Bitcoin : l’émancipation de l’économie réelle est-t-elle possible ?

Une économie libre et efficace est-t-elle finalement possible ? Va-t-on assister dans les années à venir à une émancipation réelle de l’économie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bitcoin (Crédits Antanacoins, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bitcoin : l’émancipation de l’économie réelle est-t-elle possible ?

Publié le 17 juin 2015
- A +

Par Rami Ben Nejma.

bitcoin (Crédits Antanacoins, licence Creative Commons)
bitcoin (Crédits Antanacoins, licence Creative Commons)

Le système financier est sur le point d’évoluer drastiquement. Une nouvelle révolution technologique vient pénétrer ce marché démesuré de plusieurs milliers de milliards de dollars et persiste à s’imposer et à redéfinir les règles de jeu.
Les économistes aujourd’hui sont de plus en plus consensuels et les solutions qu’ils proposent ne sont pas assez convaincantes. Par contre, le système Bitcoin peut présenter des solutions adéquates : système décentralisé, facilité d’investir, libre commerce, commission sur transaction nulle et respect des droits de propriété individuelle.

Une économie libre et efficace est-t-elle finalement possible ? Va-t-on assister dans les années à venir à une émancipation réelle de l’économie ?

Le Bitcoin, par nature, n’a aucune valeur. C’est une simple information transitant entre un émetteur et un récepteur. L’émetteur utilise cette monnaie afin de satisfaire un besoin d’achat selon sa propre valeur d’usage en termes d’aliénation. Ainsi, le récepteur peut accepter ou pas cette offre selon sa propre valeur d’usage en terme d’acquisition. Ceci est l’objectif de n’importe quelle monnaie dans le monde. Sauf que le Bitcoin ne peut être ni contrôlé, ni régulé. Et même si l’État, d’une part, peut déclarer illégale l’utilisation de Bitcoin, il ne dispose point des moyens pour appliquer ce genre d’interdiction. D’autre part, il pourrait officialiser l’utilisation de cette monnaie afin de pouvoir taxer les transactions professionnelles, mais cela ouvrirait le jeu à toutes les autres transactions. Et même si ces dernières sont détectables, elles ne sont guère contrôlables, au même titre que les échanges en cash.

Ce nouveau système révolutionnaire est une sacrée potentialité en de nombreux domaines, en premier lieu le domaine financier et pour tout autre relatif à la monnaie, et donc in fine, l’État. Mais ce potentiel ne peut être réalisable qu’avec l’adoption de cette monnaie par la majorité du grand public. Or, l’entrée d’une nouvelle technologie sur un marché quelconque offre toujours des avantages à ses utilisateurs potentiels en comparaison avec les anciennes, mais se heurte à l’opposition de ceux profitant des anciennes technologies. Plus la concurrence est importante, plus les résistances sont fortes. Le rythme de son adoption dépendra donc de la conclusion du conflit entre ceux qui perçoivent l’intérêt de cette nouvelle technologie et ceux qui y voient une menace.
Cela dit, l’existence des bitcoins est assurée par les transactions passées dans une blockchain et il n’existe nulle part ailleurs un autre programme ayant le moyen d’y accéder. Cette autoprotection satisfait intégralement la fonction de dépôt du système bancaire actuel et même les autres fonctions des banques de dépôt qui sont assurées parfaitement par le système Bitcoin. Ainsi, ce dernier se passe des banques, y compris les banques centrales, et donc l’État.

Le système Bitcoin est un sérieux compétiteur aux sociétés de transfert de fonds comme Money Gram ou Western Union, jusqu’à l’effacement de ces sociétés de notre système financier ; il offre aux immigrés la possibilité d’envoyer des fonds à leur pays natal sans avoir à débourser 10% de commission. Éric Larchevêque voit en Bitcoin la possibilité de « bancariser » carrément les ménages sans avoir recours à une intermédiation bancaire.

Satoshi Nakamoto avait pour seul but de permettre à n’importe qui de réaliser des opérations financières sans aucune intermédiation. Le langage de scripts de système Bitcoin va jusqu’à la réalisation des opérations complexifiées, autres que le simple paiement, les dépôts et les crédits, les instruments financiers et les marchés dérivés. Tout individu maîtrisant ce langage peut inventer son propre instrument financier, définir les scripts afférents, et créer même le « wallet » qui permet l’exploitation de cet instrument et le proposer notamment sur le réseau. C’est ici qu’apparaît l’impact réel de cette technologie sur notre économie, l’évolution de ce système décentralisé et son extension mondiale, l’infinité des devises alternatives émergentes en concurrence les unes avec les autres, des actions et des obligations commercialisées sur internet d’une manière anonyme et sans passer par l’État.

Le système financier actuel souffre d’un obscurantisme despotique rendant les simples opérations financières complexes et dispendieuses pour les ménages, comme l’ouverture d’un compte bancaire et les virements bancaires. Aujourd’hui, plus de 5 milliards d’individus dans le monde ne bénéficient pas des services financiers de base. L’avenir du nouveau système peer to peer est de satisfaire la majorité des fonctions d’une banque afin de démocratiser et de décentraliser le système financier.

Aujourd’hui, les gouvernements du monde entier réfléchissent sérieusement au sujet de Bitcoin et étudient ses aspects juridiques, financiers et fiscaux depuis que son prix a connu un peu de stabilisation et est devenu de moins en moins erratique. Au-delà des enjeux fiscaux et juridiques, c’est l’entrée à la concurrence d’une monnaie incontrôlable par l’État qui inquiète surtout les gouvernements.

Tous ces phénomènes participent à l’accroissement de la valeur de Bitcoin et de toute monnaie numérique potentielle, et l’ont fait passé d’une monnaie « souterraine » à une monnaie concept. Alors qu’elle était complètement ignorée par les autorités politiques et financières, elle est même devenue un enjeu sérieux de réflexion autour de sa globalisation financière et les réponses qu’elle pourrait apporter à la crise économico-financière.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Je pense que pour le moment, le bitcoin est bien trop fluctuant pour servir de monnaie « universelle ».
    Mais cela va peut-être se stabiliser lorsque tous les bitcoins seront sur le marché (je crois que la limite max de bitcoins produits n’est pas encore atteinte).

  • Finalement, le bitcoin est un métal rare numérique s’ajoutant aux métaux précieux actuels. Il en possède toutes les qualités et même plus (les douanes ne peuvent pas le confisquer, et on n’a pas besoin de coffre).
    Mais il a une faiblesse majeure:
    C’est un procédé mathématique simple et rien n’empêche une autre officine (Amazon l’a déjà fait) de le cloner pour créer son propre nouveau métal numérique qui pourra le concurrencer.
    Les mathématiques nous apportent là ce que la physique nous refuse: une infinité potentielle de métaux précieux donc la dilution de l’effet de rareté.
    La confiance dans les différentes variantes de coincoin reflétera la confiance dans leurs émetteurs respectifs: on est ramené au problème précédent.

    • Vrai et faux.
      Oui ils peuvent cloner le Bitcoin.
      Non, ils ne peuvent pas rivaliser en terme de sécurité.
      La sécurité du réseau est liée à sa puissance.
      Demain si Google mettait toute sa puissance de calcul dans le réseau Bitcoin, cela ne ferait même pas 1% du total, alors Amazon n’est pas prêt de rivaliser avec le Bitcoin 😉

      • Le réseau peer-to-peer bitcoin s’est construit spontanément, stimulé par l’appât du gain.
        Il a l’avantage de l’antériorité et il est devenu important (quoique négligeable par rapport à la puissance de calcul de Google), ce qui lui assure sa liquidité et sa popularité.
        Pour l’appât du gain, c’est fini, l’essentiel de la loterie ayant été attribué aux premiers joueurs et les prochains bitcoin coûtant tellement de kWh à gagner que plus personne n’y perd son temps.
        Mais l’appât du gain étant un invariant universel ne demande qu’à se reporter ailleurs.
        Un clone coincoin pourrait faire merveille, il suffit de l’amorcer, ce que ni vous ni moi ne pourrions faire mais qui est parfaitemennt à la portée d’une grosse boîte avec suffisamment de biscuit (réductions, cadeaux etc…) et d’autant plus facilement qu’elle n’aurait à fournir aucune puissance de calcul , par définition, puisque le procédé fonctionne en peer-to-peer.

        • C’est de la jalousie.

          Evidemment, ceux qui ont cru au départ, ceux qui on pris des risques sont ceux qui sont récompensés aujourd’hui. On peux dire la même chose de Bill Gates : « oh là là » il a lancer le PC à l’époque où le PC n’était pas aussi populaire qu’aujourd’hui, donc le PC, c’est mal, ça ne fonctionnera jamais ».

          En tout cas, ne vous arrêtez pas, les commentaires de ceux qui ne connaisse rien au Bitcoin, c’est très drôle.

    • « C’est un procédé mathématique simple et rien n’empêche une autre officine (Amazon l’a déjà fait) de le cloner pour créer son propre nouveau métal numérique qui pourra le concurrencer. »
      Impossible, le Bitcoin est un réseau décentralisé par nature. Pour le copier il faut obligatoirement accepter sa nature décentralisé. Un équivalent centralisé ne serait pas sécurisé comme le Bitcoin et ne serait donc pas comme le Bitcoin.
      De plus, un clone du Bitcoin n’a aucune valeur car la confiance et la sécurité repose sur la taille et la puissance du réseau. Il n’existe pas d’équivalent au réseau Bitcoin.
      Un monnaie reposant sur un réseau non sécurisé n’a aucune valeur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

poutine inflation
2
Sauvegarder cet article

La publication de l'indice des prix à la consommation (IPC) de mai 2022 a été pire que ce que prévoyaient pratiquement toutes les prévisions. L'IPC d'une année sur l'autre s'est établi à 8,6 %, ce qui est non seulement plus élevé que prévu, mais constitue un nouveau record depuis quatre décennies. L'IPC d'un mois sur l'autre (avril à mai) a également été plus élevé que prévu : 1 % contre 0,7 % prévu. La publication de lundi montre clairement que la Fed est à la traîne en termes d'utilisation de mesures politiques pour freiner la hausse des pr... Poursuivre la lecture

bitcoin
0
Sauvegarder cet article

Depuis quelques semaines, les mauvaises nouvelles sur le front des crypto-monnaies se multiplient. D’aucuns n’y voient qu’une nouvelle occasion d’y investir  — « Buy the Dip ! », telle une incantation chamanique — d’autres prédisent l’effondrement de tout le système crypto. L’hypothèse ici soutenue est que le concept le mieux à même de rendre compte de la phase actuelle est celui de bank run — ou panique sur les banques cryptos.

Le défi actuel du monde crypto est facile à comprendre. Le concept-clef est celui de convertibilité. Il faut... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles