peindre une gamme de 5000 produits chimiques avec un seul pinceau.

Ce qui s'est passé exactement à l'usine 3M de Zwijndrecht n'a pas encore été établi. L'entreprise fait actuellement appel de la décision du gouvernement d'arrêter la production à la suite de la découver... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles