CMU en Côte d’Ivoire : les enjeux et les défis

Beaucoup de personnes ont applaudi la décision de lancer une CMU en Côte d’Ivoire, mais quels en sont les enjeux et les défis ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le président ivoirien Alassane Ouattara (Crédits CSIS, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

CMU en Côte d’Ivoire : les enjeux et les défis

Publié le 5 mars 2015
- A +

Par Germain Kramo.

Le président ivoirien Alassane Ouattara (Crédits CSIS, licence Creative Commons)
Le président ivoirien Alassane Ouattara (Crédits CSIS, licence Creative Commons)

 

Dans le souci d’offrir une couverture sociale à la majorité des Ivoiriens, le gouvernement de Côte d’Ivoire a initié un système de couverture maladie universelle (CMU). Le lancement de l’opération a débuté avec l’enrôlement du président Alassane Ouattara le 03 janvier 2015. Beaucoup de personnes ont applaudi cette décision, mais quels en sont les enjeux et les défis ?

La moitié de la population ivoirienne vit en dessous du seuil de pauvreté (moins de un dollar par jour). Cette frange de la population n’a pas accès aux services de base. Elle constitue la frange la plus vulnérable de la société. Selon le premier ministre de Côte d’Ivoire, 85 à 90 % de la population ivoirienne ne bénéficie d’aucune couverture sociale. En outre, des risques sociaux majeurs tels que la maladie et le chômage ne sont pas suffisamment, sinon pas du tout couverts par le système actuel. En principe, la mise en place de la couverture maladie universelle va donc permettre aux plus défavorisés de se soigner à moindre coût dans les différentes structures sanitaires du pays. Dans le scénario de l’actuelle CMU à mettre en place, 17 % de la population serait couverte la première année, un pourcentage qui atteindrait 40 % d’ici 2025. Pour que ce noble projet soit couronné de succès, un certain nombre de défis doivent être relevés.

L’impact budgétaire de cette réforme pourrait être considérable à moyen terme. Les coûts de lancement du système sont estimés à environ 15 milliards de francs CFA en 2014. Les contributions mensuelles (1.000 francs CFA par mois et par personne assurée) constitueraient la principale ressource du système. Cette contribution bien qu’élevée pour les plus démunis, demeure faible et pourrait entraver la pérennité de ce système. De plus, étant donné qu’une part élevée de la population n’aura pas les moyens de s’offrir cette assurance, l’État subventionnera partiellement les ménages les plus pauvres, avec un coût annuel estimé à 0,2 % du PIB selon la couverture. Autrement dit, ce système va reposer en grande partie sur le budget de l’État. Cela creusera certainement le déficit budgétaire avec le risque d’une hausse de l’endettement et la mise à mal de la stabilité macroéconomique.

Selon la ministre française des Affaires Sociales, le déficit de la sécurité sociale française serait de 13,4 milliards d’euros. Ce déficit de la sécurité sociale a explosé le déficit budgétaire de la France. Si la Côte d’Ivoire ne veut pas répéter les mêmes erreurs que d’autres pays, elle doit pouvoir diversifier les sources de financement de la CMU pour assurer sa pérennité. Sinon en cas de crise, c’est la CMU qui en pâtira la première, à l’image des expériences récentes des pays européens en récession dont les plans d’austérité ont ciblé en premier la réduction des coûts des systèmes de sécurité sociale.

Un autre défi important à relever est l’insuffisance des infrastructures sanitaires aggravée par le vieillissement du plateau technique bien que le gouvernement ait investi d’importantes sommes pour réhabiliter certains centres de santé, en rééquiper d’autres et en construire de nouveaux. La mise en place de la CMU va accroître la demande de soins de santé sans pouvoir forcément trouver en face une offre suffisante. Par ailleurs, selon les statistiques de la Banque Mondiale, la Côte d’Ivoire dispose d’un médecin pour 10.000 habitants contre 3,2 médecins pour 1000 habitants dans les pays de l’OCDE. Les statistiques indiquent aussi que la Côte d’Ivoire dispose de moins d’un lit pour 1000 habitants soit quatre lits pour 10.000 habitants. En conséquence, cette volonté politique d’assurer les soins aux plus démunis, risque de se heurter à l’insuffisance de l’offre tant quantitativement que qualitativement.

La gestion rigoureuse et efficace de la CMU demeure certainement l’un des défis majeurs à relever. La bonne gestion des cotisations est indispensable pour la viabilité et son efficacité. Les problèmes récurrents de mauvaise gouvernance dans l’administration ivoirienne seront un frein à la réussite de la CMU. En 2013, la Côte d’Ivoire occupait le 137ième rang sur 177 pays, selon le classement de Transparency International sur la perception de la corruption. L’absence de maîtrise du problème de corruption et l’utilisation des ressources issues des cotisations pour financer des dépenses publiques sans aucun lien avec les problématiques de protection sociale pourraient entraver la bonne marche de ce système. La compétence et l’intégrité des personnes en charge de la CMU seront des variables très importantes pour atteindre l’efficacité. Pour rappel, à la sortie de la crise post-électorale de 2011, le gouvernement ivoirien a institué la gratuité des soins dans les hôpitaux publics. Dans l’application de cette mesure, on a assisté au détournement des médicaments par le personnel médical et les patients. Ces médicaments détournés étaient revendus dans les rues.

Par ailleurs, avec des remboursements garantis, on n’incite pas les usagers à une consommation responsable des soins et des médicaments. C’est le problème d’aléa moral : plus je suis assuré, moins je suis incité à faire attention. Cela engendrera, à terme, une surconsommation des médicaments et des soins. Par conséquent, il y aura une explosion des dépenses de l’assurance maladie, un déficit de la caisse, et donc aggravation du déficit public. Enfin, rappelons que la CMU n’est pas autre chose qu’un nouveau monopole public, en l’occurrence de sécurité sociale. Ce monopole pourrait accroitre le coût des prestations, entraîner des prestations de qualité médiocre, des rentes de situation, etc.

En définitive, la mise en œuvre de la CMU vise à permettre à une grande partie de la population d’accéder aux soins de santé. Mais le meilleur moyen de démocratiser l’accès aux soins de santé est de promouvoir une concurrence saine dans le secteur. Le gouvernement ivoirien doit donc promouvoir le développement d’une offre privée compétitive et mettre en place un cadre propice à l’investissement privé et à la concurrence saine, qui permettront, à terme, aux populations ivoiriennes d’accéder sans encombre aux soins de santé.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Adem K Abebe[1. Extraordinary Lecturer and editor of ConstitutionNet, International Institute for Democracy and Electoral Assistance, University of Pretoria.]. Un article de The Conversation[2. Traduit de l’anglais par Catherine Biros pour Fast ForWord.]

Le président ivoirien Alassane Ouattara (78 ans) a finalement confirmé le 20 août dernier qu’il briguerait un troisième mandat en octobre. Quelques jours plus tard, le parti au pouvoir en Guinée a demandé au président Alpha Condé (82 ans) de se présenter pour la troisième fois.

... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Par Safiatou Ouattara. Un article de Libre Afrique

Dans sa politique de décentralisation, le Président ivoirien, Alassane Ouattara ambitionnait de faire des régions du pays des pôles économiques et de développement. Cette politique devrait contribuer à réduire les inégalités régionales. Cependant, à quatorze mois de la fin de son second mandat, force est de constater que sa politique de développement local a échoué et les inégalités régionales demeurent une réalité. Le sud et sud-ouest sont développés avec davantage d’infrastructures c... Poursuivre la lecture

Par Safiatou OUATTARA[1. Chercheuse ivoirienne.].

Un article de Libre Afrique

La loi réformant la Commission Électorale Indépendante (CEI) a été adoptée par l’Assemblée nationale (124 voix contre 78) le 30 juillet dernier. La commission centrale de la CEI, passe de 17 à 15 membres et sera composée d’un représentant du chef de l’État, d’un du ministère de l’Intérieur, d’un du Conseil national de la magistrature, de six représentants de la société civile, de trois représentants du parti au pouvoir et, enfin, de trois autres pour l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles