Coupe du monde au Brésil : la joie et le fardeau

Le ministre des sports brésilien avait promis une « Coupe du monde du secteur privé ». Ce n’était rien d’autre qu’un slogan.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coupe du monde au Brésil : la joie et le fardeau

Publié le 29 juin 2014
- A +

Par Magno Karl, chercheur à l’Université fédérale de Rio Janeiro.

 

La Coupe du monde domine l’imagination brésilienne comme aucun autre événement. Tous les quatre ans, le pays devient une secte vivant dans l’adoration du « Seigneur Football ». En effet, aucun autre pays n’a remporté la Coupe du monde autant de fois que le Brésil. Alors, quand il a été annoncé en 2010 que le Brésil accueillerait la Coupe du Monde en 2014, des milliers ont célébré l’annonce lors d’une fête sur la plage à Rio. Nous, Brésiliens, avons senti que le football rentrait à la maison, et cela nous a rendu heureux. Nous avons également été heureux quand l’ancien président Luiz Inácio Lula a déclaré que les investisseurs privés allaient saisir l’opportunité d’investir dans le pays. « Ce sera la Coupe du Monde du secteur privé », a-t-il déclaré en 2008.

Le Ministre des Sports, Orlando Silva, nous a assuré que l’argent des contribuables ne sera jamais dépensé dans les stades. Les recettes fiscales, disait-il, ne seront investies que dans l’infrastructure, l’héritage qui sera laissé aux Brésiliens une fois la Coupe du Monde terminée. Les stratèges politiques du gouvernement ont élaboré un récit avec une fin heureuse : un Brésil prospère et moderne qui accueillera les grands événements mondiaux.

Puis nous avons commencé à suspecter que les contribuables seraient sollicités malgré tout. L’infrastructure du Brésil n’était pas en état pour accueillir la Coupe du Monde. Aucun stade n’était aux normes de la FIFA.

La Coupe du Monde est rapidement devenue l’une des parties les plus visibles des activités de l’État, en particulier le gouvernement fédéral. Les choses ne semblaient pas aller comme prévu. Lorsque la crise financière et le potentiel incertain de profit ont freiné les investisseurs privés, l’État est intervenu avec des milliards de crédits subventionnés. Il a même pris la possession directe des stades. Avec les élections fédérales et présidentielles prévues trois mois après la Coupe du monde, le gouvernement était prêt à dépenser tout ce qu’il fallait pour faire en sorte que cet événement soit bien retransmis à la télévision. Aucune forme d’échec n’était permise.

Il est maintenant clair que la « Coupe du monde du secteur privé » n’était rien d’autre qu’un slogan. L’investissement privé a couvert seulement 15,5% des dépenses totales de la « matrice de coupe du monde », un plan unifié qui comprend les stades, les transports urbains, les aéroports, les ports, les télécommunications et la sécurité dans les 12 villes hôtes. Malgré la promesse du ministre des sports, 97% du coût total des stades a été couvert par l’État, soit directement, soit sous forme de prêts bonifiés. Les dépenses totales avoisinent les 12 milliards de dollars, dont plus de 85% sont couvertes par le contribuable brésilien. Et à mesure que les dépenses augmentaient, les attentes concernant l’amélioration des infrastructures ont été révisées à la baisse. Les investissements dans les transports publics ont été remplacés par les jours fériés, la fermeture des bureaux de l’État et les écoles afin de garder certaines villes moins congestionnées pendant le tournoi. Une partie des transports assurant le déplacement des personnes vers les stades ne sera plus opérationnelle après l’événement. Brasilia a construit un quatrième stade de football le plus cher au monde, même si l’équipe la mieux classée de la ville joue dans la quatrième division brésilienne.

Le mécontentement était évident pendant les manifestations de juin 2013, qui ont commencé comme une mobilisation contre la hausse des prix des billets de bus de São Paulo. Les revendications se sont propagées rapidement à d’autres domaines. Puisque les citoyens ont insisté sur l’augmentation des dépenses de l’État en matière d’éducation, de transport et de soins de santé, ils ont contesté la canalisation des recettes fiscales vers les stades.

Outre le coût exorbitant du tournoi, la violence policière contre des manifestants et des journalistes a également contribué à la forte baisse de la popularité de la Coupe du monde chez les Brésiliens. Un récent sondage mené par Global Attitudes Project de Pew Research a révélé que plus de 60% des Brésiliens croient que la tenue de la Coupe du monde est mauvaise pour le pays, notant que l’argent des contribuables dépensé pour les stades aurait pu être utilisé ailleurs. Dans le même sondage 39% affirment que la Coupe du Monde nuit effectivement à l’image du Brésil, tandis que seulement 35% pensent que cela aiderait à améliorer cette image.

La politisation de la Coupe du monde et les récits contradictoires nourris par le gouvernement et l’opposition ont polarisé le pays. Soudain notre bien-aimé football est devenu une arme dans la bataille politique. Il ne faut jamais croire aux promesses des politiciens et s’attendre à ce que quelque chose échappe à logique politicienne.

Néanmoins, l’approbation publique de la Coupe du monde est susceptible de monter. Après être passé de 79% en 2008 à 51% en février dernier, le niveau de soutien pour l’événement chez les Brésiliens a atteint 60% ces derniers jours, selon Folha de São Paulo, le principal journal du pays. En dehors de la violence policière fréquente contre les manifestants, un mélange de manifestants anti-coupe du monde et travailleurs en grève, l’atmosphère semble maintenant festive. Des centaines de milliers de touristes profitent de l’ambiance du pays, tout en souffrant de nos prix relativement élevés, l’un des nombreux inconvénients de notre économie « quasiment non libre » (114e place sur l’indice de liberté économique de la Heritage Foundation).

Les Brésiliens se précipitent à la sortie de l’école et du travail pour s’asseoir en face de leurs téléviseurs, chanter l’hymne national et huer la Présidente Dilma, l’équipe de l’Argentine et Diego Costa de l’Espagne. Mais, accueillir la Coupe du monde a enseigné aux Brésiliens quelques leçons utiles. La plus importante est que l’on ne peut jamais être trop sceptique quant aux promesses des politiciens. Car tant qu’ils sont autorisés à dépenser comme bon leur semble, ils le feront d’une manière qui favorise leur maintien au pouvoir. Dans les préparatifs à la Coupe du monde, les hommes politiques ont une fois de plus utilisé l’argent des contribuables au profit de leur réélection.

La cruelle ironie est que les politiciens utilisent le football – source de joie inestimable pour les Brésiliens – pour forcer une population appauvrie à payer une facture 10,2 milliards de dollars.


Article publié initialement en anglais par Atlas One – Traduction en français réalisée par Libre Afrique.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Rien de nouveau sous le soleil : lorsque l’on voit l’enthousiasme des politiques et des grandes entreprises a l’idee d’oraniser une coupe du monde ou les jeux olympiques, on ne peut pas s’empecher de penser aux mallettes de billets que cela permet de faire transiter…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

Le 9 janvier 1822 marque le début de l'indépendance du Brésil. Fico ! Un mot, un seul, et tout a basculé ce jour là . « Se é para o bem de todos e felicidade geral da nação, diga ao povo que fico » proclame Dom Pedro. Ce qui donne en bon français approximativement : « puisque c'est pour le bien de tous, dites au peuple que je reste ». Ce « je reste » (Fico) jeté à la face du Portugal était l'aboutissement d'un processus déclenché plusieurs années auparavant.

L'indépendance brésilienne est la plus originale du continent américain. Les h... Poursuivre la lecture

Par Julio Araujo.

L'Amérique latine, l'épicentre le plus récent de la crise du coronavirus, a été le dernier continent à être touché par la pandémie. Ses conséquences sont toujours aussi graves et, dans certains pays, il n'y a aucun espoir que la situation s'améliore bientôt.

Ce scénario, qui appelle à la centralisation des ressources et donne trop de pouvoir aux institutions fédérales, a permis aux gouvernements de renforcer leur discours autoritaire et de prendre des mesures discutables dans la gestion de la crise. En de nombr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles