L’échec de l’État en Afrique

La gouvernance en Afrique repose sur un système politique d’importation incompatible avec ses institutions profondes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Burkina faso roi crédits Alfred Weidinger (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’échec de l’État en Afrique

Publié le 24 juillet 2014
- A +

Par Diallo Amadou.
Un article du Imani Center for Policy and Education.

Burkina faso roi crédits Alfred Weidinger (licence creative commons)

En Afrique, on peut lier la « mal gouvernance » à ce qui commence à être massivement reconnu comme un handicap majeur des sociétés africaines post-indépendance, à savoir l’inadaptation structurelle et fonctionnelle de l’État et des institutions héritées du colonialisme, et mécaniquement plaquées chez nous, avec un mimétisme voire une servilité dont on ne cesse aujourd’hui de mesurer les conséquences plus que désastreuses dans la gestion quotidienne de nos sociétés.

La pire des gouvernances possibles

C’est ce que David Gakunzi a si bien décrit en ces termes : « l’indépendance, au lieu d’être une occasion pour les Africains d’associer les apports positifs de l’extérieur à ce qu’il y avait de meilleur dans le patrimoine africain de la gouvernance, a été souvent le point de départ d’une ruée vers le pouvoir brut en amalgamant le pire de l’Afrique au pire de l’extérieur. Les fonctions de l’État dont nous avons hérité, c’est l’appareil coercitif et répressif. L’emballage du système, la tôlerie, le hardware et non pas le principe, le logique (le software), l’esprit qui justifie l’institution : par exemple, la soumission à la mère des lois qu’est la Constitution, la permanence, l’impersonnalité de l’État, sa distance et sa neutralité minimale à l’égard des citoyens ou des partis considérés comme égaux, le respect de la séparation des pouvoirs par l’exécutif, lequel accapare souvent tout l’espace et s’identifie à l’État au détriment du législatif et du judiciaire » .

Il est donc incontestable que « l’État importé » a notoirement échoué, non seulement en matière d’orientation, d’organisation et d’impulsion de nos économies, mais aussi dans l’accomplissement de la fonction qu’il s’était assignée par-dessus toutes au début, à savoir l’édification de « nations » cohérentes, unies et stables parce qu’intégrant harmonieusement leurs différentes composantes culturelles, ethniques, sociales ou régionales. Les politiques d’ajustement ont fait le reste, en prônant le « désengagement » de l’État de l’activité économique au profit d’un secteur privé souvent mythique ou trop organiquement lié aux bourgeoisies bureaucratiques locales pour pouvoir constituer encore une véritable alternative et dont l’assimilation des principes de la rationalité capitaliste laisse encore beaucoup à désirer.

Une bourgeoisie encore féodale

C’est là, du reste, une des caractéristiques fondamentales et rétrogrades de la bourgeoisie « indigène » dans nos pays sous-développés et arriérés. Bien qu’employant des méthodes modernes de production, elles sont incapables de donner du travail à la majeure partie de leurs populations du fait de l’insuffisance de la part du produit à prélever et à investir afin de réaliser le processus d’accumulation. Cette difficulté pour libérer une fraction du revenu afin d’accroître le capital global existant s’explique en grande partie par le fait qu’il existe dans nos pays des couches privilégiées mais terriblement arriérées, voire féodales, et que l’on ne saurait nullement qualifier de bourgeoisies nationales. Elles se livrent à une consommation exagérée et, au lieu d’accumuler pour investir, comme l’exigent les lois de l’économie capitaliste, consomment, sous des formes variées et souvent improductives, une part trop importante de leurs revenus consacrés à des futilités comme l’achat de véhicules de grand luxe, la construction de châteaux somptueux, l’organisation, en permanence et à toute occasion, d’agapes dignes des romains, la pratique effrénée de la luxure, etc.

Cette « démission » de l’État s’étend aussi aux secteurs sociaux les plus essentiels, ce qui a conduit, très souvent, les populations à essayer de survivre par ce que l’on a appelé fort justement une « économie de la débrouille », donc à se passer autant qu’elles le peuvent des services de l’État. Tout cela a progressivement ruiné à leurs yeux l’utilité et la légitimité dont l’État pouvait encore se prévaloir et a fortement réduit son autorité sur la société. Il s’en est suivi un désordre social découlant du sentiment, de plus en plus répandu, que n’importe qui a le droit de faire ce qu’il veut ou estime être juste, impunément.

Ainsi, le recul de la notion « d’intérêt général » est sérieusement mise à mal par la tendance, un peu trop voyante, des élites dirigeantes à se « servir » sans se préoccuper du sort de la majorité, mais aussi par l’impunité scandaleuse garantie parfois aux crimes notoires que certains individus bien en cour commettent contre le bien public. Il n’est donc pas étonnant qu’on assiste, de façon inquiétante, au développement de toutes les formes d’irrédentismes qui finissent par mettre en danger la survie même de la nation.

Le malheureux exemple du Burkina Faso

Au Burkina Faso, les exemples foisonnent et on peut dresser une longue liste de faits qui attestent de la faiblesse de l’autorité de l’État. Les comportements irrédentistes chez de nombreux citoyens appartenant à différentes catégories socio-professionnelles l’attestent amplement (taximens, commerçants, boulangers, bouchers, fonctionnaires de l’administration, etc.). Nous nous limiterons, seulement, à indexer l’anarchie, l’inconscience et même l’arrogance d’une grande majorité des automobilistes, des cyclomotoristes et des cyclistes qui ignorent royalement le code de la route, dans l’indifférence totale des agents de sécurité, plus préoccupés par « la sécurité de leur oesophage ». Même le journal officiel qui est une des mémoires sacrées de l’État a été violé et profané sans que l’autorité ne s’en préoccupe nullement. Cet acte à lui seul consacre, à notre sens, la mort de l’autorité de l’État au Burkina Faso. Sans exagérer, on peut dire que c’est une véritable culture de « hooliganisme » qui est érigée en règle de vie au sein d’une grande partie de la société burkinabè.

L’insécurité et la violence qui se développent à une échelle inquiétante dans nos villes et dans nos campagnes (meurtres sauvages, braquages multiples, routes peu sûres, quartiers périphériques inaccessibles à la nuit tombée, etc.), ne sont finalement que les résultantes, somme toute naturelles, de cette incapacité de l’État à assumer ses fonctions essentielles. Or l’Humanité n’a pas connu, durant toute son histoire, un seul exemple de pays qui se soit développé dans de telles conditions, c’est-à-dire sans l’existence d’un État capable, du fait de la légitimité et de l’autorité incontestables qu’il peut tirer de la conviction largement partagée par les citoyens qu’il est bien à leur service, de contraindre tout le monde au respect du bien public, d’instaurer l’ordre nécessaire pour garantir la liberté des individus et la sécurité de leurs biens et de leurs personnes, de mettre la société au travail dans la discipline, l’unité et la mobilisation de tous et, enfin, d’organiser la répartition juste et équitable des fruits du travail collectif.


Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Si les indépendances en Afrique ont été désastreuses (autant que peut l’être le fait de virer (théoriquement) des squatteurs sanguinaires de chez soi) la question qu’il faut se poser doit peut être porter sur la qualité de ces indépendances. Sommes nous indépendants sur tous les plans (économiques, politiques, psychologique etc.). Ces indépendances ne seraient elles pas juste de la poudre aux yeux, qui a débouché sur l’air des préfets noirs du type de Senghor, Boigny, Ahidjo et de leurs métastases ouatara, compaoré et sassou guesso et autres idiots?

  • Triste constat, l’auteur aurait pu y ajouter le facteur frontière anti-naturel et anti-national….chaque peuple se retrouve écartelé entre plusieurs états issus de la colonialisation…bref mille conflits en gestation …L’Europe a vécu tout cela, autrefois c’était l’aristocratie (de droit divin) qui se querellant sans cesse, imposait des frontières des taxes des guerre sur les peuples producteurs de richesse…Le destin de l’Afrique d’aujourd’hui est sans doute l’invention d’autres formes de gouvernement. Mais concrètement le constat est terrible…Combien de générations d' »élite » éduquées faudrat-il ? Je rêve à une approche Pan Africaine, tirant parti finalement de « l’homogénéïté » du constat mais aussi de lien linguistiques très forts (si au moins la colonisation pouvait avoir cet héritage positif) pour imaginer une sortie par le haut…à moins que ce soit dans les villages et les quartiers que se dessinent de nouvelles formes de gouvernement. On peut rêver de l’impact positif du téléphone portable pour tous pour permettre aux citoyens de base de reprendre l’initiative via des coopératives ou des associations de quartier…

  • pas besoin d’avoir fait sciences-po pour comprendre que s’il y a bien un continent, des pays, qui doivent être ultra-fédéralisé, c’est l’Afrique. Mais nos génies étatistes français ne peuvent pas comprendre, rien a faire des tribus, des régions etc, il fallait uniformiser des pas, les centraliser, c’est catastrophique.

  • Il a fallu quinze siècles pour constituer un état français solide ( on dit que c’est la violence de la guerre de 1914 1918 qui en a hâté l’accouchement …on ne parle même pas de la nation française ou de l’état nation , cela existe surtout pour les coupes du monde de fouteboll !!!
    Alors , pour l’Afrique , avec les frontières tracées au cordeau et ignorant ethnies , peuples , il y a de la marge pour arriver au résultat français , cependant , on rejette le tracé par les administrateurs coloniaux des frontières , il faut se poser la question de ceux qui
    * veulent garder leurs actuelles frontières , car elles les avantagent !!!
    * ou des autres qui n’en veulent plus mais ne savent pas par quoi les remplacer !!!

    • Oui c’est vraiment un vrai handicape. Et croire qu’il faudrait aux états africains passer par un processus de « nationalisation » , qui s’est traduit chez nous par beaucoup de sang versé, serait une erreur. Il faudrait inventer un autre mode « d’agrégation » Mais qu’en pensent nos amis africains?

      • marc ,

        Africains ou pas , il n’y a pas 36 modèles de fonctionnement d’états ( on laissera de côté nation et état nation !!!) , quand on a analysé l’état centralisé , concentré , l’état décentralisé ,déconcentré , l’état fédéral ( usa , Suisse , Allemagne ) que reste t’il comme possibilités à part les unions informelles qui engendrent anarchie et tyrannies ?
        Sachant , en plus , que dés qu’un état centralisé , fédéral …éclate , ses remplaçants veulent mettre en place un état le plus centralisé possible ( le pouvoir ) !!!

        • justement le cas Suisse est pas mal…la dernière guerre civile date de Napoléon 1er qui y était intervenu …on a oublié tout cela..

    • L' »Etat » français n’est en soi ni un objectif ni un exemple qui devrait guider les peuples Africains. Les peuples conçoivent des états qui leur ressemblent et correspondent à leurs aspirations. l’état français est le produit d’une culture patriarcale (qui s’est sédentarisée très récemment) dont l’identité s’est cristallisée autour du rejet de l’autre. La culture africaine est essentiellement matriarcale et sédentaire depuis des dizaines de milliers d’année (ou l’étranger n’est pas considéré à priori comme un paria).
      L’une des raisons de l’échec des états africains cotemporain provient de se paradoxe fondamental. Les états (Egypte antique, Punt, Axoum, Ethiopie, Ghana, Mali, Songhay, Zimbabwe, Kongo etc;) ont existé en Afrique des milliers d’année avant que la grece n’existât. Si nous voulons des exemples c’est vers cela que nous devons nous tourner et sans doute pas vers un modèle qui repose essentiellement sur la prédation (prédation envers les autres pays, envers les autres peuples, envers les membres les plus faibles (femmes, enfants étrangers etc.), envers la nature etc.)

      • C’est probablement bon pour le « moral » de se souvenir des splendeurs passées, mais ,or cas Ethiopie, il me semble que beaucoup de choses ont changé depuis …et je suis assez méfiant des exploitations des « hauts faits anciens », le dernier en date en Europe a été catastrophique: ce fut la guerre du Kosovo justement parce que la Serbie refusait d’accepter le fait que le Kosovo d’aujourd’hui n’avait plus rien avoir avec celui d’autrefois au sein du quel la nation serbe avait été fondée…C’est d’ailleurs de pleine actualité avec le statut historique de Kiev , ville d’origine de la grande Russie….Le concept de une terre pour un peuple a beaucoup vieilli…(cf aussi la Palestine…). Aux africains de nous montrer que leur créativité est toujours bien vivante pour inventer quelque chose de neuf!

      • Eliquides ,

        Comme dit Marc , cela fait plaisir de se souvenir des splendeurs passées mais il faut aussi voire que ces splendeurs passées étaient des états souvent très centralisés basés sur des monarchies ou empires , et proches en ce sens des états monarchiques et impériaux qu’à connu l’Europe , la Chine ,Inde , le proche et moyen orient et que la guerre était un moyen classique de pouvoir …
        Bref , attention à ne pas trop idéaliser l’âge d’or , quand quelques millions d’habitants peuplaient l’Afrique par rapport aux sept cent ou huit cent actuels !!!

  • C’est l’exact contraire : les institutions profondes interdisent l’apparition d’une société moderne et juste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’amour rousseauiste de l’État nation rejette, par définition, l’idée même d’un système politique constitué en factions ou groupes d’intérêt. Sous la révolution, les jacobins considéraient le centralisme comme gage d’unité et de stabilité face aux régionalismes et communautarismes. Cela n’a pourtant pas fait obstacle aux changements incessants de régime, ni permis de pacifier les relations entre identités régionales et État central.

 

Un système à bout de souffle

Aujourd’hui, nos institutions démocratiques sont à bout de so... Poursuivre la lecture

Par Manuel Tacanho. Un article du Mises Institute

L'Afrique a été en proie à une inflation galopante et à une instabilité monétaire au cours des cinquante dernières années. Il y a eu de nombreux cas de crises monétaires et de rétablissement de la monnaie. Même l'hyperinflation, le phénomène économique le plus destructeur, a laissé sa marque ruineuse sur plusieurs sociétés africaines.

Certains diront que c'est parce que les banques centrales africaines sont incompétentes dans la gestion de leurs monnaies. D'autres peuvent prétend... Poursuivre la lecture

culture libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Les activistes de gauche, notamment d’ultra ou d’extrême gauche, ainsi que certains sociologues, qualifient souvent Hayek de chantre de « l’ultra-libéralisme », partisan d'un État minimal relégué à la simple garantie des droits de propriété.

Cependant, une lecture attentive de ses ouvrages leur montrerait qu’il n’en est rien. Chez Hayek, la place de l’État est importante, et c’est ce qu’il convient d’expliquer dans cet article.

 

Le refus chez Hayek de l’État minimal

Contrairement à une idée répandue, Hayek n’est ni ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles